Note du test 9/10En conclusion :

Planet Coaster: Console Edition est le jeu de gestion de parc d'attractions. Même s'il faut un certain temps pour appréhender le jeu à la manette et la grande profondeur dans la gestion, le jeu est grisant, chronophage et pousse à la créativité. Un hit de fin d'année et un jeu de qualité au lancement sur PlayStation 5 et sur sa grande sœur. Bravo à Frontier Developments pour ce portage de qualité.

Les plus

Prenant
Complet
Magnifique
Chronophage
Pousse à la création
Détaillé
Bourre de vie
Profond dans sa gestion
Le partage sur consoles

Les moins

Manette toujours moins précise que le combo clavier/souris
Des ralentissements dans les grands parcs

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps5

    Planet Coaster: Console Edition
    Editeur et Developpeur : Frontier Developments
    Genre : Gestion
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 19 novembre 2020
    Trophées : Oui
    Support

    Disponible aussi sur : ps4

    Test Planet Coaster: Console Edition

    Publié le mercredi 09 décembre 2020 à 21h59 par Pilou
    Partager sur

    Après la gestion d'hôpital dans l'excellent Two Point Hospital ou celle d'un donjon et de ses êtres du chaos dans le troisième épisode de la série Dungeons, Frontier Developments nous propose une petite virée dans la gestion de parcs d’attractions sur PlayStation 4 et PlayStation 5. Si vous êtes adeptes d'Eurodisney ou d’Europa Park et que la dure mission de création et gestion de parcs ne vous fait pas peur, alors Planet Coaster : Console Edition fraîchement disponible est fait pour vous et on vous donne notre avis.

     

    Pimp your park


    Pour débuter, sachez que le jeu acheté sur PlayStation 4 est jouable gratuitement sur PlayStation 5 (test réalisé sur cette dernière).
    Planet Coaster : Console Edition est d’abord sorti sur PC en 2016, support le plus approprié pour le jeu de gestion, le combo souris/clavier étant le plus apprécié pour le genre, mais le studio nous a chouchouté en adaptant le gameplay au jeu à la manette.
    Frontier Developments met carte sur table en 2020 pour nous proposer leur bébé très réussi à l’époque sur consoles.

    Avant de rentrer dans certains détails du gameplay et de maniabilité, il est important de parler du concept. Le principe de Planet Coaster est simple : construire un parc, le faire fructifier, acquérir de la notoriété et gagner de précieux dollars, tout en amusant les visiteurs, en étant un bon patron. Simple oui mais qui prendra des heures voire des jours pour y parvenir. Le jeu est très complet et prend énormément de temps à concevoir son parc de rêve.

    Le jeu se décompose en plusieurs parties majeures. Le mode carrière impose les choses mais permet de monter crescendo dans la difficulté et de découvrir tous les aspects du jeu.
    Les premières missions de la carrière servent de gros didacticiel pour se familiariser avec le gameplay de Planet Coaster. On remplit des objectifs octroyant des étoiles, donnant accès à d’autres missions et faisant augmenter son niveau de manager.
    Le mode Bac à sable est, comme son nom l’indique, un jeu libre. Le mode défis impose des objectifs.

    Responsive image
    Bienvenue à Planet Coaster

    Play, create, build and Dream


    La gestion est simple dans son fonctionnement et le but du créateur de parc est d'en assurer chaque engrenage. Il faut jongler entre la création d’attractions, leur recherche, leur maintenance, leur environnement pour attirer plus de monde.
    On fixe énormément de paramètres comme le prix d’entrée, les files d’attente prioritaires, le nombre de wagons et même jusqu’au déroulement d’un tour. Pas de panique, des valeurs par défaut sont définies. Comble de l’attraction, il est possible de prendre place dans cette dernière pour voir le déroulement d’un tour en vue à la première personne.

    Attractions d’un côté, montagnes russes de l’autre, le fer de lance est l’amusement dans Planet Coaster, on utilise, on crée des montagnes, le must-have du genre.
    Campagne publicitaire à la clé pour faire de la pub et amener du monde pour cette dernière, le jeu est encore une fois complet.
    On crée bien évidemment des boutiques de souvenirs, des restaurants, hôtels, boutiques de boissons ou de nourriture pour gagner plus d’argent. Les toilettes, aussi, sont souvent un oubli, tout comme les poubelles et bancs pour les visiteurs.
    La gestion poussée permet même de faire ou non des économies sur les ingrédients utilisés.

    Un parc n’est rien sans son personnel, il faut embaucher des agents d’entretien, des mécaniciens, des vendeurs, des animateurs, des agents de sécurité, … en nombre suffisant pour éviter les burn-out. Il faut penser aux salles de repos, aux formations, aux promotions. Chaque membre a son utilité.

    Le pavé tactile permet d’accéder aux informations cruciales du parc pour aiguiller le joueur dans ses axes d'amélioration : intérêt du parc, propreté, attentes, prix, … On peut voir le contentement des visiteurs, du personnel, ... de manière générale ou individuelle. Les recherches se font également là tout comme les emprunts.

    Responsive image
    Le moteur offre un jeu magnifique

    Et le jeu à la manette alors ?


    Le jeu à la DualSense nécessite quelques heures pour être dompter. Il m’arrive encore de m'emmêler les pinceaux pour relier des allées à l’entrée d’une attraction.
    Mais dans l’ensemble, le contrat est parfaitement rempli. On zoome et dézoome avec les gâchettes avant et on navigue dans les onglets avec celles arrière. Les sticks gèrent la caméra, rotation, inclinaison, tout y est.
    Les boutons gèrent les actions et le bouton carré permet de revenir en arrière en cas de bétises (en rapport avec les allées par exemple), c’est le CTRL+Z de la gestion de parc.
    On peut faire des sélections multiples pour déplacer plusieurs éléments. Même le déplacement en 3D des éléments est possible. On peut par exemple créer des attractions sur pilotis pour faire un parc aérien, même chose en sous-sol mais c’est beaucoup moins évident.
    Le terraforming est complet et permet d’ajouter des niveaux, des étendus d’eau, … Même la qualité de l’eau est présente (claire à trouble).
    Le premier thème “Pirates” de la carrière permet de découvrir un train fantôme souterrain avec l’antre du Kraken, c’est assez excellent.

    Responsive image
    La customisation est très poussée

    Built and share


    Cet exemple montre tout le potentiel du jeu car en plus de la gestion très poussée de son parc, la créativité est un élément indispensable pour le joueur mais bien présent pour personnaliser son parc.
    Partie importante de Planet Coaster, il est possible de créer et sauvegarder ses créations. Concevoir un bâtiment de A à Z avec les pièces imposées mais nombreuses du jeu est possible.
    Comme je le disais, des jours pour parvenir à un parc optimal est plausible pour les passionnés.
    Il n’y a qu’à voir les créations partagées pour s’en rendre compte. Parc complet, attractions, objets, plans tout est récupérable et partageable de la/pour la communauté via le Frontier Workshop.
    Un système intelligent de description et de capture d’écran permet de vite (re)trouver des/ses créations.
    Un fan a partagé un début du parc d’Europa Park, avec des affiches et lignes pour la distanciation sociale. On peut vraiment réaliser ses rêves.

    Responsive image
    Les montagnes russes sont au cœur du jeu

     

    Un jeu magnifique


    La réalisation sous l’égide du moteur Cobra permet un rendu magnifique du jeu. Le souci du détail est assez exceptionnel et le look cartoon inhérent à ce genre de jeu est réussi.
    On peut par exemple voir les visiteurs courir pour avoir la meilleure place dans l’attraction ou l’opérateur de cette dernière leur souhaiter un bon tour.
    Plus de 1000 visiteurs dans le parc, pas de problème, le jeu les affiche. Bien évidemment, la création n’a pas de limite mais la technique si, bien évidemment. Dans les gros parcs, on note quelques ralentissements mais rien de grave.
    Le jeu est entièrement en français au passage.

    Responsive image
    Il est possible de prendre place dans ses attractions

     




    Test Planet Coaster: Console Edition - 5 minutes de lecture