Version Éditeur

Test de Persona Dancing !

En 2015, Atlus sortait sur PS Vita un petit OVNI totalement inattendu : Persona 4 Dancing All Night, où les héros de Persona 4 se mettaient à enflammer les dancefloors. 3 ans après et devant le succès de Persona 5, ils se disent que ce serait une bonne idée de remettre ça avec cet épisode et même, au passage, d'en offrir un à Persona 3. Et voilà donc comment débarquent Persona 3 Dancing in Moonlight et Persona 5 Dancing in Starlight, tous deux réunis dans un même bundle. Et vu les différences entre les deux, encore heureux...

 

Allons danser dans un rêve...

L'idée de base derrière l'apparition des héros de ces 2 Persona dans la Velvet Room (enfin, le Velvet Club...) est extrêmement simple et ne s'embarrasse d'absolument aucun mode Histoire ou quoi que ce soit qui s'en approche. On a en effet un vague contexte de rivalité entre les assistantes d'Igor (et sœurs) Elizabeth d'un côté (pour Persona 3), et Justine et Caroline de l'autre (pour Persona 5). Et ce sera tout pour la motivation de ce bal onirique (elles "invitent" les personnages dans leur sommeil et tout sera oublié à leur réveil), ne cherchez pas quelque chose qui mettrait en scène de nouveles menaces ou un minimum de scénario, ça s'arrête là ! Vous aurez tout au plus 5 scènes d'interaction sociale à débloquer avec chaque personnage via divers défis, mais n'attendez rien d'autre...

Du côté technique et visuel, on reconnaît bien les personnages des jeux concernés, et le passage à la PS4 offre un petit lifting bienvenu à ceux de Persona 3 (on en espérerait presque un remake...). Quant aux animations, il n'y a rien à redire : les chorégraphies sont bien fluides et se permettent d'assez bien correspondre aux particularités des différents personnages. La musique étant logiquement au centre de tout ça, on y reviendra plus tard, mais le fait est que, côté technique, il n'y a strictement rien à redire.


Les personnages peuvent vite se retrouver avec des looks assez improbables...


Lancez la musique !

Le tutoriel (rapide et simple) passé, on peut se lancer dans le mode Dancing et découvrir à quel point le gameplay est simple et efficace. La partie gauche de l'écran pour la croix directionnelle, la partie droite pour les touches classiques, et les deux joysticks pour les scratches. Il ne reste plus qu'à étaler son sens du rythme en appuyant sur les bonnes touches au bon moment, parfois en même temps, histoire de mettre le feu au dancefloor et aux spectateurs ! Le choix des musiques est d'ailleurs excellent, allant piocher dans les thèmes et chansons les plus reconnaissables des OST des deux jeux (et la scène allant directement correspondre à l'endroit ou au moment auquel la musique est jouée dans le jeu original), entre originaux et gros remix.

Toutefois, Persona 3 et Persona 5 Dancing montrent rapidement leurs limites et, surtout, que le contexte, en plus d'être un prétexte à amener les personnages à danser, n'est finalement rien de plus que ça... Il n'y a en effet AUCUN mode Histoire ! Vous avez juste à aller dans le mode Dancing, lancer une chanson, et réussir divers défis pour débloquer des scènes de liens sociaux et divers modificateurs qui auront un impact sur votre score à la fin de chaque chanson. En gros, vous avez là deux jeux de pure arcade qui se destinent soit aux fans de Persona, soit aux amateurs d'arcade où le seul but est de faire du gros score... Autant dire que la cble est plutôt limitée, ce qui n'empêche pas les deux jeux de se parer de rien de moins qu'une.... traduction française ! Oui, si mettre la main sur du Shin Megami Tensei traduit depuis Lucifer's Call est juste impossible tant ça ne se vend pas, c'est bien le cas de ces deux jeux de rythme. Joli troll de la part de Atlus, même si la traduction à l'orientation "djeunz" est parfois un peu hasardeuse ou hors des personnages ("On va danser comme des oufs" ?? Sérieusement ??).
Cela dit, ce n'est pas le plus gros problème...


Activer la fièvre provoque une chorégraphie à 2 avec votre partenaire

 

En effet, Atlus est ici à l'extrême limite de la flemmardise (quoique j'ai envie de dire qu'ils ont même sauté les pieds joints dedans), parce que les deux jeux sontjuste strictement identiques ! Mais genre VRAIMENT identiques, ce n'est pas pour rien que vous n'avez qu'un seul test pour le bundle ici ! Hors des visuels des menus (évidemment influencés par les jeux de base) et, évidemment, des personnages et musiques, tout est pareil au détail près. Le tutoriel est le même au mot près, les défis pour débloquer tenues, accessoires, scènes, et modificateurs également, et même les trophées sont strictement identiques ! On comprend très vite pourquoi les deux jeux sont en bundle, en plus du fait d'être liés par la petite compétition entre les sœurs... Même le visuel du Velvet Club, que l'on voit en masse dans les séquences de dialogues, est exactement le même. On peut comprendre que le gameplay n'ait connu aucun changement depuis Persona 4 Dancing, tant c'est simple et efficace, mais livrer deux fois le même jeu avec un vague reskin...

Bref, clairement, Atlus n'a fait aucun effort sur la présentation, et on peut dire que c'est dommage...


Les visuels peuvent être assez sublimes

La surprise Persona 4 Dancing

Heureusement, certaines éditions vous proposent un petit cadeau supplémentaire, à savoir un troisième jeu qui n'est autre qu'un portage PS4 de Persona 4 : Dancing All Night. Et si le gameplay est strictement identique à ceux de Persona 3 et Persona 5, le reste le rend tout de suite bien plus intéressant. Persona 4 Dancing dispose en effet d'un véritable mode Histoire, situé 6 mois environ après le jeu original, et qui envoie l'équipe sur une nouvelle affaire intrigante. Son mode Libre est ainsi bien séparé du reste, sur tous les plans : on y gagne de l'argent qu'on dépense pour des tenues et accessoires spécifiquement dédiés au dit mode Libre, sans influence sur l'histoire. On regrettera cependant que cet épisode ne soit toujours pas traduit, contrairement donc aux deux suivants, et que le doublage anglophone soit le seul disponible (Persona 3 et Persona 5 ont droit au japonais).

Au final, une fois passée la petite hilarité devant le fait de faire un Persona Dancing et le décalage évident avec les jeux originaux, on peut dire que Persona 3 Dancing et Persona 5 Dancing sont de simples jeux d'arcade un peu paresseux et sans grande profondeur... De quoi éventuellement égayer quelques soirées entre potes, une curiosité pour les fans de la licence, mais un intérêt vite limité, à moins d'aimer le scoring ou de vouloir se détendre entre deux sessions d'un gros jeu d'action. Reste toujours l'option de ressortir Persona 4, mieux géré et plus profond (et qui explique en grande partie la note de 7, passez à 6 voire 5.5 pour les éditions sans lui), mais dans tous les cas, c'est très maigre, tout ça... Allez, à la rigueur, on peut toujours les lancer parce que les vrais Persona sont pliés en long, en large et en travers et qu'on attend Persona 6 !

 

​