Version Éditeur

Test de Dakar 18

Bigmoon Entertainment prend le pari de porter le plus célébre Rallye-raid d'Amérique du Sud sur console de salon. Au programme une simulation réaliste dans un monde ouvert gigantesque qui sent bon le sable chaud ! Evidemment on ne joue pas dans la même cour que les V-Rally, DiRT Rally, WRC ... Dakar 18 est déjà disponible depuis quelques jours, quoi penser de ce jeu très ambitieux, réponse dans notre test.

 

Mais le Dakar c'est quoi ?


Nous n'avons pas vu de jeu sur le Dakar depuis 15 ans avec Dakar 2, sorti sur la 2ème génération de Playstation, qui n'avait pas emballé plus que ça la presse et les joueurs à l'époque. Bigmoon prend le risque de ressortir la discipline sur Playstation 4, chose pas évidente puisque l'épreuve mythique du Dakar n'est pas une épreuve automobile comme les autres. Le Dakar, encore appelé il y a quelques années le Paris-Dakar, est une épreuve de Rallye-Raid qui se dispute depuis 2009 en Amérique du Sud, l'événement est organisé par ASO (Amaury Sport Organisation aussi connu pour organiser le Tour de France, le Paris-Roubaix...) . Différentes catégories de véhicules sont en liste pour ce Raid, avec les motos, les autos, les camions, les quads et les buggys, il faut savoir que le Dakar est réputé pour sa dangerosité et a coûté la mort à plusieurs dizaines de personnes (participants ou non) depuis sa création en 1978. Ici évidemment vous ne risquerez pas votre vie bien installé dans votre salon.


Une virée dans le désert assez splendide


L'exigence de la discipline


Les développeurs ont orienté leur production vers un jeu qui rend hommage à la discipline et surtout à sa difficulté, en effet il ne s'agit pas de suivre une simple piste /circuit comme dans la plupart des jeux de courses automobiles. Il s'agit bien de galérer au milieu de nul part avec votre co-pilote (ou seul si vous optez pour la moto ou le quad). Et c'est bien la navigation réaliste le gros point positif du jeu, dans Dakar 18 on peut se perdre sans jamais savoir où aller, il faudra suivre avec attention le roadbook seul indicateur des points de repères, une chose plus facile à dire qu'à faire. C'est d'autant plus compliqué que les spéciales sont très longues et la moindre faute de cap peut coûter très cher ! A ceci s'ajoute des moments de galère quand la voiture s'enfonce dans le sable, seul moyen de s'en sortir, prendre la pelle (sans compter sur votre co-pilote qui préfère sans doute se reposer). 
Il faudra aussi ménager sa monture qui, réalisme oblige, ne tolérera pas des sauts de 30 mètres, de trop gros chocs, le véhicule n'est pas toujours réparable et la seule solution sera d'abandonner. Oui c'est dur de participer au Dakar.


Des courses éprouvantes comme si on y était !

 

 

Techniquement un peu à la ramasse


Le gros du boulot a été mis sur le réalisme de la discipline mais le jeu perd de sa saveur quand on aborde l'aspect technique. Hormis quelques beaux panoramas et un open-world assez vaste (un peu désertique mais cohérent), le jeu rencontre quelques lacunes techniques. Tout d'abord la prise en main et le pilotage dès le début du jeu vont vous laisser un peu perplexe, ce qui est dommage pour un jeu de conduite automobile. La physique quant à elle, est un peu dans les choux avec (par exemple) parfois un petit panneau qui bloque net votre véhicule. Le roadbook quant à lui est un aspect positif mais qui va en dérouter/dégouter plus d'un du fait de sa complexité, il faudra pour partir sur de bonnes bases au début en mode débutant pour être bien certain de garder le cap.