Note du test 6.5/10En conclusion :

Enlisted augure du très bon. Avec son suivi et l'écoute des développeurs, Enlisted trouve indéniablement son public. Il faut bien évidemment être moins regardant sur certains couacs et l'aspect bêta du jeu pour l'instant. Son système de progression, les aspects macro et micro gestion de son armée offrent une immersion intéressante. Il faut laisser une chance à ce jeu qui sort un peu des sentiers battus et qui s’éloigne un peu des ténors du genre que sont Battlefield et Call of Duty.

Les plus

La WWII
Le système de progression
Les campagnes
Les bonnes sensations
Le côté réalisme
Revivre le débarquement
Beau..

Les moins

Mais pas tout le temps
Piloter un char
Et l'avion
Des améliorations attendues certains aspects

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps5

    Enlisted
    Développeur : Gaijin Entertainment
    Genre : FPS | MMO
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 02 mars 2021
    Trophées : Oui
    Support


    Test Enlisted

    Publié le lundi 19 avril 2021 à 15h00 par Pilou
    Partager sur

    Enlisted avait suscité notre curiosité, en version bêta sur Steam et Xbox, on attendait avec impatience sa venue sur PlayStation 5 ! Après quelques trailers nous emmenant dans un des pires conflits que l'homme moderne ait connu, Enlisted a fait ses premières armes en mars en version bêta payante et depuis le 8 avril en version Free to play. Votre fidèle serviteur s’est frotté depuis à plusieurs affrontements et vous donne son verdict.

     

    Un MMO FPS


    Enlisted est donc gratuit depuis le 8 avril. Développé par Darkflow Software et édité par Gaijin Entertainment, le jeu, depuis sa version définitive, suit les traces des autres jeux massivement multijoueurs de la firme. Des achats in-game permettent donc de gravir plus rapidement les échelons mais il est tout à fait possible (moyennant de longues heures de jeu) d’obtenir ce que l’on souhaite. Les packs de groupes de soldats, d’armes ou encore l’achat de la monnaie virtuelle du jeu, l’Enlisted Gold sont donc proposés sur le PlayStation Store et c’est clairement pas donné.
    Petite déception pour les joueurs de la première heure, le reset des statistiques et des niveaux passés a été opéré le 8 avril avec cette version finale. Dommage!

    Mais revenons à Enlisted, de quel genre est-il ? Enlisted est donc un MMO FPS permettant de revivre les grandes batailles de divers fronts.
    Plus proche d’un Battlefield V que d’un Call of Duty WWII, Enlisted tire son épingle du jeu en proposant un jeu plus réaliste. Sur ce plan, il se rapproche plus de Verdun et Tannenberg.

    Responsive image
    L'une des maps du front de Moscou

    Deux Campagnes pour l’instant


    Deux campagnes sont proposées pour l’instant mais le studio a annoncé via les menus du jeu qu’en plus des batailles de Moscou et de Normandie, celles de Tunisie et de Berlin arriveront dans les prochains mois.
    Chaque campagne propose un panel de cartes où se disputent deux camps : allemands et russes sur le front russe et américains et allemands sur celui de normandie.
    Pour donner une impression d’affrontements immenses, chaque joueur dispose de plusieurs sections de 2 à 8 trouffions qu’il contrôle à tour de rôle.
    Le joueur déplace ainsi l’un des membres d’une escouade et il peut switcher et donner des ordres aux autres membres. L’IA ne fait pas de miracles mais les bots réagissent plutôt bien aux différentes situations.
    Durant la fin de la bêta, un mode solitaire avait été testé, il devrait revenir dans la version définitive dans peu de temps.

    Responsive image
    Et celle du front de Normandie

    Un feeling réaliste


    Le feeling est plutôt bon dans Enlisted et le côté réaliste, une balle, tu meurs plait. La sensation des différentes armes est également bonne même si le côté un peu lourdaud peut dépayser.
    Pour accentuer ce côté simulation, chaque fantassin dispose d’une barre d’endurance et de santé. Il est blessé, il faut disposer d’un kit de soin pour stopper une hémorragie ou remplir sa jauge de santé.
    Plutôt plaisant, le côté réaliste est même poussé dans la gestion de ses escouades. Elles sont personnelles au joueur et évoluent dans le temps. Chaque soldat acquiert de l’expérience et peut obtenir des récompenses individuelles comme une récupération plus rapide de la santé ou de l’endurance. Les escouades passent également des niveaux et la section “Améliorations” offre des upgrades de section et personnelles.

    Encore une gestion de la simulation accrue, les armes sont en quantité limitée et il faut passer des niveaux de campagne pour en débloquer de nouvelles. En participant aux campagnes, on obtient des cartes de déploiement de nouveaux soldats et armes/équipements. C’est ici que l’achat in-game intervient si on veut utiliser quelques raccourcis moyennant des euros.
    Il faut également faire de la microgestion et équiper ses soldats en fonction de ses réserves. On peut améliorer ses armes, y ajouter des accessoires, augmenter son sac à dos pour porter plus de kits et grenades par exemple. Encore une fois, soit on attend l'évolution de ses soldats soit on paie avec la monnaie virtuelle le déblocage immédiat.

    Responsive image
    Le jeu est très immersif

    Des récompenses et un suivi intéressant


    Au fur et à mesure de l'avancée d’un camp dans la campagne, on débloque de nouveaux pelotons. Troupes d’assaut, mécaniciens, tireurs d’élite ou encore pilotes rejoignent l’armée du joueur.
    Il est ainsi possible de jouer au contact, de demander un tir d’artillerie, de sniper d'assez loin ou encore de construire des places fortes pour défendre une position. Bazooka, lance-flammes, mines, sac à dos plus important, on débloque ses nouvelles possibilités en se focalisant sur un camp pour une campagne donnée. Rien n’est partagé entre les camps et les campagnes du jeu. Tout est indépendant.

    En plus des fantassins, le joueur peut piloter des avions ou des blindés. On ajoute encore plus d’immersion dans le jeu même si le maniement n’est pas du tout aisé.

    Depuis la fin de la bêta, le jeu reçoit de nombreuses mises à jour ajoutant du contenu et corrigeant des bugs plus ou moins gênants. Il y en a encore un paquet et certains menus ne sont pas traduits. Dans l’ensemble le jeu est très stable.

    Responsive image
    Les tanks peuvent inverser la tendance

     

    Un jeu next gen?


    Les deux campagnes offrent de beaux panoramas. Exclusif à la PlayStation 5, Enlisted est relativement beau, pas exceptionnel et pas forcément identique sur toutes les maps mais le titre se bonifie. La 4K, les textures sont bien next-gen et l’une des dernières mises à jour a même ajouté le cycle jour/nuit.
    Il y a également de la destructibilité et la plage de débarquement nous ramène forcément à d’autres titres tels que les premiers Call of ou encore Medal of Honor, Fourcherman ne me contredira pas.

    Les maps sont variées et proposent diverses biomes avec des habitations ouvertes, de larges champs, du relief, des tranchées, des châteaux où des cratères encore fumants ou des carcasses de véhicules les jonchent. Pour le moment, seuls deux modes sont proposés et restent archi classiques. Nous avons donc le mode conquête où les deux camps se disputent des points stratégiques à défendre ou attaquer.
    Le second est la conquête où il faut faire reculer les lignes de défense du camp adverse.


    La bande son contribue également à l’immersion et la spatialisation est réussie, on arrive bien à s’orienter.

    Pour PSMag, il faut profiter de ce free to play et ainsi se faire une idée. On espère que le jeu sera suivi par une communauté et qu'il grossira en contenu dans les prochains mois.

    Responsive image
    Un assaut allemand avec le lance-fkamme

     




    Test Enlisted - 5 minutes de lecture