Persona 5

 

Persona. Un nom qui fait généralement bondir le petit cœur des amateurs de RPG japonais, tant cette saga (l'un des nombreux spin off des Megami Tensei et Shin Megami Tensei) n'a jamais déçu (comme l'ensemble de l'univers Megami Tensei, d'ailleurs). Atlus était tout de même assez attendu au tournant, après un Persona 3 et un Persona 4 de haute volée, et une absence de pas moins de 8 ans en Europe pour un épisode inédit (Persona 4 y est sorti en 2009 sur PS2...).
On va d'ailleurs mettre fin au suspense tout de suite : Persona 5 est le meilleur épisode de la saga ! Et, sans grand doute, le meilleur RPG japonais de la génération PS4 ! On va voir de suite pourquoi plus en détail.

High School Role Playing Game

Lycée, masques, et univers parallèle

Une fois de plus; la saga vous propose de vous immerger dans l'univers des ados et des lycées japonais. Encore une fois, votre personnage est transféré entre deux niveaux d'études et débarque dans une ville dont il ne sait rien et où il ne connaît personne (bon, cette fois, c'est Tokyo, on a vu plus perdu), et il va devoir mener sa vie de lycéen, entre les études, les potes, les amours.... Mais bien évidemment, ça ne s'arrête pas là. D'abord, vous serez sans cesse sous le regard des autres à cause de votre casier judiciaire (je ne vous donne pas plus de détails, évidemment) et, bien sûr, Persona oblige, vous allez vite vous retrouver dans un univers parallèle où votre Persona va s'éveiller et vous permettre d'aller combattre en retrouvant, une fois de plus, ce cher Igor qui semble encore en savoir plus que ce qu'il veut bien dire...

On retrouve donc les classiques de la série : le héros principal qui est le seul Arcane de tarot à pouvoir utiliser plusieurs Personas, là où les autres ont le leur et n'en bougent pas, la fusion des Personas par Igor et ses assistantes (encore changées, comme à chaque épisode), la négociation avec les ennemis pour obtenir argent et objets (ou les ajouter à notre liste de Personas...), tout est là, les amateurs seront en terrain connu. Pas de clubs à rejoindre cette fois, cela dit, il y a déjà bien assez des autres potentielles activités à faire.

Des études à l'univers parallèle

Palaces et Mementos

Vous pourrez donc, comme à chaque fois, améliorer vos stats "humaines" (charme, gentillesse, connaissance....) via vos sorties entre amis, les DVD que vous regardez, les livres que vous lisez, comment vous répondez aux questions en cours et aux examens... Avant d'aller filer dans le Palace du moment ou, le cas échéant, le Mementos (comprendre une forme d'inconscient collectif). C'est ici l'univers parallèle de cet épisode.

 

En très gros, c'est là que se concentrent (et prennent vie) les désirs et fantasmes les plus mauvais et distordus des individus. Le Palace étant l'objet "ultime" de cet univers, généré par les pires d'entre eux. Si le Mementos est un classique donjon aléatoire à plusieurs étages, classique de la saga, où vous trouverez des cibles mineures, le Palace, lui, est un donjon unique dépendant de la cible, qui disparaît une fois terminé, ne change pas de carte, et vous offrira une expérience intéressante dans la saga : des bases d'infiltration et le plaisir de jouer les cambrioleurs de haut vol à la Arsène Lupin, Ocean's 11, et autres gentlement du braquage. Le but étant de vous emparer du Trésor de l'individu pour le pousser à admettre ses crimes et se rendre dans le monde réel.

Nature cachée

Nous portons tous un masque...

Concrètement, vous devrez donc visiter le donjon, localiser le Trésor, le matérialiser en envoyant une carte à votre victime, comme tout cambrioleur bien sûr de lui, et achever le boulot. Votre avancée devra être discrète, tant les ennemis sont prompts à vous matraquer par derrière dès qu'ils vous repèrent, et le système de couverture et d'attaque furtive vous sera très utile. Côté gameplay des combats, c'est simple : une touche = une action, tout est bien affiché à l'écran. Bref, Persona 5 fait dans l'efficace. Mais s'il ne faisait que cela, il ne serait pas la perle que je vous ai décrite plus haut...

Parce que Persona 5, c'est d'abord et avant tout une fable sur une jeunesse japonaise paumée et soumise au diktat d'adultes qui cachent leur vraie nature, une jeunesse qui ne demande qu'à s'élever et se rebeller, ce que représentent les masques et les Personas. Notre petit groupe est cette fois exclusivement composé de personnages qui ont pour point commun de chercher leur place dans une société qui les méprise et les regarde de travers, les jugeant sur leur attitude, leur passé, voire sur rien du tout sur la foi de simples rumeurs.
Persona 5, c'est la réécriture japonaise de La Fureur de Vivre couplée à une profonde réflexion sur comment l'âge nous fait nous voir comme des rois par rapport aux plus jeunes, sur comment nous cachons bien des choses aux autres, ainsi que sur la culpabilité et la notion de justice.

Bref, Persona 5, malgré quelques passages un peu douteux, c'est sombre, dur, mais aussi profond et parfois très fun. Bref, c'est une allégorie de la vie, et surtout de celle des ados, période où l'on se définit tout en étant encore soumis à bien des autorités difficiles à contredire sans se faire taper sur les doigts. Et c'est beau.

Trailer de lancement