Version Éditeur

Test de Far Cry New Dawn

Far Cry New Dawn arrive seulement un an après Far Cry 5, première inquiétude, n’est-ce pas un peu trop tôt ? Nous verrons dans ce test que oui et non, ce New Dawn se posant plutôt comme la véritable fin. Retour à Hope Country, 17 ans après les événements de Far Cry 5. Si vous n’avez pas fini le 5ème volet de la saga Far Cry, passer votre chemin puisque nous sommes obligés de révéler la fin du jeu pour introduire ce New Dawn.

 

17 ans et quelques fleurs roses plus tard …

Nous avions donné nos impressions sur Far Cry 5 en début d’année dernière en concluant que le jeu n’apportait pas grand-chose à la licence qui avait connu son plus beau tournant avec Far Cry 3 et son méchant charismatique Vaas. Alors oui ce FC 5 apportait la dose de fun que l’on attendait avec quelques nouveautés dans le gameplay, une jouabilité en coopération du début à la fin, un nouveau lieu : Hope County (région fictive des Etats-Unis) et son vaste monde ouvert mais le jeu nous avait laissé un goût de trop peu. L’aventure nous amenait à rencontrer Joseph Seed et sa bande d’illuminés et se terminait avec une fin ouverte et les bombes qui explosaient sur Hope County, laissant pas mal d’interrogation notamment sur la survie de notre ennemi Joseph Seed.

Ubisoft poursuit donc l’aventure avec New Dawn qui nous transporte 17 ans plus tard dans un décor post-apocalyptique où la nature a repris ses droits mais où les vilains n’ont pas perdu leurs mauvaises habitudes. Heureusement nous non plus, toujours prêt à dégommer du cinglés à coup de mitraillette, fusil à pompe ou tout simplement un petit lance scie.

C’est donc sur cette carte reprenant une bonne partie de celle de FC5 avec une taille plus modeste et des paysages au relief inchangé (malgré les bombes), des fleurs roses à perte de vue et des vestiges du passé en ruine que notre aventure prend place. Vous allez rencontrer des personnages emblématiques déjà bien connus. Si FC5 reste assez frais dans vos mémoires vous vous rappellerez de certains lieux et personnages emblématiques, ce sentiment de déjà vu offre ses quelques moments de plaisir mais parfois on a tout de même l’impression de rejouer à FC5.

L’hiver nucléaire passé, les populations réduites cachées sous terre sortent et la vie reprend son cours, certaines communautés se créent comme celles que notre personnage va rencontrer et soutenir tout au long de l’aventure. Qui dit Far Cry dit gros méchant et cette année on a le droit à un duo de jumelles sans limite et surtout sans pitié.


Du post-apo de toute beauté

Une progression semblable avec quelques lourdeurs en moins

Finies les régions à débloquer avec ses leaders « boss » à envoyer six pieds sous terre. La progression est plus linéaire avec des missions qui se suivent et donnent du coup un peu plus de punch à l’histoire (un peu plus ne veut pas dire non plus qu’on atteint un niveau scénaristique très élevé, après tout FC est un FPS).

Évidemment les fondamentaux restent, avec des bases ennemies à conquérir, des personnages alliés à découvrir (chien et sanglier aussi) qui vous assistent durant la progression, la chasse est toujours présente, des caches à découvrir, des quêtes annexes (pour une fois limitées ce qui évite de casser constamment le rythme) ainsi que le crafting un peu amélioré.

Les développeurs ont aussi tenté d’ajouter un peu de RPG dans New Dawn avec notamment des barres de vie et indicateur de niveau au-dessus des ennemis. Le rendu est loin d’être à la hauteur d’un Assassin’s Creed Odyssey.

Comme nous le disions plus haut la carte est plus petite (environ 3 fois plus petite), ce qui peut paraître un peu léger à première vue mais le choix est cohérent, les développeurs évitent cette fois de combler le jeu avec X contenus annexes redondants, inutiles et vont un peu plus à l’essentiel. Seul ombre au tableau c’est une durée de vie plus courte, alors il y a évidemment de quoi faire si on prend un peu son temps mais quoiqu’il arrive la progression sera plus rapide, vos compétences évolueront plus vite. D’autant plus que le système de progression se base principalement sur l’évolution de votre base « Prosperity », en capturant des avant-postes ennemis, vous obtiendrez de l’éthanol. Ce dernier permettra de faire évoluer différents axes disponibles dans votre camp, la base en elle-même qui donne accès au niveau le plus élevé et permet de faire évoluer les axes liés : santé, armes, véhicules, plantation, cartographie. L’amélioration sera primordiale puisqu’en progressant dans l’aventure vous serez confronté à des ennemies toujours mieux armés avec des niveaux bien souvent supérieurs (dimension RPG qui tente une approche – plutôt moyenne - dans New Dawn) au vôtre. Et n’espérez pas ramasser une arme de niveau supérieur si vous n’avez pas débloqué ce même niveau à la base, l’arme se calera directement à votre niveau disponible.

Pour finir sur la collecte de l’éthanol et la durée de vie du titre, les développeurs ont laissé la possibilité aux joueurs de piller l’avant-poste pour le rendre à l’ennemi et le conquérir à nouveau pour récolter toujours plus d’éthanol. La réutilisation va un peu loin sur ce coup-là…


Les cinglés toujours de la partie !

 

 

Une licence qui arrive au bout ?

Certes Far Cry New Dawn offrira selon vos choix de progression une bonne vingtaine d’heures de plaisirs entrecoupées de moments plus pénibles et répétitifs mais l’essentiel est là, en tout cas ce que l’on peut attendre d’une recette qui commence à s’essouffler. On ne peut s’empêcher d’utiliser les mots « standalone » ou « recyclage » même si depuis le début de ce test je les ai mis de côté.

On note néanmoins que la qualité graphique du jeu s’améliore avec moins de bugs mais ceci est sans doute un effet positif d’une carte plus réduite et moins vivante (forcément après une bombe nucléaire, ça calme un peu tout le monde).

Niveau bande son elle reste égale à elle-même avec des musiques agréables qui s’accélèrent avec l’action en cours et des voix de bonne qualité qui selon le personnage qui vous seconde s’adapte à la situation. On retrouve des dialogues parfois bien crus. Cependant toujours le même problème, notre personnage est muet et il faut l’avouer que ceci commence à être vraiment bizarre, le réalisme en prend un sacré coup surtout quand le PNJ en face de vous pose des questions et déballe son monologue.