Note du test 6/10En conclusion :

On retrouve avec plaisir Super Meat Boy en compagnie de Bandage Girl, l’envie de se frotter à un jeu de plateformes exigeant était bien là. Mais malgré une direction artistique réussie et notre héros saignant prêt à se faire exploser de toutes les manières possibles, l’orientation endless runner est très frustrante, on a l’impression de jouer à un jeu mobile malgré toutes les qualités du titre que l’on peut lui trouver. Quel dommage d’avoir opté pour un gameplay limité à taper et sauter sans gérer la direction de notre personnage. Les fans vont sans aucun doute être très déçus, par contre les adeptes du genre vont sans doute découvrir avec plaisir (et aussi rage) Meat Boy.

Les plus

Direction artistique cartoon réussie
La rejouabilité
Du challenge !

Les moins

Auto run qui va calmer les fans du premier opus
Pas forcément un jeu pour consoles de salon

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Fourcherman


  • ps4

    Super Meat Boy Forever
    Développeur : Team Meat
    Genre : Action | Plates-formes
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 16 avril 2021
    Trophées : Oui
    Support


    Test Super Meat Boy Forever

    Publié le lundi 26 avril 2021 à 14h58 par Fourcherman
    Partager sur

    La Team Meat nous propose de vivre la suite du très célèbre Super Meat Boy avec ce nouvel opus intitulé Forever. Le jeu original sorti en 2010 s’est fait ses lettres de noblesse grâce à sa difficulté devenue culte, à l’époque nous avions affaire à un jeu de plateformes où il "suffisait" de courir et sauter pour atteindre le bout des niveaux. L'écho d’une suite Forever a suscité l’envie d’en connaître davantage sur le sujet et surtout de mettre la main sur le jeu. C’est aujourd’hui chose faite … mais, car oui il y a un mais, un goût amère se montre dès le lancement du jeu, les fans de la première heure risquent d’être cruellement déçus, les développeurs ont transformé leur licence en un “endless runner” ! Ce changement est-il bienvenu ?

     

    Cours Forest !


    Alors voilà, rentrons directement dans le gros point négatif du jeu, son passage au genre : Endless Runner, à la façon des Super Mario Run, Rayman Jungle Run, Jetpack Joyride et tant d’autres. Pourquoi ne pas avoir laissé la main aux joueurs ? Un choix dommageable tant on a l’impression de jouer sur un jeu mobile. Mais ne nous arrêtons pas uniquement sur ce point, il reste tout de même un peu de l’âme de Meat Boy, notamment de part sa grande difficulté.

    A la difficulté qui reste belle et bien présente dans cette suite, on retrouve un scénario présenté sous forme de cinématiques à la direction artistique cartoon très réussie. Si dans le premier opus le vil Dr Fetus kidnappait systématiquement Bandage Girl, c’est au tour de Nugget d’être la cible du méchant. Pour la petite histoire Nugget et l’enfant de Meat Boy et Bandage Girl. Un scénario simpliste, à la Mario Bros, efficace qui permet de mettre en scène les différents niveaux que l’on traverse.

    Responsive image
    Une direction artistique réussie

    Ça va saigner !


    Le gameplay va donc surprendre les fans de la première heure, nous en parlions plus haut, plus moyen de gérer les mouvements de notre personnage sanglant, il suffira uniquement de sauter et frapper. Ceci est très perturbant surtout pour un jeu sur console de salon, le genre est plus souvent présent sur support mobile. N’espérez pas faire demi-tour en pleine course, pour cela il faudra utiliser un mur pour que votre personnage change de direction. Si vous êtes fans des “auto runner” vous y trouverez votre compte, pour les autres il faudra un certain temps d’adaptation, d’autant plus que le jeu est cruellement dur. Notre personnage se fait hacher, broyer, couper … Heureusement Super Meat Boy réapparaît un peu avant sa punition, ce qui limite la frustration même si certains passages vont mettre vos nerfs à dure épreuve, avec parfois des dizaines d’essais.

    On parlait également de la direction artistique cartoon des cinématiques, cette qualité reste dans les différents niveaux et il faut l’avouer que ce point met clairement en valeur le jeu.
    En terme de durée de vie, on peut dire qu’elle est quasi illimitée puisque, autre nouveauté de cette suite, les niveaux sont générés aléatoirement (à partir de 7200 sections). Ceci peut être un point fort comme un faible. Cependant, le jeu propose 12 mondes différents ainsi que des zones secrètes. Vous vous frottez également à des boss bien fichus qui casseront un peu le gameplay trop répétitif, là encore il faudra bien connaître son adversaire en essayant à de multiples reprises pour espérer en venir à bout.

    Les développeurs ont aussi ajouté un système de scoring (jusqu’au rang S pour le 0 mort), mais franchement là : bonne chance ! On retrouve aussi des tétines à collecter afin de débloquer de nouveaux personnages.

    Responsive image
    Le danger n'est jamais bien loin




    Test Super Meat Boy Forever - 3 minutes de lecture