• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    ReleaseForBurial


  • ps4

    Agony
    Editeur : Koch Media
    Développeur : Madmind Studios
    Genre : Survival-Horror
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 29 mai 2018
    Trophées : Oui
    Prix de lancement : 39,99€
    Support


    Test Agony

    Publié le jeudi 21 juin 2018 à 07h20 par ReleaseForBurial - 1003
    Partager sur |

     

    Faut l’avouer, Agony était très attendu ! Depuis son financement en 2016, le studio Madmind nous a abreuvé de quelques bonnes vidéos nous donnant un avant-goût de leur vision de l’Enfer. Et ça faisait envie. En quelque sorte, on ne peut pas dire que Madmind n’est pas tenu sa promesse. Vous vouliez une virée en Enfer ? Ben vous l’avez !

    On pouvait y croire avec de telles images

    Toi qui franchit ses portes, abandonne tout espoir…

    Vous êtes Amraphel, âme qui chute directement sans explication en enfer. Votre but sera de retrouver la Déesse Rouge, la seule à pouvoir vous sortir d’ici. Les bons jeux ne sont pas toujours basés sur un super scénario, alors pourquoi pas ? Le joueur va donc passer les portes de l’enfer et tenter de rejoindre cette déesse.

    On peut accorder ce mérite aux polonais de Madmind, leur vision de l’enfer est sans concession. L’ambiance est malsaine, sombre, viscérale, hommes et femmes sont écorchés, torturés, les corps se décomposent, le sang abonde et le désespoir transpire par tous les murs. Gore, relations tordues avec des corps démembrés, démons, et autres âmes en perdition, on tient là un jeu qui ne fait pas dans la demie mesure et allant très loin.

    Tu as de beaux yeux tu sais ...

    Longue est la route…

    Pénible le chemin qui, de l’ombre, mène à la lumière… Et pour être pénible, malheureusement, le jeu l’est…

    Dès les premiers pas, malgré une prise en main on ne peut plus simple, on sent que quelque chose ne va pas. C’est lourd, très lourd d’avancer et manipuler les torches, très raide ainsi que d’effectuer d’autres actions contextuelles. Deuxième chose qui saute aux yeux après avoir franchi les portes, c’est le manque de visibilité. Même avec les gamma réglés au plus clair, on se rend compte qu’il est très difficile de trouver les passages, les failles dans lesquelles il faut s’immiscer, ou encore simplement s’orienter. Et il faudra s’y habituer tout au long du jeu car la lisibilité de l’environnement ne s’améliorera pas.

     

    Et c’est pas fini…

    Et il faudra aussi s’habituer au jeu lui-même en fait. Dès le premier vrai niveau du jeu, on comprend qu’il faudra essayer de traverser les différents niveaux de l’Enfer en étant incapable de se battre, forçant le joueur à avancer en évitant les démons voulant nous faire des choses pas catholiques. Des mécaniques d’infiltrations souhaitaient être mises en place, mais on comprend bien vite qu’elles ne fonctionnent pas comme on l’entend. La faute à une gestion très bizarre de l’I.A. qui pourra vous passer sur les pieds et ne pas vous voir mais qui vous trouvera alors que vous aurez réussi à vous glisser dans une cachette pas plus grand qu’un trou de souris. Il sera possible aussi de retenir son souffle mais là encore, l’efficacité de la chose est mise en échec une fois sur deux, les démons nous délogeant également alors que l’on ne fait aucun bruit.

     

    On meurt donc régulièrement sans pour autant en être le fautif.

    Lors d’une mort, on pourra tenter de rejoindre, une fois l’âme échappée de son enveloppe charnelle actuelle, vers le corps d’un autre damné pour peu que l’on lui aura retiré le sac en toile qu’il porte sur la tête lors d’une précédente rencontre. Cela permettra de reprendre dans la foulée. En cas d’échec de ce transfert de corps, le joueur sera renvoyé à la dernière sauvegarde qu’il aura activé manuellement plus tôt dans le niveau.

    Tremblez !!!

    Un enfer sans fin…

    … et surtout pas fini !! Entre plantages, sauvegardes corrompues, obligation de désinstaller et réinstaller le jeu à plusieurs reprises et donc tout recommencer, il faut faire avec les autres bugs qu’il serait indécent d’énumérer ici… (et surtout ça prendrait un temps fou). Et on ne peut pas dire que l’on peut se rattraper sur un visuel de dingue. Non, même pas. Car les vidéos étaient alléchantes et on avait envie de la faire cette virée en Enfer. Ca avait de la gueule même. Le produit final est décevant. Les graphismes sont moyens, à part quelques moments au dessus des autres. Les textures se ressemblent trop pour vraiment finalement faire ressortir quoi que ce soit et on a l’impression de progresser continuellement dans les mêmes décors, ponctués de scènes variants également peu une fois que l’on a fait le tour des tortures et autres obscénités morbides du jeu.

    D’ailleurs, la direction artistique s’orientant autour de cette débauche d’hémoglobines, de scènes pseudo-choquantes, finit par elle aussi perdre de sa saveur.

    Quant aux animations des personnages croisés, là aussi, c’est médiocre voir mauvais. On est à des années lumières de ce que promettaient les développeurs. S’il y a bien quelque chose de vraiment effrayant dans Agony, c’est bien cela, la pauvreté et la raideur des animations des protagonistes.

    La bande son sort un peu du lot pour peu que l’on apprécie d’entendre des cris de douleur et de désespoir pendant un moment.

     

    On y vient à bout... Ou pas

    Pour les plus courageux qui iront jusqu’au bout et voudront tenter quelque chose d’encore plus fou que d’avoir eu la force de terminer les huit heures qui composent le jeu, il sera possible de le refaire jusqu'à six fois pour déverrouiller toutes les fins.

    Et pour les plus téméraires (ou masochistes), d’autres modes de jeu vous permettront de voir combien de temps vous survivrez ou bien même d’incarner un démon qui devra tuer un maximum de pauvres damnés.

    Malheureusement, cela ne relève pas pour autant le niveau d’intérêt.

    Vidéo de Gameplay
    Note du test 3/10En conclusion :

    Agony est un jeu médiocre qui a bénéficié d'un bon buzz avant sa sortie notamment avec ses difficultés avec la censure. Toutefois, c'est sa technique qui le plombe avec ses bugs à foison, sa prise en main raide, ses animations dégueulasses etc… Dommage car on attendait vraiment quelque chose d'Agony, une promesse d'un jeu dérangeant avec sa direction artistique très gore et sa vision sans concession de l'Enfer. Au final, le soufflé retombe très vite et douloureusement. À oublier.

    Les plus

    Le concept (même si mal exploité)
    Quelques moments au dessus des autres

    Les moins

    Jeu médiocre
    Une technique parfois à vomir
    Mécaniques de jeu incompréhensibles
    Pas de véritable style de jeu
    Pas d'histoire
    Trop de gore tue le gore

    En résumé


    Agony par Rating: 3 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles