• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    ReleaseForBurial


  • ps4

    Mighty n°9
    Editeur : Deep Silver
    Développeur : Comcept
    Genre : Action | Plates-formes
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 24 juin 2016
    Trophées : Oui
    Prix de lancement : 29,99€
    Support

    Disponible aussi sur : ps3 vita

    Test Mighty n°9

    Publié le lundi 27 juin 2016 à 16h10 par ReleaseForBurial - 1913
    Partager sur |

     

    Keiji Inafune aura eu bien du mal à faire naître son projet de descendance à MegaMan. Suite à un financement participatif exceptionnel suite à son départ de Capcom, il a pu le concrétiser. Un des pères de MegaMan s’attelant lui-même à la très difficile tâche de créer un successeur digne de ce nom avait de quoi rassurer… Après pas mal de difficulté, il est là, le Mighty No9

    Dans un monde où les hommes ont le contrôle total des robots pour leur facilité le quotidien, tout le monde coule des jours heureux. C’est alors que les robots se soulèvent et deviennent fous de rage. Tous sont devenus incontrôlables à l’exception d’un, le Mighty No9, qui se nomme aussi Beck. Ce gentil robot construit par le Dr. White est le seul espoir…

    Beck en action

    Premier contact

    Voilà, Une fois le jeu lancé, plus possible de faire machine arrière… Enfin, pour le joueur, il aura toujours le choix de se lancer dans un jeu ou pas, mais pour un développeur, c’est tout. Le produit est fini et en dehors de quelques patchs, plus rien ne peut être modifié. Le jeu est fini et le joueur découvre ce que le créateur a fourni… Une fois la partie lancée, le joueur effectue son premier contact avec le jeu. Premier contact visuel bien sûr.

    Après une introduction très courte, nous voilà donc dans le premier niveau et là… On ne peut s’empêcher d’être un poil déçu. Ce n’est pas moche, mais ce n’est pas ça non plus… Les couleurs sont pâles, les éclairages pauvres, c’est plat, terne et sans réelles saveurs. La direction artistique pour le reste du jeu est identique et de rares moments feront les bénéfices de quelques efforts supplémentaires et sortiront un peu du lot.

    Le chara design est entre le retro, l’anime japonais et le dessin animé pour enfant. Même si cela peut rendre nostalgique - il est vrai que Beck a de faux airs de MegaMan - les robots manquent cruellement de charisme, notamment les ennemis.

    On aurait pu espérer mieux graphiquement mais pas seulement...

    Assimiler le concept

    Mighty No9 se veut être un hommage aux jeux d’antan. Gameplay simple à l’appui, on saute, on tire et on dash c’est tout. Basique, avec un arsenal des plus légers et deux mouvements. Le principe de Mighty No9 est l’assimilation des compétences des autres robots que l’on croisera. En effet, lorsque Beck tire sur ses ennemis, au bout d’un moment, ces derniers changent de couleur et c’est à cet instant que Beck pourra dasher sur eux pour les assimiler. Il peut se débarrasser de ses ennemis en continuant de leur tirer dessus jusque destruction définitive mais cela le priverait des bonus que l’assimilation procure. Dasher sur les autres robots permet donc d’assimiler une partie de leur pouvoir. On gagne alors en vitesse, en puissance de feu etc… pour un temps limité. Le but étant donc d’assimiler un maximum d’ennemis pour garder le plus possible de bonus, et de le faire correctement. Il y a un pourcentage à chaque fois d’assimilation qui apparaît. Si Beck enchaîne les 100%, alors un combo se lance pour améliorer le score et les bonus.

     

    Le concept de l’assimilation est également présent pour voler surtout le pouvoir des autres Mighty que Beck doit affronter. Hélas, même là, les pouvoirs récoltés ne s’avèreront pas fun à l’emploi, voir même parfois carrément inutiles, le blaster de base suffisant largement.

    C’est hélas le seul petit plus de ce jeu. A la prise en main, Beck n’est pas le plus agréable, une sensation de lourdeur dans ses déplacements empêchant d’en faire un titre un peu plus fun…

    En vouloir plus... 

    Mais ne pas l’avoir… Passé la déception de la direction artistique, on attend de voir le jeu proposer un défi ou d’autres éléments donnant envie de s’accrocher. Malheureusement, ce n’est pas le cas. La faute également à un level design qui n’a rien de vraiment accrocheur et très punitif.

    La sensation que les niveaux n’ont pas été pensés en adéquation avec le style du jeu est forte. Bien loin encore une fois de MegaMan ou de productions du même calibre, on traverse des niveaux sans être réellement inquiété par les ennemis mais ennuyé au possible par des niveaux punitifs comme si sachant que le joueur ne mourrait pas de la faute des ennemis, il devrait néanmoins se farcir des passages casse gueule avec pas mal de problèmes de collisions, très aléatoires. Des éléments de décors qui mettent un terme à une avancée d’un seul coup, plateformes électriques, ou mouvantes sur lesquels il est très dur de s’accrocher, la faute à des commandes qui semblent ne pas répondre par moments. Bref, les problèmes s’accumulent.

    A l’opposée, le jeu prend le joueur par la main et lui indique carrément quel ennemi choisir au fur et à mesure de son avancée. A chaque fois que Beck assimile le pouvoir de l’un des ses "frères" robots, l’explication du pouvoir et les conseils au moment du choix de la mission suivante désignent pratiquement le robot auquel il faut s’attaquer. Alors même s’il faudra mourir plusieurs fois pour connaître les routines des boss, c’est quand même une manière de faire assez déroutante que de se voir offrir le cheminement vers la facilité.

    Un bon dash !

    Mais sinon ...

    Voilà donc pour Mighty No9. Un jeu qui ne brille pas par son histoire des plus classique, un gameplay répétitif dans des niveaux sans saveur et dans des graphismes très tristes. Les doublages sont fatiguant, même si on salue la présence des pistes anglaise et japonaise (cette dernière étant la meilleure bien sûr). La bande son en dehors du thème principale plutôt accrocheur est aussi bien en dessous des attentes.

    Le mode Ex qui consiste à un ensemble de défis sans utiliser les armes et mettant en avant le côté plateforme. Visuellement très vide (oui oui, vide), les défis ne donnent pas plus d’epaisseurs au jeu. Le soft en lui même est très court et ne donne pas tellement envie d’y revenir.

    Trailer de lancement
    Note du test 3/10En conclusion :

    Il était très attendu et c’est avec énormément de tristesse que l’on constate l’échec. Mighty No9 a beaucoup souffert dans son développement certes, mais cela n’excuse des choix artistiques, de level’design ou bien de gameplay. Court, sans saveur, visuellement inintéressant, Mighty No9 n’est pas un bon jeu. La communication autour assurée depuis sa sortie y compris par M.Inafune lui-même enfoncé malheureusement ce jeu qui ne restera pas gravé dans les mémoires et n’a rien de son illustre aîné.

    Les plus

    Assimilation des pouvoirs
    Le choix des pistes sons

    Les moins

    Concept pas poussé
    Graphismes décevants
    Problèmes techniques nombreux
    Court et sans intérêt

    En résumé


    Mighty n°9 par Rating: 3 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles