• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    ReleaseForBurial


  • ps3

    Anarchy Reigns
    Editeur : Sega
    Développeur : Platinum Games
    Genre : Beat'em all
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 11 janvier 2013
    Trophées : Oui
    Trophée Platine 1 Trophée Or 3 Trophée Argent 5 Trophée Bronze 42 | Trophée Secret 2
    51 trophées au total

    Support


    Test Anarchy Reigns

    Publié le mardi 15 janvier 2013 à 13h53 par ReleaseForBurial - 1995
    Partager sur |

    Premier test de l'année 2013, Anarchy Reigns décortiqué par la rédac.

    Meilleurs vœux !!! Voilà pour la tradition. On vous souhaite tout plein de bonnes choses et on espère que 2013 apportera surtout son lot de bons petits jeux. 
    En attendant, partons à l'essai d'un des premiers titres de cette année, développé par le non peu fameux studio Platinum Games. Vous savez les hits super bourrins Bayonetta, Vanquish ou encore MadWorld, ben c'est eux ! Alors, comprenez qu'on l'a attendu ce nouveau beat'em all.

     

    Anarchy Reigns a été annoncé il y a un bon moment déjà, et a déjà fait parler de lui. Platinum Games est plutôt connu pour sortir des jeux sans multijoueurs, avec des modes solos ultra difficiles et plutôt techniques. Bayonetta en a été un parfait exemple. Très complexe, des coups de furieux mais demandant une dextérité à toute épreuve, surtout si le joueur voulait augmenter la difficulté.

    Donc là, un jeu développé quasiment sur le multijoueur...qu'est-ce que cela peut bien donner ?

    Hélas, après quelques heures de jeu, la tendance est plutôt négative. Loin d'être un mauvais titre, il semble régner dans le jeu et sa conception un bordel pas possible. C’est un peu ça l'anarchie me direz vous, mais bon, là, il manque un petit truc qui lierait vraiment bien le tout.

    D'abord, même s'il est développé pour le multijoueur, Anarchy Reigns possède une campagne solo.

    Celle-ci est utile dans le sens où elle permettra surtout de débloquer les personnages du mode multijoueur. Par contre, niveau histoire et intérêt, faudra revenir.

    On retrouve Jack Cayman, personnage principale de MadWorld, chasseur de prime armé de deux tronçonneuses, qui part à la recherche de Max, ancien leader d'une force d'attaque.

    D'autres personnes sont à sa recherche et finalement cela nous permet de choisir de jouer Jack ou bien Leo, jeune recrue, à la recherche aussi de Max, son mentor dans l'unité.

    Symbolisé chacun par le Black Side (Jack) et le White Side (Leo), quelque soit le chemin que le joueur choisira, cela le mènera au Red Side. L'intérêt ? Quasi nul. Quelques cinématiques sympathiques, une histoire moyenne et aussi et surtout, une succession de missions rébarbatives dans lesquelles il faudra battre des multitudes d'ennemis à l'IA aussi développée que celui d'une plante verte. Ils attendent d'être tués littéralement. Les boss, qui eux sont les personnages à débloquer pour le multijoueur, seront plus ou moins difficiles.

    Bref, pour le solo... Platinum Games nous a habitué à mieux.

     

    Partie à 16...

    Bon passons au multijoueur car après tout, c'est vraiment la cible de notre jeu. Conçu pour avoir des modes accueillant jusqu’à 16 joueurs, on passe par les classiques modes match à mort, en équipe ou "chacun pour sa gueule" et les captures de drapeaux. Et après ? Alors quid des séances de baston et de survie en équipes ? Rien de bien transcendant en fait. Malgré l'intervention durant les parties d'événements tels que des trains qui traversent les arènes, des avions qui bombardent la map ou encore qui s'y écrasent, le tout reste sans réel intérêt. Et surtout problème majeur, c'est brouillon.

     

    Le pourquoi du comment ?

    Bon, il faut faire le point. Déjà, Anarchy Reigns pêche un peu par un manque d'originalité. On a plus de la moitié des personnages qui proviennent de MadWorld et les autres, faut pas chercher de background car ici, le scénario, il est plutôt maigre. En même temps, pas forcément besoin que ce soit à la hauteur d'un drame shakespearien pour se foutre sur la tronche.

    D'ailleurs niveau gameplay, toutes les touches de la manette sont utilisées, et sur le mode solo, il y a moyen de faire de très beaux mouvements, notamment avec les coups spéciaux (tronçonneuses, lames électriques, gants de feu...). Mais même si celui-ci s’avère presque efficace, une fois dans le mulitjoueur, il n'est pas impossible, mais vraiment ardu de caser certaines choses, en partie dû au fait que généralement, tout le monde s'acharne sur les plus faibles, et donc certains ne peuvent que subir. Il y a aussi que visuellement, c'est chaotique. Les environnements de jeu sont vides, sans aucun intérêt visuel. Les personnages sont sympas, avec des bras comme des troncs d'arbre et le QI inversement proportionnel, ce qui nous donne de grands dialogues digne de... euh là je sèche.

    Durant les bastons en ligne, les effets spéciaux rendent quasiment illisible l'action. Côté ambiance sonore, des musiques poussives et très rythmées pourront en fatiguer plus d'un rapidement tandis que les effets sonores sont eux plutôt de bonne facture.

    Note du test 6/10En conclusion :

    Sans être un échec, Anarchy Reigns semble malheureusement trop bien porter son nom. Des combats illisibles en multi, une IA faiblarde en solo, des décors tristounets, un système de progression poussif, et des missions plutôt inintéressantes. Donc, pour moins de 30 euro, ça passe encore mais on ne tient pas là un des meilleurs titres de Platinum Games qui nous a habitué à beaucoup mieux.

    Les plus

    MadWorld en HD.
    Des personnages qui ont de la gueule.
    Un large choix de modes multijoueurs.
    Un prix accessible

    Les moins

    Des combats illisibles à plusieurs.
    Solo sans intérêt.
    Visuellement très pauvre.
    IA faiblarde.

    En résumé


    Anarchy Reigns par Rating: 6 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles