• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    ReleaseForBurial


  • vita

    Stranger of Sword City
    Editeur : Koch Media
    Développeur : NIS America
    Genre : Action | RPG
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 29 avril 2016
    Trophées : Oui
    Support


    Test Stranger of Sword City

    Publié le dimanche 01 mai 2016 à 10h42 par ReleaseForBurial - 1885
    Partager sur |

     

    Experience Inc. n’en est pas à son premier Dungeon Crawler. Studio à l’origine de jeux tels Demon Gaze et Operation Abyss, il nous reviennent avec Stranger Of Sword City, distribué par NIS America sur PlayStation Vita, dans une version malheureusement totalement en anglais.

    Un avion, une tempête et c’est la cata

    L’histoire débute alors que vous êtes dans un avion pour une destination inconnue. Alors que vous êtes en plein vol, une tempête se déclenche et votre avion se retrouve déplacé dans une autre dimension. A la suite du crash (parce qu’il finit toujours par se crasher l’avion), vous êtes le seul survivant et vous retrouvez perdu au milieu de ruines. Surgit alors un vieil homme (hm… c’est louche) que vous décidez de suivre (sans penser à votre maman qui vous a toujours dit de ne pas suivre d’inconnus). Celui ci vous mène à l’extérieur où vous êtes attaqué par un monstre gigantesque (oh le fourbe, il était donc vraiment louche). Alors que vous vous attendez à mourir d’un instant à l’autre, une jeune et jolie lycéenne japonaise aux cheveux noirs, nommée Riu, tranche la tête de la bestiole et vous sauve. Elle vous explique alors rapidement la situation et vous prend sous son aile.

    Riu est comme vous, une personne venant de notre monde. Ici, vous êtes connus sous le nom de "Stranger", littéralement les étrangers. Dans la ville où vous vous trouvez actuellement, Sword City du monde d’Escario, Riu vous apprend que la gravité est plus faible, ce qui vous donne des pouvoirs que vous n’aviez pas dans l’autre monde. Explication rapide et facile, néanmoins, vous en apprenez encore quand à votre condition et aux monstres que vous affronterez dans ce monde dans les premières (longues) minutes du jeu.

    Les longs préparatifs pour un long voyage

    Comme tout bon RPG (Role Playing Game), le jeu vous propose de créer votre personnage. Ici, le premier personnage sera forcément un humain, mais d’autres races sont disponibles pour les autres personnages que vous pourrez créer plus tard. Vous commencez comme humain donc, vous choisissez le sexe et le portrait de votre personnage et son âge. L’âge est ici très important car suivant l’âge que vous allez choisir, votre nombre de vie et points bonus pour la création de votre personnage est différent. Plus le personnage que l’on crée est jeune plus il a de point de vie, mais à l’inverse moins il aura de points bonus. Le mieux sera de choisir de trancher entre les extrêmes pour essayer de créer des héros "équilibrés". Le premier héros que vous créerez sera lui "immortel" puisqu’il réapparaîtrait toujours à Sword City même après le trépas, alors peut-être ne faut il pas avoir peur de créer un personnage âgé.

    Après cette étape, le choix de la race. Comme dit précédemment, le choix est limité à la race humaine pour la première création, ce qui permet d’avoir un héros un peu équilibré en tout. Les autres races ont leur particularité. On retrouve les Elfes et leur intelligence, les Nains et leur robustesse et leur amour du combat, les Neys aux caractéristiques félines très marquées et agiles et enfin les migmys plus proches de la magie que les autres races.

    Une fois cela fait, vous pourrez enfin jouer… Euh non… Il vous faudra déterminer le talent de votre héros. "The Chosen One" (en gros l’élu) est le talent imposé au début par le jeu. A savoir qu’il y en a 5 en tout et que votre équipe sera constituée de 6 personnages maximum, le choix sera vite fait. Un par personnage.

    Vient ensuite le moment de dézinguer du monstre ? Non ! Damn It ! Comme tout bon jeu de rôle, il va falloir lancer les dès pour déterminer définitivement votre nombre de points bonus, les choix précédents ayant servi à en déterminer le minimum. On va pouvoir passer un bout de temps à relancer le dé dans l’espoir (et si vous avez la patience) de tomber sur un gros chiffre.

    En tout dernier enfin, vous devrez choisir la classe de votre héros. Traditionnels chevaliers, guerriers, sorciers, prêtres, archers sont de la fête, mais il y a aussi les samurais, les ninjas et les danseurs. Il faudra choisir correctement les classes et les compétences qui y sont attachées suivant la position des personnages dans le groupe. En effet, le groupe est composé de deux lignes, une première qui est mieux pour les combattants robustes et préférant le corps à corps et la seconde plutôt réservée aux healers et magiciens.

    Après un passage assez long dans la “base” où se retrouve les Strangers, on va enfin pouvoir commencer à réellement jouer.

     

    Des donjons, des combats et du loot

    Stranger Of Sword City est un dungeon crawler des plus basiques, même si les créateurs ont voulu créer un jeu un peu plus corsé que leurs précédents titres. Le jeu propose de se balader dans différentes parties de Sword City afin d’y découper du monstre et les défaire de leurs artefacts, équipement, et pour certains monstres, les Lineage, plus puissants que les autres, les débarrasser de leur cristaux de sang qui, ça tombe bien, ne peuvent être ramassés que par quelques strangers, les Chosen One, dont vous faites parti !!! Les cristaux seront redistribués aux "vessels", ce qu’est Riu, des êtres servant d’hôtes à des divinités.

    Le jeu vous propose de partir arpenter diverses zones dans le monde d’Escoria avec une vue subjective. Limité à trois grandes zones au départ, le jeu s’ouvre sur des zones variées après quelques heures de jeu.

    Progression classique à chaque zone visitée, vous enchaînerez couloirs, portes et salles dans lesquelles vous attendrons des monstres. Le level design est digne de ce genre de jeu, avec son lot de puzzles, d’allers et retours et salles secrètes dissimulés partout. On traversera des ruines, des palais, des souterrains, des zones désertiques, etc… Classique pour le genre.

    Graphiquement, par contre, c’est triste. La Vita mérite tellement mieux, ici, c’est grossier, des gros blocs anguleux pour former les murs ou moindres aspérités. On est loin, très loin de ce qui se fait de nos jours et c’est dommage. Pour les personnages, à l’écran, on a le droit par contre à de très jolies illustrations, que ce soit monstres ou personnages.

    Lors des explorations, et elles seront nombreuses, vous ferez donc la rencontre des monstres et vous les combattrez pour ramasser les cristaux mais aussi du loot.

    Les combats se déroulent de manière assez classique, au tout par tour. Lors de votre tour, vous choisirez les actions de chacun de vos personnages de chacune des lignes. Suivant d’ailleurs leur positionnement en avant ou en arrière, les choix pourront être limités. Il faudra penser et repenser souvent ses stratégies suivant le type d’ennemis et leur puissance.

    A noter, un système d’embuscade vous permet de vous cacher en attendant l’arrivée d’un groupe de monstres et ainsi prendre l’avantage sur eux. Cet avantage non négligeable vous permettra bien souvent d’avoir le “lineage” avant que le bougre ne prenne la fuite avec les cristaux ou le coffre contenant du précieux loot.

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    Dur dur la vie d'un Stranger

    Stranger Of Sword City est un jeu à difficulté variable. Même si le jeu ne propose que deux niveaux de difficulté (normal et débutant), une variété de solutions pour qui prendra le temps de s’imprégner correctement du système de jeu, vous permettra d’affronter à peu près tout sans aucun soucis. Car au départ, vous allez régulièrement perdre des équipiers qui ont un nombre de vies limitées. De nombreux aller-retours entre la base des Strangers et les zones à visiter se feront pour aller récupérer vos copains. Deux options seront possible pour les ramener à la vie. Une version peu coûteuse mais longue consiste à les envoyer à "l’hôpital" pour qu’ils soient soignés. Convalescence longue. Une manière plus rapide consistera à payer, tout simplement. L’argent accumulé grâce à la revente du loot permettra bien souvent de couvrir les frais de santé… Mais attention toutefois.

    Le loot est important puisqu'il permettra à vos combattants d’être mieux équipés. Pas facile à trouver ou obtenir, les équipements de récupéreront quand même au long de la partie. Combattre beaucoup il faudra mais c’est faisable.

    Là où le jeu à une difficulté variable aussi est la possibilité de fuir parfois certains combats, affectant la jauge de moral du personnage (tout comme les embuscades d’ailleurs). Cette possibilité de fuir les combats enlève un peu du défi. Dommage. Mais vu le nombre important de bestioles que vous allez rencontrer, les combats seront réguliers.

    Il y a aussi la possibilité de doubler la classe de vos personnages. Vous pouvez donc avoir un guerrier avec des habilités de ninjas, un prêtre avec des compétences d’archers etc… Les possibilités sont multiples. Le coup à payer est raisonnable, possible dès le début du jeu. La contrepartie ? Votre personnage verra son niveau divisé par deux, par exemple un niveau 16 repasse niveau 8. De même, le personnage garde toutes ses caractéristiques et compétences mais le tout sera limité au départ.

    Bref, le jeu est vraiment complet et vous permettra de diversifier vos approches si vous prenez le temps de comprendre toutes les mécaniques du genre.

     

    Note du test 6/10En conclusion :

    Stranger of Sword City est un bon jeu même si certaines choses sont un peu agaçantes voir décevantes. Les graphismes sont très pauvres pour un jeu sur Vita, la maniabilité lors des déplacements en fera rager plus d’un, et il est des fois très lourd à comprendre, et encore plus pour les anglophobes. Sinon, le jeu offre une aventure complète, avec des affrontements qui vous feront réfléchir à vos tactiques et des environnements assez grands pour que l’on y passe de longues heures. Stranger of Sword City aura son publique sans aucun doute.

    Les plus

    Le gameplay propre à ce genre, efficace et complet
    La variété de possibilité pour la création des personnages
    La durée de vie.

    Les moins

    Difficulté assez variable
    Les graphismes décevants
    Le rythme parfois lent… Très lent...

    En résumé


    Stranger of Sword City par Rating: 6 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles