• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    ReleaseForBurial


  • ps4

    Shadow of the Beast
    Editeur : Sony
    Développeur : Heavy Spectrum
    Genre : Action
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 17 mai 2016
    Trophées : Oui
    Prix de lancement : 14,99€
    Support


    Test Shadow of the Beast

    Publié le mardi 31 mai 2016 à 15h30 par ReleaseForBurial - 2047
    Partager sur |

     

    La bête qui sommeille

    Shadow Of The Beast n’évoque peut-être rien chez de nombreux jeunes joueurs. Pour d’autres, qui ont connu les jeux dans les années 80, Shadow Of The Beast rappelle de très bons souvenirs. En effet, Shadow Of The Beast est sorti en 1989 sur Amiga, développé par le studio Reflections qui venait alors de créer un jeu d’une difficulté sans concession et culte parmis les aficionados de l’Amiga.

    Beat’em All saupoudré de plateforme, on prenait le contrôle de Aarbron, un guerrier sanguinaire qui fut jadis un humain, enlevé à sa famille lorsqu’il était petit et transformé par d’étranges expériences lui donnant une apparence de démon. Après la découvert de la vérité sur son passé, Aarbron se lançait dans une quête de vengeance contre le seigneur Maletoth.

    C’est en partant sur cette même ligne scénaristique à quelques détails près que débute ce nouveau Shadow Of The Beast. Le joueur prend le contrôle de Aarbron et après avoir brisé les liens magiques qui le tenaient captif, part à la rencontre de Maletoth à travers les terres de Karamoon.

    Annoncé depuis un moment (nous vous en avions parlé d’ailleurs lors de la Gamescon de 2013), présenté via une magnifique vidéo donnant l’impression de s’attaquer à un beat’em all gargantuesque, dès le lancement du jeu, on se doute que l’on est en face de quelque chose de plus… conventionnel.

    Shadow Of The Beast sur PS4 se présente comme un jeu à l’ancienne en vue de côté et plateformes à l’ancienne. Chaque niveau présente des séquences de plateformes donc entrecoupées par d’autres de combats contre divers ennemis.

    La bête se réveille

    Le clash des générations

    A l’époque, Shadow Of The Beast était une révolution technologique avec des décors plus grands que l’écran, une difficulté sans égale avec un déferlement d’ennemis redoutables, une bande son culte (poussée à 20Kh, pour l’époque c’était de la qualité supérieure), un nombre de couleurs immense et un affichage à 50 images par secondes. Bref, une prouesse technique concentrée dans un jeu à la durée de vie plutôt courte si l’on savait dompté la bête.

    La version PlayStation 4 n’est pas juste un remodeling de l’original. Même si sur le principe, on enchaîne les phases de plateformes et les vagues d’ennemis comme dans l’original, le système de combat est efficace mais montre un désir de rendre le jeu plus accessible, si ce n’est plus facile. En effet, après un court "prologue" où l’on apprend à utiliser les commandes de base, le jeu nous donne la possibilité de déclencher des combos où l’on peut se retrouver à éviscérer une vague complète en réussissant correctement un QTE qui s’accélère progressivement. La difficulté du jeu en est inévitablement modifié mais c’est aussi l’occasion d’un terrible jeu de caméra qui sursaute toutes les deux secondes, zoomant sur l’action et empêchant également de voir correctement ce qu’il se passe autour.

    Bizarrement, d’autres éléments de combats comme des pouvoirs spéciaux ne sont expliqués qu’à travers les écrans de chargement.

    Non non ce n'est pas sanglant

     

     

    La chasse au score est ouverte

    Autre nouveauté de Shadow Of The Beast est le scoring. Effectivement, à la fin de chaque rencontre dans un niveau, une note est attribuée. Bien sûr, plus les combos sont gros et variés, moins on se fait toucher, plus la "note" qui se présente sous forme de rang de bronze à platine, est élevée. Pour celui qui maîtrisera les techniques la note pourra vite monter… Mais cela risque de passer au dessus de beaucoup de joueur.

    La raison ? Un gameplay qui se dévoile lors des écrans de chargement comme précédemment dit ou bien en fouillant dans les menus. Il y a aussi le fameux déclenchement du super combo qui peut réduire donc un combat à un simple exercice QTE. Tout cela fait passer à côté d’un gameplay et d’un système de combat plein de subtilités et complet. Qui plus est, on a légérement l’impression quand même d’un décalage entre le moment où l’on appuie sur une touche et l’action. C’est dommage alors que le jeu base une grande partie de son efficacité sur le timing.

    Le bonus apporté par le rang et les éléments qui le modifient est transformé en mana qui permet de dépenser des points dans les menus et ainsi débloquer divers récompense. Plus de points de vie, plus de sang lors des mises à mort, des coups plus puissants pour le jeu en lui-même mais on pourra débloquer également des bonus comme des illustrations donnant plus de corps à l’histoire et aux personnages, ou bien le premier Shadow Of The Beast, les illustrations d’origine ou bien encore la bande son de la version Atari et la mettre sur le jeu récent.

    Ces bonus sont gourmands en points de mana et donc, pour celui qui voudra tout débloquer, il faudra recommencer les niveaux plusieurs fois pour engranger des points.

    Viens faire un calin

    Un beau/court voyage

    Malgré des animations un peu raide des personnages et sans être à couper le souffle, Shadow Of The Beast reste plaisant à l’oeil. Les décors de chaque niveau sont travaillés et vivants. Il n’est pas rare qu’il se passe quelque chose en arrière plan.

    Les jeux de lumières réservent de beaux moments notamment dans les passages en souterrain avec des jeux entre les ombres et la lumière notamment en background.

    Le level design laisse place à un peu d’exploration sans pour autant agrandir les niveaux conséquemment. D’ailleurs, pour le joueur désireux de tout trouver y compris les rencontres supplémentaires, de nombreux allers-retours dans les niveaux seront nécessaires.

    Sur ce point, le temps de chargement lorsqu’on lancera un niveau est tellement long qu’il pourrait être rédhibitoire pour bien des joueurs.

    Pour un run simple, le jeu reste très court, Aarbron pouvant revenir à la vie en plein niveau en dévorant une âme innocente ou bien en prenant des fioles pour réssuciter.

    La bande son est correct même si elle ne met pas assez en avant les combats. La musique est elle par contre très agréable et améliore le voyage avec ses thèmes dignes des productions Fantasy.

    Trailer de lancement
    Note du test 6/10En conclusion :

    Shadow Of The Beast est une sorte d’hommage à son illustre aîné, gêné par des détails fâcheux. L’accessibilité du système de combat, la facilité que cela engendre, les temps de chargements, une durée de vie plutôt courte en premier passage et d’autres problèmes de caméras l’empêchent de devenir un meilleur titre et ne pas donner simplement dans la nostalgie. Les nombreux bonus sont néanmoins bienvenus et permettront aux aventureux de parfaire leur culture vidéoludique.

    Les plus

    La direction artistique respectueuse de l’aîné
    La bande son nouvelle (et l'ancienne aussi)
    Les bonus
    Le scoring

    Les moins

    Les caméras parfois mal foutues
    Les temps de chargement
    Drôle de sensations dans la réponse des commandes
    Durée de vie très courte
    L'accessibilité un peu trop… accessible

    En résumé


    Shadow of the Beast par Rating: 6 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles