Note du test 8/10En conclusion :

Il est assez difficile de trouver une saga où la relation avec sa propre Bande Originale est aussi expressive... Le travail de Yōko Shimomura est en soit exceptionnel, mais c'est surtout la réussite d'accompagner les générations (de joueurs comme de consoles) qui est impressionnante. Kingdom Hearts : Melody of Memory est un parfait hommage à l'œuvre dans son ensemble. Un jeu surprenant dans ses choix de mise en scène mais habilement soigné, dont la note se verra intrinsèquement liée au joueur y faisant face.

Les plus

Prise en main fluide et gratifiante
Contenu riche
Jeu fidèle à son univers
L’oeuvre de Yōko Shimomura

Les moins

Jeu de niche +++
Prix élevé

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Sidera


  • ps4

    KINGDOM HEARTS Melody of Memory
    Editeur et Developpeur : Square Enix
    Genre : Rythme
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 13 novembre 2020
    Trophées : Oui
    Support


    Test KINGDOM HEARTS Melody of Memory

    Publié le mardi 17 novembre 2020 à 21h34 par Sidera
    Partager sur

    Janvier 2020. Sur le principe nous pourrions résumer cela à “moins d’un an”. Cela paraît si proche... Et pourtant on avouera que notre notion du temps est quelque peu chamboulée en cette période. Il n’empêche que la sortie d’un nouvel opus “Kingdom Hearts” est toujours un événement aux yeux des fans, un événement qui sait se faire désirer. Kingdom Hearts : Melody of Memory se présente comme un hommage musical à son aventure. Une “love letter” aussi bien à destination de sa propre licence qu’aux joueurs eux-mêmes.

     

    It Began With a Letter


    Comme beaucoup, notre attente vis à vis du jeu était quelque peu tourmentée. Perturbés entre le choix de gameplay et l’annonce d’un nouveau titre canonique à la saga, nous ne pouvions passer à côté d’une telle sortie. Kingdom Hearts : Melody of Memory nous propose de revivre l’aventure que nous connaissons déjà au rythme des morceaux qui composent la série. Un jeu clairement réservé aux habitués de la licence. Certes l’histoire est ponctuée de rappels scénaristiques, mais le jeu estime nettement que vous êtes familier avec la trame principale.

    Avant tout, force est de constater que l’aspect “jeu de rythme" est particulièrement soigné. Point primordial, la synchronisation des notes à jouer et de la mélodie est un sans faute. Un point certes évident mais néanmoins essentiel à rappeler. Le tout souligné par un gameplay louable ayant réussi à ne pas se perdre dans l’étroite limite entre simplicité et simplisme.

    On appréciera surtout les subtilités qui font que l’on joue bien à un jeu de rythme estampillé “Kingdom Hearts”. Les parcours sont remplis de détails non pas forcément vitaux dans l’expérience de jeu mais apportant ce léger sourire de compréhension en tant que fan de la saga. La pertinence du bestiaire ainsi que les mouvements sur la partition ne sont clairement pas des choix anodins. Un clin d'œil respectueux envers le joueur que l’on acquiesce avec plaisir.

    Autre agréable point : bah c’est plutôt joli ! Nous ne parlons pas ici de la qualité graphique du jeu (un sujet pourtant au cœur de beaucoup de discussions avec cette nouvelle génération qui démarre). C’est surtout qu’en plus de faire preuve d’une réelle lisibilité de l’action, le soin apporté aux décors est particulièrement prisable. Encore une fois, le jeu souligne son objectif de faire plaisir avant tout aux fans de la licence à travers tous ces détails, discrets mais efficacement parsemés. Prendre autant le temps de soigner un élément si peu essentiel au gameplay, mais appréciable en tant que joueur, était un joli pari à prendre.

    Responsive image
    Un décor chargé en souvenirs

    Working Together


    Le tout est saupoudré d’une touche “RPG” qui, malgré ses bonnes intentions, s’avère cependant relativement superflue. Artworks, badges de profil, cartes à amasser… La création d’objets ravira potentiellement les collectionneurs hardcores, mais peut se voir totalement snobée. De même pour la progression en niveaux des différentes équipes, pas forcément nécessaire si votre investissement se résume à une conclusion dans sa ligne la plus droite. Cela reste malgré tout un ajout, au détriment de rien, renforçant l’immersion dans le titre. Après tout, que serait un Kingdom Hearts sans ses nombreuses heures passées dans les menus ?

    Partiellement lié à ce “farm” de ressources, le mode multijoueur est une agréable surprise. La possibilité de partager l’expérience en coopération locale, ou au contraire de s’affronter en ligne, rallonge considérablement la durée d’intérêt du jeu.

    On soulignera pour finir la façon d’avoir mis en scène les combats de boss. Une touche d’originalité insistant sur l’aspect un peu plus exceptionnel du morceau. Malgré ce surprenant parti pris autour du gameplay, le jeu ne s’affranchit pas pour autant de ses origines. Il réussit à intégrer les codes d’un genre au sein d’un autre de façon intelligente. Une surprenante composition de laquelle résulte ce “Rhythm/RPG”.

    Responsive image
    King Mickey, encore et toujours à la rescousse

    Cavern of Remembrance


    Même si les codes du genre “jeu de rythme” sont soigneusement respectés, il apparaît que l’exercice ne s’adapte pas forcément dans toutes les situations. La logique prend parfois le dessus sur le choix du morceau, au détriment de sa pertinence. Même s’il s’agit d’une minorité, il faut avouer que certains titres n’ont pas vraiment leur place dans un jeu de cette catégorie. Malgré tout, avec plus de 140 morceaux proposés, il serait difficile de ne pas y trouver son compte, ne serait-ce que partiellement. “Scherzo Di Notte”, “Vector to the Heavens”, “Mickey Mouse March”, “Destati”... Le répertoire est vaste et oui, un criard intrus se cache dans cette liste 100% objective (petit clin d'œil à nos amis du NoBloodyKnows).

    Kingdom Hearts : Melody of Memory est malheureusement responsable de son propre point négatif le plus difficile à accepter. Pour cela, nous revenons grossièrement sur l’une des annonces de Tetsuya Nomura avant la sortie du jeu. Précisant que : malgré l’aspect canonique du titre, l’intérêt principal de cet opus résiderait autour de cette commémoration musicale de la saga. Il faut cependant avouer que, même en freinant ses attentes, les nouveautés scénaristiques sont plus que maigres. Encore une fois, le joueur assidu devra se contenter de peu. Comme nourri à la becquée de brides scénaristiques apaisant sa faim jusqu’à la prochaine annonce majeure. Mais on ne va pas se mentir, cela est loin d’être la première fois et nous nous y sommes malheureusement habitués.

    En résulte malgré tout un titre soigneusement chouchouté mais dont la portée nous questionne. Il est clair que cet opus ne s’adresse à aucun instant aux étrangers de la licence. À cela s'ajoute un choix de gameplay qui touchera un public relativement restreint. La question finale n’est pas tant la qualité du jeu, celle-ci n’étant plus à démontrer, mais plutôt la valeur qu’il peut avoir aux yeux du joueur. Difficile à conseiller mais probablement justifié à ceux qui y porteront un intérêt.

    Responsive image
    À chacun son équipe favorite




    Test KINGDOM HEARTS Melody of Memory - 4 minutes de lecture