Dead Rising 4 : Frank's Big Package

 

Vous aimez les univers de Zombie ? Votre compagne / compagnon ne supporte pas que vous jouiez à Resident  Evil car il/ elle trouve cela trop angoissant ? Dead Rising est fait pour vous ! Prenez des zombies, ajoutez un héros décalé, des armes loufoques et versez le tout dans la boule à neige offerte par mamie et hop voilà ! Servez chaud car ça refroidit vite.

#SoiréeMortelleLol

Previously on Wal..Dead Rising

Dead Rising prend place directement quelques années après le premier, en occultant quelque peu les autres. Franck West se retrouve de nouveau embarqué malgré lui  dans une apocalypse zombiesque ayant lieu à Willamette et notamment son centre commercial. Je vous rassure, ce n’est pas un réchauffé et le jeu se passe bien au-delà des galeries marchandes. L’action prend ainsi place notamment dans toute la ville ainsi que son centre commercial. Autant vous dire qu’il y a quand même de quoi faire avec un tel univers sachant qu’il y a des zombies à chaque mètre quasiment.

Ceci peut sûrement expliquer la première surprise que vous aurez en achetant le jeu en dématérialisé : un téléchargement complet de 80  Go ! (mises à jour incluses à ce jour). Autant vous dire que je fus quelque peu surpris, surtout que le jeu ne brille pas forcément par sa beauté mais il faut lui reconnaitre quand même sa quantité de détails conséquente (ne serait-ce que le nombre de zombies) et le tout sans avoir noté le moindre ralentissement ou clipping !

Nous retrouvons donc ainsi le plaisir de hacher littéralement du zombie au mètre cube avec un plaisir non dissimulé (quoique un peu malsain….mais assumé). Dès les premiers instants, une surprise pour les habitués de la saga saute aux yeux : Il n’y a plus de chronomètre !

Exit donc la pression  liée au temps et place donc à un plaisir non restreint sur une surface bien plus étendue !

 

 

Un jeu parfait après une journée compliqué !

Concernant le gameplay vous trouverez à nouveau ce qui a fait le charme des précédents volets ; à savoir la possibilité de décimer du zombie avec des armes classiques comme des complètements loufoques ! Vous retrouverez ainsi des armes de guerre classique, des objets du quotidien (notamment dans le centre commercial vous vous en doutez) mais aussi des armes à fabriquer qui peuvent des fois être véritablement dévastatrices.

Le jeu arrive même à se payer la force d’être dans l’air du temps en alliant ambiance de noël, l’héritage Capcom mais aussi Star Wars en proposant notamment la possibilité de construire un sabre laser redoutable.
 

Frank’ Big Package

Si le nom de l’édition se la joue jeu de mots décomplexé c’est certainement au regard du dit « paquet » fournie qui est conséquent avec différents modes de jeu supplémentaires. On y retrouve ainsi :

  • Le jeu de base avec des extensions en termes d’équipements et de vêtements
  • ​ Des ambiances supplémentaires (Noël et Saint Valentin)
  • ​ Un mode de jeu « Capcom Heroes »
  • ​ Un mode « l’avènement de Franck »
  • ​ Enfin un mini jeu mini-golf
 

Le jeu de base se retrouve ainsi agrémenté d’ambiances différentes qui contrastent sévèrement avec l’horreur inhérente à une invasion de zombie mais qui colle furieusement avec le côté décalé de Frank. Si vous activez le mode Noël  tous les zombies seront habillés en lutin et les caractères spéciaux (je n’en dirais pas plus pour ne pas dévoiler) seront par exemple vêtues de costumes de bonhomme en pain d’épice. Le clou quant lui réside notamment dans la présence de musiques festives partout et essentiellement dans le menu. Autant dire que cela a son petit effet quand vous êtes au milieu d’une horde et que vous mettez sur pause afin de consulter la carte avec en bruit de fond une variation jazzie de chansons de noël.

Capcom Heroes de son côté change complètement les mécaniques de jeu. Toutes les armes sont remplacés par la capacité de Franck à se transformer en personnages de Capcom tels que Dante, Ryu, Cammy, Chun Lee, Megaman etc….avec leurs pouvoirs respectifs. Autant vous dire que cela est jouissif même si je trouve un peu dommage de devoir choisir l’un ou l’autre mode. C’est un choix qui se comprend néanmoins.

L’avènement de Franck met en place un mode ou Franck se transforme petit à petit en zombie tout en gardant sa pleine conscience. Au-delà du côté course contre la montre qui apparait vous aurez aussi droit à des pouvoirs particuliers et notamment la capacité de vous régénérer en dévorant vos adversaires. Les règles du jeu sont ainsi complètement différentes !

 

Ho yeah !

Une difficulté revue à la baise

Si vous avez joué aux précédents volets vous savez tout aussi bien que moi que la série peut se montrer très dure avec deux aspects particuliers :

La course contre la montre comme on l’a évoqué. Celui-ci a donc disparu.

La présence d’ennemis difficiles à vaincre (tels les psychopathes)

Dans ce dernier Opus, le jeu se veut véritablement plus arcade et plus accessible. Si les ennemis spéciaux sont toujours présents ils sont clairement plus simples et ne posent pas de problèmes insurmontables si on est un tant soit peu équipé.

Bien sûr des modes de difficultés sont présents mais leur influence n’est pas aussi tranchée que par le passé.

Ce changement de difficulté influe directement sur un autre aspect du jeu : la répétitivité. Si le jeu se veut nerveux et loufoque il met en exergue cette répétitivité en étant quelque peu trop facile car la sensation de défi n’est guère présente. Le jeu essaye de combler cela en proposant plusieurs quêtes, notamment via la photographie mais il n’intéressera que les plus acharnés.

 

Trailer de lancement