FIFA 18

 

EA nous propose comme chaque année son nouveau FIFA, licence rouleau compresseur qui a coup sûr génère des millions d’euros. FIFA 17, très apprécié l’année dernière, plaçait la barre relativement haute avec notamment l’utilisation du moteur Frosbite, on peut du coup comme chaque année se demandait si il y a grand intérêt à remettre la main à la poche pour peut être juste une mise à jour des équipes. La réponse dans notre test qui tend quand même vers le "pas forcément".

Grizou en action !

On rechausse les crampons

Petite mise en jambes au lancement du nouveau FIFA 18 avec un match imposé, le temps que l’installation du jeu sur votre disque dur se termine, entre le Real de Madrid à l’Atletico. Une bonne occasion (qui ne plaira sans doute pas à tout le monde de se voir un match imposé, mais c’est ainsi) de découvrir les nouveautés que propose ce cru 2017 avec notamment l’amélioration de la modélisation des joueurs mais qui reste cependant en retard par rapport à d’autres jeux de sports (on pense notamment à NBA 2K18 qui franchement se rapproche de plus en plus de la réalité), cela dit vous me direz en tant que fan de foot, c’est plutôt la sensation « in-game » que l’on recherche que la beauté à l’écran de Ronaldo, Griezmann et autres champions. Alors voilà, nous sommes bien dans FIFA, et on sent l’expertise des équipes d’EA Sports pour nous faire passer l’ambiance du stade, le tout s’anime, gradins bondés, les entraîneurs s’agitent, les remplaçants s’échauffent et sont impatients de rejoindre la pelouse sans oublier les commentaires/remarques de Pierre Mènes (améliorés par rapport à l’année passée mais toujours très répétitifs et parfois mal adaptés).

Bienvenue dans l'ambiance du stade !

Ça y est on est chaud !

Nous voilà lancer dans ce nouveau FIFA, et comme à l’habitude d’EA Sports, le jeu offre toujours bon nombre de modes de jeu (de plus en plus perfectionnés), on retrouve avec plaisir le mode Aventure initié l’année dernière dans FIFA 17 avec toujours Alex Hunter (la sauvegarde de l’épisode précédent peut être reprise), ce dernier découvrira au long de sa carrière les bons et les mauvais moments que peut rencontrer un jeune joueur de Premier League, mais cette année il est possible d’aller un peu plus loin que l’Angleterre et de sortir de votre terre natale. Alex est désormais personnalisable, vous avez la possibilité de choisir sa coupe de cheveux (très importante chez les footballeurs de nos jours), ses tatouages, son style de jeu. Les choix auront des conséquences sans pour autant révolutionner votre progression dans le mode Aventure. On note que cette carrière sera entrecoupée de belles rencontres avec des footballeurs de renom comme Griezmann, Muller, Ronaldo, Thierry Henry, un plus agréable pour l’immersion. Evidemment même si ce mode Aventure a le mérite d’innover encore plus cette année, l’écriture reste faiblarde mais ça reste logique pour un jeu de foot qui au final n’a pas la prétention de rentrer en concurrence avec des jeux comme The Last of Us, Uncharted, GTA V et bien d’autres références en matière de scénar !

 

Bon nombre de fans de FIFA apprécient le mode FUT (FIFA Ultimate Team) qui est désormais un indispensable, ce mode qui évolue (timidement) avec l’arrivée du mode Clash qui permet de faire face à des équipes créées par d’autres joueurs et qui permet des points au classement (calculés proportionnellement au niveau de difficulté et la force d’opposition). Cette ascension dans le classement pousse à l’envie de joueur pour qui aime le challenge et qui attend avec impatience les récompenses proportionnées à ses efforts.

Le moteur Frosbite s'améliore cette année

Révolution, évolution

La révolution au niveau des graphismes avait eu lieu l’année passée avec le passage au moteur Frosbite mais on sent que les développeurs le maitrise beaucoup mieux, la modélisation évolue dans le bon sens et on s’en doute déjà, que l’année prochaine ce sera encore mieux. Les éclairages s’améliorent aussi et on observe même des variantes selon les pays selon que l’on joue un match en Allemagne, en Espagne ou ailleurs. La foule a aussi eu droit à ses améliorations, déjà par les réactions un peu moins « robots », évidemment dans un stade de plusieurs dizaines de milliers de personnes il devient difficile de rendre chaque PNJ réel, on y arrivera sans doute un jour mais pour l’heure on ne peut que constater qu’EA Sports soigne chaque année de plus en plus les moindres détails. On gagne en immersion.


Côté pelouse on a certes l’amélioration graphique qui saute aux yeux (encore plus si vous êtes équipés du trio PS4 Pro / TV 4K / HDR) mais pas seulement car ce que le joueur de FIFA attend c’est surtout un gameplay qui s’ajuste de mieux en mieux à la réalité. Pour le coup cette année on se demande bien pourquoi les développeurs ont voulu changer une recette plutôt bien maîtrisée en s’orientant un peu plus vers de l’arcade avec des transitions peu crédibles. On sent bien que la défense est laissée un peu pour compte et que tout est mis en avant pour l’attaque ! La nouvelle protection de balle automatique permet de résister un peu trop aisément aux assauts des adversaires sans trop de craintes, balle aux pieds on se retrouve souvent à tracer sa route en mode perso avec les défenseurs bien en peine à la traîne. Attaque / centre / … et bien souvent but (ah oui les gardiens sont pas au top cette année). L’arbitre aussi régresse cette année avec sa notion de hors-jeu parfois loufoque et alors que les tacles façon Super Sayan s’en donneront à cœur joie en pleine surface, notre sympa arbitre n’y verra que du feu, encore une orientation arcade qui tend vers le spectacle … Vous me direz, c’est un jeu donc faut du fun !

Trailer de lancement