• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps4

    Ace Combat 7 : Skies Unknown
    Editeur et Developpeur : Bandai Namco
    Genre : Action | Combat
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 18 janvier 2019
    Trophées : Oui
    Support


    Partager sur |

    test de Ace Combat 7 : Skies Unknown

    Version Éditeur

    Test Ace Combat 7 : Skies Unknown

    Publié le mardi 29 janvier 2019 à 18h58 par Pilou - 1106

    La série Ace combat a pris son envol sur borne d’arcade puis sur Playstation 1 en 1995 sous le nom Air combat. Véritable phénomène de combats aériens orienté arcade, le septième opus Ace Combat 7 : Skies Unknown annoncé depuis plus de 3 ans au Playstation Experience est attendu au tournant. Bandai Namco a attendu 12 ans entre l’épisode 6 et celui-ci. Pour les fans, l’attente a été longue. Disponible depuis le 18 janvier, adeptes des figures aériennes, voici notre avis sur la question.


    Une campagne solide mais très nippone

    Ace Combat 7 : Skies Unknown est divisé en trois parties. La campagne solo propose 20 missions scénarisées. Dans l’ensemble elles sont variées, prenantes et le long briefing de mission reflète juste le début des missions, des imprévus arrivent le plus clair du temps. Pour le scénario, on est en 2019 dans un univers fictif, Strangereal, 20 ans après la chute de l’astéroïde Ulysses. Un conflit oppose le royaume d’Erusea à la Fédération Oséenne. Le monde étant composé essentiellement d’eau, les actions militaires se déroulent par voie aérienne. Ce conflit est narré par Avril Mead, une mécano et fille d’un héros de guerre. Certes un peu longue, ces cut scenes sont très réussies et nous plongent au cœur de ce conflit où se mêle politique et combat aérien.

    Regarder le briefing sur une carte en 3D animée est primordial pour choisir au mieux son appareil et ses armes secondaires. La maniabilité est exemplaire et accessible à tous. Il ne faut pas être adepte des simulations de vols et/ou posséder un joystick pour faire de belles figures et abattre des avions ennemis avec classe. On tourne la caméra avec le stick droit, le gauche permet de tourner. On accélère avec  test de Ace Combat 7 : Skies Unknown, on ralentit avec  test de Ace Combat 7 : Skies Unknown, test de Ace Combat 7 : Skies Unknown permet de tirer au GUN, test de Ace Combat 7 : Skies Unknown aux missiles normaux ou en switchant avec test de Ace Combat 7 : Skies Unknown sur l’arme spéciale. test de Ace Combat 7 : Skies Unknown permet de verrouiller sa cible. En restant appuyer sur test de Ace Combat 7 : Skies Unknown juste après avoir lancé un missile, on peut le suivre jusqu’à son but.
    Le jeu propose tout de même un mode standard et, pour les plus téméraires, un mode expert qui permet de contrôler le pitch de l’avion. Vous l’aurez compris, ce septième opus reste sur les traces de ses aînés, on a affaire à un jeu d’arcade accessible à tous.

    Pour revenir aux missions, les développeurs ont intégré la météo qui joue bien évidemment dans la visibilité. Un éclair qui tape sur la carlingue et les appareils de visées sont en rade quelques secondes, même chose pour la pluie, le givre. Les nuages ont également une part importante. Ils réduisent la visibilité mais permettent aussi de se cacher. Cette météo est utilisée dans les missions, il faudra par exemple éviter des zones de radars en se cachant et en utilisant sa mini map pour trouver le bon chemin. Ce radar dispose de 3 niveaux de zoom très importants pour se repérer. On a également l’occasion de réaliser des décollages, atterrissages et même ravitaillement en plein vol.
    Petit détail très apprécié, à chaque fin de mission, il est possible de regarder le replay sous différents angles et une télécommande permet d’arriver aux meilleurs moments.

    En fonction de nos actions et prouesses réalisées dans les missions solos et multijoueur (mais pour ces dernières nous y reviendront un peu plus bas), on remplit une cagnotte de PAM. Ces points permettent de débloquer de nouveaux coucous, améliorations, équipements et armes spéciales. Il faut suivre un certain cheminement pour débloquer ce que l’on souhaite, un peu comme le Sphérier de Final Fantasy X. Chaque avion dispose de compétences propres jouant sur les caractéristiques suivantes : vitesse, maniabilité, stabilité, attaque air-air et air-sol et enfin la défense. Certains appareils sont attitrés au combat aérien, les chasseurs, d’autres au combat au sol et la dernière classe en regroupe des polyvalents, les multirôles. Chaque amélioration débloquée utilise des emplacements sur l’avion. Ils sont bien évidemment limités mais permettent d’augmenter la portée, les dégâts, la résistance au givre, le blindage.
     

    test de Ace Combat 7 : Skies Unknown
    Les cut scènes sont réussies


    Une réalisation qui envoie au septième ciel

    Ace Combat 7 : Skies Unknown utilise avec brio l’Unreal Engine 4. C’est beau, fluide, les sensations sont au rendez-vous. Les nuages sont criants de vérité et l’horizon nous fait rêver. Les effets météo donnent le tournis et “cré non de diou”, les orages sont splendides. La modélisation des avions est bluffante. Même les décors, qui parfois dans ce genre de jeu perdent en qualité à mesure qu’on se rapproche, sont ici variés et détaillés. Le character design très japonais est convaincant et les musiques sont des petites pépites.
    Ace Combat 7 propose les langues anglaise et japonaise et c’est le seul reproche du jeu. Il est fréquent en pleine mission de perdre le fil de l’histoire et de rater des informations importantes sur la suite du niveau. Déjà d’une part parce qu’on est scotché à son cockpit et d’autre part, parce que la police employée pour les sous-titres est située en haut de l’écran et de couleur blanche qui se confond souvent avec les nuages.
     

    test de Ace Combat 7 : Skies Unknown
    La modélisation des avions est magnifiée sous l'Unreal Engine 4

    Un multijoueur classique et consacré au mode compétitif

    Le multijoueur reste assez classique mais d’une grande qualité : pas de lags, des combats ultra nerveux, le chat pour le jeu en équipe et les messages radios pré-enregistrés. Il propose uniquement des parties compétitives seul ou en équipes. Le mode affrontement (chacun pour soi) oppose jusqu’à 8 joueurs où le but est de faire un maximum de points dans le temps imparti. Le second mode est le MME (match à mort par équipe) et comme son nom l’indique, oppose deux équipes. A la clé, on débloque des récompenses, des médailles et surtout des PAM qu’on peut dépenser dans l’arbre de recherche partagé entre le multi et le solo.
    Les parties se jouent sur 6 environnements et il est possible de limiter certaines éléments : le coût de l’avion et l’utilisation ou non des armes spéciales. Chaque avion a en effet un coût et les équipements et améliorations également.
    Le hangar permet de préparer ses avions avec les équipements et améliorations données. Souvent annoncé, le mode coopération est aux abonnés absents, c’est bien dommage surtout que le jeu en écran splitté aurait pu être une véritable plus-value.



    Des missions VR sans galette

    La troisième et dernière section du jeu est le mode VR. Cantonné à uniquement 3 missions dédiées, le jeu au VR est une pure merveille, immersive au possible et pour ma part sans motion sickness. C’est beau, fluide, on prend plaisir à regarder à 360° dans le cockpit pour repérer ou même regarder exploser ses ennemis. Dommage, que comme dans Resident Evil 7, la campagne solo et même le multijoueur ne sont pas jouables en totalité au Playstation VR. Surtout qu’en 1h30-2h, ces trois missions sont vite bouclées. On notera également la possibilité de faire du vol libre et de lancer le mode « Spectacle aérien » où on peut observer sur un porte avion l’exécution de figures qu’on aura choisi de faire exécuter aux pilotes.

    test de Ace Combat 7 : Skies Unknown
    Certaines armes spéciales permettent de cibler plusieurs ennemis

    Note du test 8/10En conclusion :

    Il aura fallu attendre 12 ans pour renouer avec la franchise Ace Combat, et c’est une belle réussite. Doté d’un solo varié et prenant, d’un multijoueur certes compétitif mais addictif et de missions VR splendides, Ace Combat 7 : Skies Unknown est très accessible et fait partie des jeux de référence comme ses aïeuls.

    Les plus

    Maniabilité au top et très arcade
    Réalisation réussie
    Immersion au PS VR
    Campagne variée
    Multi uniquement compétitif mais convaincant
    L'arbre de recherches bien pensé

    Les moins

    Pas de coopération
    Pas d’écran splitté
    Lisibilité des textes en mission
    Qui peut faire perdre la mission
    VR scindé de la campagne

    En résumé


    Ace Combat 7 : Skies Unknown par Rating: 8 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles