​Version Éditeur

Test de Knowledge is Power: Generations

Le studio Wish Studios remet le couvert avec son troisième jeu de la gamme Playlink. Un an après Knowledge is power, le studio nous propose une seconde édition. Faut-il se procurer ce nouvel épisode ? Voici notre avis sur la question !
 

Un knowledge is Power + +

Comme pour tout jeu de la gamme Playlink, il faut disposer de l’application attitrée sur son smartphone ou sa tablette Android / iOs. Ici c’est l'application Generations qu’il faut rechercher sur les stores respectifs. Attention, chaque session de jeu est assez gourmande en consommation de batterie alors prenez les devants.
Après avoir lancé l’application sur le smartphone/tablette, un petit selfie est proposé après avoir choisi son personnage. Huit personnages ou avatars sont présents et collent tout à fait aux quatre générations disponibles, à savoir les années 80, 90, 2000 et 2010.
On est en terrain connu avec ce second opus. Jusqu'à six joueurs peuvent donc s'affronter sur une ou plusieurs sessions de jeu qui durent en moyenne 20 minutes. Plusieurs modes de jeux sont présents mais le principal propose toujours de jouer en alternance des séries de questions entrecoupées par des défis.

Dans tous les cas, c’est le temps qui prédomine. Plus vous êtes rapide et précis plus vous marquez de points. Car comme dans le premier, le but est de marquer un maximum de points qui seront utilisés pour la dernière étape du jeu : la Pyramide de la connaissance.
 


Les nouveaux personnages, mension spéciale au rockeur


Les nouveautés en questions

Dans Knowledge is Power Generations, le but est donc de répondre rapidement que ce soit pour les questions de quiz ou les défis. On marque ainsi un maximum de points.
Pour couper l’herbe sous le pied de ses concurrents ou tout bonnement créer des alliances, chaque question du quiz propose, avant son lancement d’utiliser un pouvoir. Malus ou bonus, c’est au joueur de décider mais il arrive souvent que le leader de la partie se retrouve avec plusieurs malus pour le ralentir dans ses réponses. Glue qui entache les réponses, bombes qui explosent si on les touche avec le doigts, on connaît déjà ses pouvoirs. Wish Studios en propose d’autres bien évidemment. On a par exemple la fermeture éclair qui zippe les réponses ou encore le 50/50 qui enlève deux réponses erronées. Les pouvoirs sont mieux gérés dans ce nouvel épisode.

En parlant des questions, on débute la partie en choisissant l’un des quatre thèmes, à savoir les années 80, 90, 2000 et 2010, puis le sous-thème, musique, cinéma, séries, … Les questions abordées sont nombreuses et s’adressent ainsi à toute la famille. Les défis sont également plus nombreux : par exemple, mettre dans les colonnes années 80 ou 90, le titre d’un groupe de musique ou encore compléter le titre d’une chanson avec les lettres manquantes.
​Comme dans Knowledge is Power, la fin de partie se termine par la Pyramide où le premier arrivé en haut remporte la manche. Chaque joueur voit ses points se convertir et ainsi commencer à différents étages de la Pyramide. Chaque étage dispose d’un pouvoir (à donner à un concurrent). Les questions posées doivent être répondues le plus rapidement possible pour gravir la Pyramide. Le gagnant remporte un diplôme qui donne une anecdote sur l’un des thèmes abordés. Enfin, Wish Studios a eu la bonne idée de mettre à disposition, sur l’application mobile, le quiz éclair. On peut ainsi jouer où l’on veut et répondre à des questions (du jour ou non) en solo.
 


Le choix de la génération : 80, 90, 2000 et 2010