• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    ReleaseForBurial


  • ps4

    Cities Skylines
    Editeur : Paradox Interactive
    Genre : Gestion
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 15 août 2017
    Trophées : Oui
    Prix de lancement : 39,99€
    Support


    Test Cities Skylines

    Publié le lundi 04 septembre 2017 à 13h23 par ReleaseForBurial - 1416
    Partager sur |

     

    Cities Skylines est une référence du city builder depuis un moment sur d’autres plateformes. Enfin sorti sur la console de Sony, on a voulu savoir ce qu’il en était.

    A vous la construction

    Dream Big

    L’ambition de Cities Skylines est claire : vous donnez les outils pour construire la ville de vos rêves. Vous me direz, c’est un city builder donc quoi de plus logique. C’est une grande partie de la vérité. Mais Cities Skylines voit les choses en grand, très grand. A commencer par la taille des cartes de départ.

    Choisir sa zone de départ se fait via une large sélection de cartes aux propriétés différentes. Divers types de terrains variant entre les zones côtières, montagnardes, plaines et avec des climats et des ressources naturelles variés. Et les cartes sont justes immenses. Une vue aérienne de la zone montre au joueur l’ampleur de l’espace alloué au développement de sa ville et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a de quoi faire ! Rares sont les jeux du genre qui proposent autant d’espace dès le début de la partie.

    Une fois la sélection effectuée, d’autres paramètres sont immédiatement personnalisables dont un en particulier assez signifiant.

    Cities Skylines autorise le joueur à commencer sa partie directement avec des fonds illimités. Pas de soucis à se faire donc, juste construire sans aucune limite financière, sans avoir à faire rentrer de l’argent via les impôts, l’import-export ou la consommation.

    Voilà donc l’idée de la grandeur et de la liberté que propose Cities Skylines.

    Ce détail peut-être intéressant pour celui qui débutera le genre avec ce titre ou pour les architectes les plus fous qui bâtiront des villes merveilleuses.

    En vue éloignée c'est assez impressionant

    Je mets ça où ?

    Ceci est donc le premier point présenté par le jeu. Une fois arrivé sur la carte, les choses sont un poil différentes. Cities Skylines ne fait pas comme les autres jeux et prônent la liberté totale. Malheureusement, cette ligne de conduite peut avoir un effet néfaste, tout particulièrement dans l’explication de ses mécaniques. Seules quelques explications apparaissent à l’écran au début de la partie pour donner un éclairage très limité sur les outils de construction et cela laisse le joueur partir à la découverte de toute la panoplie restante, sans pour autant la comprendre.

    Ne proposant pas de campagne, le jeu ne prend donc pas par la main le joueur. Dans certains softs, le but même de ces campagnes avec missions et objectifs est de faire prendre en main et comprendre tous les outils donnés au joueur. La liberté a donc du bon mais bizarrement, elle est impressionnante lorsqu’elle n’est pas un minimum cadrée et peut donner aussi un sentiment d'austérité au titre.

     

    Malgré tout, après un temps, les mécaniques du jeu deviennent plus fluides et il est vrai que de puissants outils permettent de gérer et de contrôler le moindre aspect de la ville.

    Les possibilités de gestion sont énormes. Que ce soit les impôts, celle du trafic, des transports en commun, ou de la distribution de l’énergie, il est quasiment impossible de laisser un point au hasard.

    On pourra aller au plus près des habitants en zoomant jusque sur les habitations, et on pourra regarder la vie des gens à la loupe. Un soucis du détail donc visible même à très petite échelle.

    Tout est gérable dans Cities Skylines

    Big City

    La grandeur à laquelle aspire Cities Skylines se retrouve aussi dans l’aménagement de la ville. En effet, les outils de constructions ne permettent pas de réellement faire dans le détail. Même si après apprentissage des différentes formes d’applications, on ne peut créer des habitations ou zone de commerce ou d’usines qu’en "peignant" de larges zones. Un peu déstabilisant à la première approche, on se rend compte en fait que cela est dû à la grande taille des cartes et au positionnement de la caméra. Celle-ci se place tellement haut sur une carte tellement grande qu’il est impossible d’implanter les maisons une par une. Qui plus est l’I.A. du jeu se charge aussi du type d'habitation automatiquement. Pareil pour les commerces aussi. Il faudra avancer plus loin dans le jeu pour débloquer vraiment chaque type de construction et on s’amusera à remodeler des quartiers entiers.

    Visuellement, Cities Skylines est très bon aussi. Que ce soit en vue aérienne ou au ras du sol, les détails des immeubles, la vie qui grouille partout, les effets de lumière, tout est vraiment soigné. Le meilleur moment reste la nuit où il est merveilleux presque de voir sa ville s’illuminer. Les cartes de bases présentent de beaux environnements et comme dit précédemment assez gigantesques.

    Côté son, le jeu pêche avec seulement des bruits de fonds de la ville. On aurait bien aimé une petite musique de fond pour accompagner les longs moments sur le jeu.

    Le petit hic…

    En dehors d’un manque de guidage au début du jeu, il y a vraiment une ombre au tableau. Il s’agit de l’interface. Récemment, des jeux comme Aven Colony ont prouvé que les city builder pouvait avoir une interface très bien adaptée pour la console avec des menus sous forme de roues, très pratiques. Là, l’interface est assez austère, et la navigation le long de la barre à faire défiler n’est pas la plus ergonomique. Un regret donc de ne pas avoir mieux pensé cela.

    Trailer de lancement
    Note du test 8/10En conclusion :

    Cities Skylines est immense. Dans ses proportions et ses ambitions. City builder avec un système de gestion fouillé, complet et parfois complexe. On peut s’y attaquer avec légèreté sans se soucier des fonds ou alors se mettre la pression et gérer chaque détail de la vie de la ville. Malgré le problème d’interface qui aurait dû être mieux adaptée à la version console, le jeu propose une expérience prenante et visuellement attirante.

    Les plus

    Une référence du city building sur PS4
    Visuellement impressionnant
    La "taille" du jeu

    Les moins

    Bande son à revoir
    Interface des menus pas ergonomique
    Manque d'un tutoriel

    En résumé


    Cities Skylines par Rating: 8 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles