​Version Éditeur

Test de Call of Duty : Black Ops 4

Pour cette année, c’est Treyarch qui se colle à l’épisode, à savoir Call of Duty Black Ops 4. Que vaut la fournée de cette année ? Voici notre avis sur la question !


Au revoir le solo

On ne va pas se voiler la face, nous avons eu une petite déception avec l’annonce de l'absence de campagne solo pour cette année. Même si une grande partie des joueurs se rue directement sur le multijoueur, une autre partie apprécie la campagne, un bon moyen de se familiariser avec les armes du jeu, de vivre une aventure pour la plupart du temps de qualité. Comme évoqué lors de nos impressions sur la BETA qui s’est déroulée fin août et début septembre, le multijoueur traditionnel continue avec les spécialistes. Le QG des spécialistes est disponible et permet de tester chacun des dix spécialistes disponibles à la sortie du jeu.

Se jouant en solo, on a tout de même l’occasion d’avoir de petites cinématiques présentant chaque spécialiste, elles sont très réussies et on en apprend un peu sur leur vécu. Vient ensuite deux missions pour chaque agent, la première est un didacticiel où on nous apprend à utiliser les deux compétences uniques et la seconde un mode Match à mort en équipe où l’on se retrouve au milieu d’ennemis contrôlés par l’IA. C’est bien maigre mais ça a le mérite d’exister.

Call of Duty : Black Ops 4
Le QG des spécialistes offrent de belles cinématiques


​Un multijoueur classique mais addictif

La grande force de ce quatrième opus est le mode multijoueur. Finis les jetpacks, courses sur les murs, chaque joueur est collé au sol (sauf Ruin et son grappin). En courant, on peut toujours exécuté une glissade mais rien de plus. On retrouve l’essence des premiers Call Of Duty. Une grosse nouveauté est l’intégration de la barre de vie. Le joueur dispose de 150 points de vie qui ne se régénèrent pas. Le kit de soins (via la touche ) permet de recouvrer cette perte de vie et il faut quelques instants pour que le kit se recharge. Le multijoueur est certes classique avec les modes mêlée générale, élimination confirmée, recherche et destruction, domination, point stratégique et Match à mort par équipe. Le hardcore est également disponible pour certains de ces modes.

Deux nouveaux modes ont été ajoutés.
Contrôle a déjà été vu dans d’autres FPS, jouable de huit à dix joueurs, il faut attaquer ou défendre certaines zones de la map à tour de rôles. Les atouts des spécialistes prennent tout leur sens dans ce mode.
Hold-Up rend nostalgique les fans de Counter Strike. En début de round, le jeu est figé pendant plusieurs secondes et permet d’acheter du matériel via la boutique : armes, accessoires, armures, atouts, séries de point, … Le premier round débute avec 500$ et au pistolet. En remportant des manches et en tuant des ennemis, les gains augmentent. Le but de ce mode est simple, il faut dans un premier temps, récupérer le butin puis dans un second temps, le rapporter à un point d’extraction. Ici, les kits de soins comme les munitions se ramassent un peu partout sur la carte. Il est également possible de réanimer ses alliés à genoux sauf si un ennemi l’achève.

Les spécialistes sont assez complémentaires et poussent à jouer en équipe. Barbelés, barrière de protection, grenade à fragmentation, grenade flash, chien de combat, boost de santé d’équipe, balise stratégique, … les spécialistes sont une réelle plue-value. Côté cartes, ce sont quatorze maps qui sont disponibles. Quatre sont issues des anciens opus. Elles offrent pas mal de combats rapprochés. Certaines sont vraiment détaillées, d’autres un peu moins. On est loin de la grandeur des maps de Battlefield mais elles collent au rythme nerveux du jeu.

Côté progression, on débloque armes, autocollants, textures pour ses armes, équipements, jokers, séries de points. Un éditeur d’emblèmes est présent et le marché noir est disponible depuis peu. En ce moment, on y débloque des éléments de personnalisation sur le thème d’Halloween.
 

Call of Duty : Black Ops 4
Les spécialistes aux capacités spéciales



Un mode zombie robuste

Dans Call of Duty Black Ops 4, le mode zombie est assez véloce. Après les deux didacticiels, le mode propose trois cartes, rien que ça. On a ainsi deux maps exclusives et une que les joueurs de Black Ops II connaissent bien : Sang de morts, une version remasterisée où Richtofen, Dempsey, Belinski et Masaki se retrouve sur l’île d’Alcatraz et doivent retrouver l’entrée d’un laboratoire secret.

IX et la traversée du désespoir sont les deux exclusivités de Black Ops 4. On y incarne Scarlett Rhodes qui est à la recherche de son père disparu et accompagnée par Diego, Bruno et Shaw.
Dans IX, c’est direction le passé et le combat de gladiateurs. Il faut affronter des vagues de zombies devant quatre divinités. La traversée du désespoir envoie nos acolytes sur le Titanic. Iceberg, Zombies, qui a endommagé le célèbre bateau ?
Les niveaux regorgent de secrets et de quêtes cachées et possèdent un univers propre. Un conseil ne regardez pas les solutions et progressez seul ou entre amis. Le mode Zombie est un jeu à part entière rondement ficelé. La rejouabilité y est également importante.
 

Call of Duty : Black Ops 4
La map arêne IX


Un mode Battle Royale réussi

Call of Duty se colle à la Battle Royale. Pour situer le gameplay, il est relativement simple. Le joueur est parachuté sur une île avec d'autres joueurs. Le but du jeu, survivre le plus longtemps possible et terminer le numéro 1.
Sachant que d'une part, on arrive nu comme un vers sur la carte et qu'il faut fouiller les bâtiments pour ramasser armes, munitions, équipements, en se dépêchant car d’autres joueurs ont pu atterrir dans le même secteur. Et d'autre part, la carte se rétrécie concentrant ainsi les joueurs dans une zone d'affrontements. Il y a trois modes de jeu : en solo, c’est quatre vingt huit joueurs qui s’entretuent, en mode duo, cent joueurs jouent en équipe de deux et tentent de finir premier. Enfin le quatuor oppose des escouades de quatre joueurs. A mi-chemin entre PUBG et Fortnite, Blackout est un excellent mode Battle Royale. Même si le moteur commence à accuser le poids des années, il n'en demeure pas moins robuste pour afficher une carte avec autant de détails. Aucun ralentissement n'est à déplorer et le jeu reste prenant. Les véhicules font leur entrée dans Blackout, quad, camion de transport et hélicoptère sont disséminés sur la route. La discrétion est forcément réduite en se déplaçant de cette façon.
L’immense map propose des zones “clins d’oeil” aux autres titres de la franchise et certains défis bien difficiles permettent de débloquer des skins. La progression est très lente dans Blackout. Elle récompense surtout les fraggeurs pouvant léser les joueurs occasionnels. Ce système limite la “camp”.
 

Call of Duty : Black Ops 4
Première virée sur l'île de Blackout