Version Éditeur

Test de HITMAN 2

On choppe ses valises et on se prépare à voyager aux quatre coins du monde avec notre agent 47 toujours prêt à faire ce qu’il sait faire de mieux : des assassinats.

IO Interactive remet le couvert en cette fin d’année avec Hitman 2, suite directe du jeu sorti en 2016, avec pour deux grandes différences : un changement d’éditeur (Warner qui succède à Square Enix) et l’abandon du format épisodique qui n’a vraisemblablement pas fonctionner (on se rappelle de la triste nouvelle en septembre concernant Telltale Games spécialiste du format épisodique).

 

Dépaysement garanti

Hitman 2 reprend directement là où Hitman s’est terminée, si vous avez loupé la “saison 1” épisodique, vous avez peut être mis les mains en mai dernier sur la Definitive Edition qui regroupe le tout. On retrouve notre agent 47 épaulé par Diana Burnwood (son agent de liaison) toujours à la recherche du client de l’ombre, qui indiquait les cibles dans la première saison. Ces cibles n’étaient autre que des agents d’une organisation nommée “Providence”. Les joueurs en apprendront un peu plus sur le passé de notre agent 47, sur Diana également ainsi que sur notre mystérieux client de l’ombre, cependant ne vous attendez pas à de superbes cinématiques pour enrober le tout, les développeurs ne se sont pas focalisés là dessus mais plutôt sur la qualité des missions qui vous attend, le scénario reste un prétexte même si certains éléments clés plairont aux fans. Bref le client de l’ombre court toujours et 47 devra mettre la main dessus pour comprendre ses motivations.
Comme pour le premier Hitman, notre agent 47 va voir du pays, au programme : Bombay en Inde, un circuit auto à Miami, la Colombie, un îlot privé aux allures de château fort en plein océan Pacifique …
Six univers vous seront proposés, pour le mode histoire, bien différents à découvrir, alors oui vous vous direz “seulement six ?!!!”, et bien après avoir vu l’ampleur des cartes, la diversité, la qualité du level design et surtout les possibilités d’assassinat illimitées, six n’est pas à prendre comme repère unique.


Des niveaux plein de vie

Des possibilités quasi illimitées

La grande force d’Hitman 2 est clairement son gameplay au top qui promet à chaque joueur de vivre une expérience différente puisque chacun aura son approche. On ne peut que féliciter les équipes d’IO Interactive. Quoiqu’il en soit les bourrins ne trouveront pas leur compte, le jeu priorise l’infiltration plutôt que le contact. D’ailleurs cette approche, possible mais complexe, n’offre que peu d’intérêt, si vous cherchez à passer vos nerfs, penchez vous plutôt sur un Battlefield V ou autre FPS sorti récemment. Et justement pour s’infiltrer les développeurs ont pensé à tout et il faudra explorer le plus possible pour toujours découvrir de nouveaux chemins et autant de moyens d’atteindre votre cible. Il serait d’ailleurs dommage de parcourir les niveaux en un seul run. On se plait à parcourir le niveau en prenant le rôle d’un employé, d’un VIP, d’un gardien … Pour cela il faudra trouver un PNJ isolé, l’assommer et prendre possession de ses vêtements, les possibilités sont énormes, on se plait à revêtir la tenue d’un pilote de Formule 1, d’un gardien, d’un technicien, etc ...

Si notre agent 47 peut s’infiltrer en se déguisant, en se cachant dans les armoires, les coffres, grimper, en mettant en place des diversions, en maquillant des scènes en accidents,  progresser à couvert, détruire les caméras, piéger, se cacher dans les feuillages, se fondre dans la foule ... il aura aussi de quoi faire niveaux objets/armes.
En effet les différents trailers ont déjà mis en avant la possibilité d’utiliser un peu tout et n’importe quoi pour arriver à nos fins, et c’est bien le cas : une statuette, une boite de mort aux rats, un tournevis, une brique, une canette de soda … en passant par des choses un peu plus conventionnelles comme une corde d’étranglement, un Katana, un pistolet silencieux, un fusil à pompe et j’en passe des dizaines et des dizaines ! Vous avez le choix.

 

Trois niveaux de difficultés s’offrent aux joueurs pour faire varier l’intensité de l’aventure, le niveau le plus faible se réserve vraiment aux joueurs peu exigeant, en effet le réalisme est fortement impacté puisque les PNJ auront des réactions plus que limités face à vos actions, toutes les aides seront disponibles à l’écran. Prioriser le niveau intermédiaire qui propose un peu d’aide et une bonne réactivité des personnages. La difficulté la plus élevée quant à elle se réserve aux professionnels de l’infiltration avec des PNJ réactifs et aucune aide à l’écran.


Aucune limite à l'infiltration, même pas la honte ...

 

L’aventure se termine mais ...

On l’aura compris l’histoire principale, même avec six cartes disponibles, aura de quoi vous occupez avec sa rejouabilité et ses approches illimitées. Mais IO Interactive ne s’est pas arrêté là pour faire que Hitman 2 perdure dans le temps. Au mode histoire s’ajoute la possibilité de rejouer à Himan 1 si vous possédez le jeu sur votre console, les niveaux ont été améliorés et il est vraiment agréable de replonger.

Côté multijoueurs le “Ghost Mode” vous oppose à un autre joueur, le principe est simple, vous êtes deux sur une map, vous voyez le fantôme de votre concurrent et devez enchaîner des assassinats, plutôt sympa même si l’infiltration en prend un coup puisque c’est le plus rapide qui l’emporte.
Nous avons aussi le mode “Sniper Assassin” qui vous met dans la peau d’un sniper, 47 en sol et 2 autres joueurs en multi. L’action se passe sur les maps du mode histoire, le principe est le même sauf que vous ne vivez l’action que derrière votre lunette.

A tout ce contenu s'ajoutent les cibles fugitives, Sean Bean en fait les frais en ce moment dans le jeu, qui sont en réalité des contrats temporaires qui viendront compléter le jeu au fil du temps avec très certainement un bon lot de nouveautés.