• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    ReleaseForBurial


  • ps3

    WRC 4
    Editeur : Big Ben Interactive
    Développeur : Milestone
    Genre : Course | Rally
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 25 octobre 2013
    Trophées : Oui
    Trophée Platine 1 Trophée Or 2 Trophée Argent 10 Trophée Bronze 38 | Trophée Secret 0
    51 trophées au total

    Support

    Disponible aussi sur : vita

    Test WRC 4

    Publié le mardi 12 novembre 2013 à 07h22 par ReleaseForBurial - 3349
    Partager sur |

     

    Après un WRC 3 honnête, Milestone revient avec WRC 4 largement plus abouti que son prédécesseur.

    Enfilez vos combinaisons de pilote, coiffez vous de votre casque et demandez à un pote de prendre son carnet de notes et en voiture Simone !!! WRC 4 débarque sur nos consoles.


    Milestone a récupéré une bonne partie des licences de sports motorisés. Récemment, MotoGP 2013 n'a pas fait l'unanimité, avec son contenu officiel mais la plupart des pilotes disponibles en DLC. Là, pour WRC 4, Milestone assure que tous les pilotes de l’ensemble des catégories sont disponibles... Et c'est vrai.

    Tout le WRC représenté

    Le premier point positif de ce WRC 4 est que toutes les écuries, tous les pilotes et copilotes sont bel et bien là. Il y a même la toute dernière arrivée, la Hyundai i20. Volonté cette fois-ci de livrer un jeu complet avec également les 13 rallyes officiels, comprenant chacun six spéciales.

    Voilà donc pour le contenu concernant pilotes, écuries et rallyes. Les écuries WRC Junior, WRC2, WRC3 et WRC sont toutes présentes. Au niveau du jeu, les modes permettent soit de jouer une spéciale rapidement, sans avoir à faire un rallye en entier, ensuite, le mode "Rallye" nous donne la possibilité de faire n'importe quel rallye, ou même un championnat complet avec un pilote et une écurie officiel dans n'importe quelle catégorie.

    Le mode carrière est comme d'habitude le plus conséquent. Une fois son pilote créé, direction le "coin" du pilote. Cette fois-ci, un bureau à côté du garage où la voiture est garée sert de hub pour différents éléments de la carrière. On a le calendrier bien sûr, par lequel on lancera les courses, mais aussi une télévision pour les classements, une tablette pour les médias presse et enfin le laptop pour consulter les mails du manager, directeur d'écurie et copilote.

    Au niveau de la communication avec les différents protagonistes, ça se répète. Les mails sont toujours les mêmes, bons ou mauvais. Et les manchettes de la presse sont également répétitives. Mais en même temps, l'essentiel du jeu n'est pas dans ces quelques petits plus.

    Pour savoir ce que WRC 4 a dans le ventre, il faut prendre le volant de son bolide. Et là, Milestone a vraiment assuré.

    Volant en mains

    WRC 4 nous propose dans les options d'activer ou non les aides au pilotage. Pour les novices ou les fans d'arcade, il faudra passer par là. Que ce soit l'aide à la direction ou l'aide au freinage comme la boîte semi-automatique, c'est là que ça se gérera. On choisira même le niveau de "difficulté" des autres concurrents.

    Pour le reste, il faudra démarrer une course pour passer d'abord par le Service Park, stand de l'écurie, et y trouver les réglages plus pointus, comme la direction, les suspensions, les pneumatiques, la rigidité du châssis et bien d'autres choses. Des réglages fins qui, en catégorie champion sans aucune aide et avec la difficulté au maximum, seront vitaux pour réussir à grappiller le moindre petit centième et atteindre la plus haute marche du podium.

    Car WRC 4 est un bon challenge niveau pilotage. Il ne faudra commettre aucune erreur. Rester agressif dans sa conduite est primordial pour garder la tête sur chaque partiel, chaque spéciale, gagner n'étant pas aisé. En WRC Junior, peut-être que cela est plus facile, mais une fois arrivé dans les catégories WRC 2 et WRC, les voitures commencent à donner de bonnes sensations.

    En effet, les catégories WRC Junior et 3 sont un peu molles, mais cela s'explique par des voitures beaucoup moins puissantes, sans réel caractère car toutes d'usine, et identiques pour chaque écurie. Le pilotage fera la différence. Manette en mains, cela se traduit par une sensation de lourdeur et un manque de frisson. Même si certaines spéciales demandent déjà d'être au taquet, cela n'a rien de comparable aux catégories suivantes, surtout en WRC.

    Avec les voitures de WRC, les sensations de vitesse sont bien présentes. Accélérations et décélérations violentes, la voiture répond dangereusement à chaque petit coup de volant et se pilote avec une dextérité sans faille au risque de se retrouver encastré dans un arbre ou en tonneau le long d'une pente. Un pilotage constamment sur le fil du rasoir, loin du confort de certaines courses sur circuits.

    On regrette néanmoins que cela se traduise un peu moins dans la manette. En effet, petit défaut à relever, la quasi absence totale de vibrations. On aurait aimé que cela vibre comme pas permis, nous faisant ressentir le moindre petit défaut, bosse, changement de terrain etc... Un regret donc, mais peut être “patchable” par Milestone.

    Sinon, la conduite sans aide et tout au manuel est un exercice assez sportif qui nous rappelle l'un des meilleurs jeux de WRC à mon goût, l'excellent WRC 5 (avec Sébastien Loeb) sur PlayStation 2.

     

     

    Sobriété et efficacité

    Les menus sont assez austères, proposant le contenu, avec quelques images de rallyes en fond, et le hub est assez rudimentaire mais encore une fois, par rapport à ses autres jeux, on sent que Milestone a évité le superflu et s'est concentré sur l'essentiel. Ici, le rendu de chaque spéciale entre autre.

    Les traces des spéciales sont d'ailleurs calquées sur celles de la réalité, ce qui nous fait prendre conscience des risques de malade que prennent les pilotes. Épingles, chicanes en bordure de ravins (le rallye d'Italie par exemple), bosses en pleine forêt, tout est là, prêt à vous scier les essieux. Et visuellement, Milestone a fait un excellent boulot. Les graphismes permettent d'identifier chaque pays, de se faire une vraie idée de l'ambiance et du climat de chaque territoire visité (tiens, il pleut en Angleterre ??? ). Plutôt habitué au vide des circuits, ici, il y a toujours un petit détail le long de la piste, arbres, buissons, barrières de sécurité, rochers, et même niveau public, on a plus d'ambiance que sur certains jeux sur circuits avec tribunes.

    Les pistes sont étonnamment bien rendues, avec une profondeur de champ qui peut se montrer trompeuse ou alors dévoiler les pièges du tracé à la dernière seconde.

    Les véhicules sont fidèlement modélisés, jusque dans les stickers des sponsors. Il n'y a pas de modélisations des pilotes, juste des photos et les menus sont fixes entre les spéciales.

    Alors oui, on pourrait dire qu'en dehors des courses, le reste est un peu vide, mais on ne peut pas reprocher à Milestone de s'être concentré sur la réalisation des courses et des véhicules. Un petit reproche juste par rapport aux éléments et leurs conséquences. Le pilotage n'est que trop peu gêné par des éléments comme l'eau après une flaque, la boue sur les terrains humides, ou même la poussière sur les pistes. Même lorsque le radiateur fume sur les vues extérieures du véhicule, en vue cockpit, il n'y a plus rien. Dommage donc, cela aurait rajouté au réalisme.

    Vroom Vroom

    Côté son, celui des moteurs est très proche de la réalité. En vue extérieure plus nuancé qu'en vue cockpit, dans cette dernière, on est vraiment immergé dans le pilotage. Les bruits sont incessants, les cailloux, la pluie tambourinant de tous les côtés, le moteur rageant et les rapports claquant à chaque passage de vitesse. La voix du copilote est parfois à peine audible suivant les conditions. Ça craque, ça gémit, ça vit !

    La bande son est elle en adéquation avec le style de jeu, entre musique tonitruante et envolée lyrique durant les replats ou les menus. Simple et efficace.

    Piloter à plusieurs

    A noter, deux modes de jeux multijoueurs sont présents. Le mode Hot Seat permet de jouer à 4 en local, chacun son tour. Sympa pour s'attaquer aux chronos entre potes.

    Le mode en ligne permet de s'affronter aux pilotes du monde entier, sur des spéciales ou des rallyes entiers jusque 16 joueurs. Il faudra encore une fois être au top pour dominer tout le monde.

     

    Trailer de lancement
    Note du test 8/10En conclusion :

    WRC 4 est un excellent jeu de rallye, un des meilleurs même. On pourra lui reprocher un manque de modes de jeux plus fun mais son côté très réaliste, les tracés respectés et le pilotage au poil, rendent le jeu prenant. Quelques défauts encore à corriger mais le jeu officiel de la WRC est ici un des meilleurs depuis le vieux WRC 5 sur PlayStation 2. Alors, foncez pilotes en herbe ou expérimentés.

    Les plus

    Beaux graphismes
    Pilotage précis
    Toutes les écuries, voitures

    Les moins

    Pas assez de vibrations
    Manque un peu de modes de jeu plus détendus
    Un poil facile

    En résumé


    WRC 4 par Rating: 8 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles