Version Éditeur

Test de Little Dragons Cafe

Yasuhiro Wada, ça ne vous dit rien ? Et si je vous dis Harvest Moon ? Ca va mieux ? Little Dragon’s Cafe est son dernier bébé, sorti fin août sur PS4.

Le Little Dragons Cafe est ni plus ni moins que le café dans lequel nos deux personnages principaux travaillent. Un petit garçon et sa soeur jumelle, que vous nommerez à votre guise, aident leur maman, à qui appartient le café. Un matin, celle-ci ne se réveille pas, plongé dans un sommeil mystique, comme se le verront expliquer les deux enfants par un vieillard apparut soudainement. Ce dernier leur apprend même que leur maman n’est pas totalement humaine, possédant du sang de dragon. Hey, mais ce serait pour ça alors le nom du café ??? En plus de ces révélations, les jumeaux vont hériter d’un petit dragon qu’ils devront élever car il sera la clé du sauvetage de leur maman.

 

Dragon’s Kitchen …

Le joueur interprète au choix le garçon ou la fille, sans que cela n’affecte la trame. Le deuxième enfant deviendra un P.N.J. qui travaillera de manière autonome dans le café. Trois autres personnages vont vite venir s’imposer dans la vie du petit café et devenir des membres de l’équipe.

Le jeu commence vraiment une fois cette petite équipe formée. Le jeu consistera donc à tenir le café et améliorer sa réputation et élever le dragon dans le but de sauver votre mère. Passé outre l’idée de l’exploitation de pauvres enfants obligés du coup de se lever à 6h du matin et de se coucher à minuit, on se contentera principalement de récolter des aliments, de rassembler des morceaux de recettes et enfin de les cuisiner avant d’assurer à l’aide de ses compères le service au midi et au soir.


Le mignon dragon

L’agriculture et la cuisine repensées

Dans Little Dragons Cafe, on ne va pas devenir fermier, semer, élever les animaux, entretenir les terres ou bien devoir se rendre au marché pour du commerce. Ici, les légumes, fruits et épices se récoltent dans des buissons, des arbres, des appendices rocailleux, la viande se récoltent dans des terriers ou bien en chassant les bestioles qui rodent autour et les poissons se pêchent sur le bord de mer, dans des cours d’eau ou à même une réserve à côté du café. Pas besoin non plus de s’inquiéter des quantités, le tout revient généralement dès le lendemain matin, permettant une nouvelle récolte.

Pour la cuisine, une fois quatre morceaux de recette assemblés, il suffira de trouver les bons ingrédients et de les assembler via un petit jeu de rythme. Au mieux le rythme sera suivi, meilleur le mêt sera délicieux et aura donc les faveurs du public.

La prise en main de ces deux morceaux du jeu se font sans aucun soucis et rapidement. Et tant mieux, car on va le répéter tout le long du jeu.


Une petite promenade

L’exploration des papilles et du monde aussi

La réputation grandissante du Little Dragons Cafe se fera via les recettes, leur qualité, leur variété et aussi suivant les goûts des clients. Un jour le sucré l’emportera, quelques jours plus tard, ils réclameront des légumes, ou encore de la viande ou du poisson. Pour amener variété et aussi des aliments de meilleure qualité et répondre aux exigences de certains clients spéciaux,  il faudra explorer le monde autour pour trouver de nouvelles recettes dans des caisses et de nouveaux aliments en allant de plus en plus loin du café (tout en gardant un oeil sur votre équipe qui se relâche dès que vous avez le dos tourné). L’exploration met en exergue quelques défauts majeurs du jeu comme les déplacements. Ceux-ci ne se font pas toujours sans heurts, notamment les sauts plus que frustrants. Entre murs-invisibles ou encore des bordures infranchissables sans 20 essais alors que l’on vient d’y passer 100 fois sans problèmes. D’autres soucis de collisions viendront s’ajouter, comme des personnages bloquant le passage, le dragon également, des décalages au millimètres pour activer des actions, ou bien les morceaux de viandes bloqués en l’air après une chasse donc irrécupérables.


Des dialogues textuels sans voix

Et le dragon dans tout ça ?

Une demie déception que l’élevage du dragon… En fait, il grandit tout seul, sans intervention du joueur, uniquement à des moments scriptés du jeu. Le nourrir ne sert uniquement qu’à remonter sa stamina qui s’épuise lorsqu’il accomplit des actions. Les actions se diversifient à chaque étape de son évolution mais il faudra néanmoins un moment avant qu’il ne soit réellement utile comme pour se déplacer dans des lieux inaccessibles. La seule touche “customisation” du dragon est dans la nourriture donnée qui peut influencer sa couleur.

Dommage donc, alors que l’on aurait pu penser que le dragon soit un vrai thème centrale, il en devient vite accessoire.


Des personnages crayonnés réussis

Côté technique

Little Dragons Café est un joli jeu aux personnages qui donnent l’impression d’avoir été crayonnés plutôt qu’issu de pixels. Leur rendu est très beaux et c’est plaisant de les voir prendre vie à l’écran. Ils n’ont pas une grande palette d’expression ou de mouvements mais c’est correct. C’est coloré, plaisant à l’oeil mais manque un poil de variété sur la longueur puisqu’en fait, on repasse constamment aux mêmes endroits tout le long de l’aventure.

Les décors s’affichent régulièrement à la dernière minute malgré une simplicité relative de ces derniers.

La bande son très légère accompagne agréablement le jeu, y compris lors des phases de cuisine où les musiques sont très importantes en marquant le rythme.

Côté voix, il n’y en a aucune et les sous titrages sont très approximatifs.