​Version Éditeur

Test de The Voice : La Plus Belle Voix, jeu officiel

Quand Pilou et Fourcherman nous ont confié ce test, ce fut probablement en riant sous leur cape. Ils étaient bien loin d’imaginer notre enthousiasme à pousser la chansonnette!

The Voice : La Plus Belle Voix, jeu officiel de l’émission éponyme, a pour ambition de nous faire vivre l’expérience d’un candidat au fameux trophée. Le jeu est développé par Voxler, spécialisé dans les jeux musicaux par le biais d’une technologie de reconnaissance vocale brevetée. Ce studio produit entre autres Let’s Sing mais également les versions anglaise, allemande et espagnole de The Voice. Le jeu est quand à lui édité par Ravenscourt à qui l’on doit notamment I am Bread (un navet) et The Goat Simulator (qu’on affectionne tout de même) et aussi, fait plus surprenant, de Steins;Gate Elite (en test également sur le site)… Représentant vidéoludique du télé-crochet, The Voice:La Plus Belle Voix peut-il nous transformer en future star ?

 

Karaoké Kid

Nous voilà donc prêts à une grande démonstration de chant au grand dam de notre voisinage. Avec ses 35 titres “inédits” dans le jeu qui n’en est pas à sa première audition, nous allons bien trouver une chanson à la hauteur de notre justesse dans notre (dé)placement de voix et de notre sens ( inverse?) du rythme.

Le choix s’avère varié nous proposant des titres d’époque et des styles différents, de Kendji Girac à Daniel Balavoine en passant par David Guetta, Scorpions, Robbie Williams ou encore Indochine, rendant ainsi le jeu accessible à un partage intergénérationnel. Forcément il serait fort étonnant qu’un joueur affectionne l’ensemble de la tracklist. Mais cette dernière dispose d’une variété bienvenue, ne laissant personne de côté lorsque vous jouerez entre amis. Ca nous arrange aussi pour tout avouer d’avoir eu des personnes pour nous assister dans notre quête car beaucoup de titres nous sont inconnus...question de goûts, pas de débat là-dessus.

Reprenant la charte graphique du plateau et des décors de l’émission, le design manque cruellement d’animation et reste simpliste, voire inexistant.

Vous vouliez voir Zazie se retourner en donnant un coup de pompe sur son buzzer et vous dire qu’elle vous veut? Retournez regarder l’émission car ici vous aurez une pauvre illustration avec une phrase toute faite pour ne pas trop vous vexer si vous galérez, ou vous “encourager-vite-fait” si le jeu estime que votre performance est bonne. Un non-jeu en somme, car The Voice aurait très bien pu s’appeler “Karaoké Simulator: Tous au camping!” que le fond serait resté le même. Avoir du contenu, c’est louable. Le mettre en scène est indispensable quand on passe par le milieu vidéoludique.

Quand on voit les efforts apportés, certes parfois maladroits, par Buzz!: Le Grand Quiz sur PS2, certes d’un autre registre, nous sommes légitimes à attendre bien plus que des tableaux fixes pour nous mettre dans l’ambiance.
 


Voilà, il y a toute l'animation.


A la recherche du mic perdu

Dans les faits, vous aurez accès à 2 modes principaux : Arcade et Saison en utilisant selon votre équipement des micros ou en branchant un micro-casque sur votre manette. Mais également en téléchargeant une application permettant de transformer votre smartphone en micro ( non fonctionnelle en ce qui nous concerne à l’heure où nous écrivons ces lignes). Au moins, aucun gadget n’est imposé. Ce qui rend l’effort consenti appréciable.

Sommaire, 3 épreuves vous sont proposées: les auditions à l’aveugle , les battles et les grands shows en direct. Identiques, que ce soit en Arcade ou en Saison. Sauf que ce dernier mode se joue uniquement en solo, là où l’Arcade permet de swinguer avec un(e) ami(e). Une grave erreur.

Reprenant les principes même du show, vous essaierez dans la première épreuve de faire retourner au moins l’un des 4 coachs nommés coach Rock, coach R’N’B, coach Pop et coach Ballade, véritables figurines de papier inanimées. Dans la seconde vous vous mesurerez soit à un autre joueur (ami, famille, conjoint, chat…) ou à un candidat virtuel et chanterez de manière alternée. La troisième se jouera en solo ou à 2 joueurs où vous aurez le côté jouissif de gazouiller ou plutôt brailler allègrement en coeur les paroles.

Sauf que si vous êtes déjà imperméable ou simplement si vous ne connaissez pas le principe de l’émission, vous resterez de glace devant ce simili-contexte. Eventuellement vous vous consolerez devant les clips officiels de chaque chanson, ce qui égaiera un peu l’ambiance. Surtout si vous jouez en solo ce qui, on ne va pas vous mentir, manque totalement d’intérêt.
 


Nous n'ajoutons rien.


Rater le coach

Si la reconnaissance vocale, l’affichage des paroles et l’impression visuelle de la voix en suivant la hauteur et la longueur de la note sont à souligner, nous ne pouvons que rester sur notre faim quant au reste du jeu. Là où l’émission se distingue par son côté rythmé et où les coachs prodiguent des conseils et font preuve d’accompagnement des candidats afin de les faire progresser, The Voice se contente uniquement du côté karaoké.

Pour un produit officiel, il est fort probable que le fan voulant ressentir les frissons et l’émotion d’un candidat face au jury soit relativement déçu. Nous sommes cependant face à un jeu accessible à chaque type de chanteur, dont celui de salle de bains.

En effet même en étant peu juste et en baragouinant de l’anglais en mode yaourt, le jeu est tolérant autorisant de nombreuses largesses et restant ainsi satisfaisant sans chercher la frustration. Pas besoin d’avoir des années de solfège ou d’avoir étudié à Cambridge pour s’en sortir.

Alors bon, OK on se répète mais voir une appréciation acclamant votre performance alors qu’on se contente de hurler tout en tenant une note grâce à un souffle suffisant a de quoi faire sourire. D’un autre côté, cela ne semble pas être l’objectif ici.
Et cela est bien dommage, car il aurait été plus judicieux de garder ce côté party-game à l’amusement immédiat tout en approfondissant le concept de l’émission en mode Saison, par le biais d’un apprentissage subtil et cohérent. Dépassant même le concept de jeu finalement.

Sans doute en demandons-nous trop.

​PS: Nous remercions ici spécialement Oriane et Cécile (respectivement 7 et 5 ans) pour nous avoir servi de cobayes (notamment pour le chant en anglais!) en devenant accros à cette activité. Les artisanes de ce test.
 


Débrouillez-vous avec ça !