• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    ReleaseForBurial


  • ps3

    MotoGP 13
    Editeur : Big Ben Interactive
    Développeur : Milestone
    Genre : Course | Arcade
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 21 juin 2013
    Trophées : Oui
    Trophée Platine 1 Trophée Or 2 Trophée Argent 10 Trophée Bronze 38 | Trophée Secret 0
    51 trophées au total

    Support

    Disponible aussi sur : vita

    Test MotoGP 13

    Publié le vendredi 28 juin 2013 à 11h11 par ReleaseForBurial - 2742
    Partager sur |

     

    Après des épisodes plutôt décevants et une année d'absence sur nos consoles, MotoGP revient enfin.

    On the road again !

    Nouvelle grille de départ

    Premier changement, c'est désormais le studio italien Milestone qui se charge de développer le jeu officiel du MotoGP. Son pari est de réussir un reboot de la licence. Des changements dans le fond et la forme.

    Au lancement du jeu, on a le droit à la traditionnelle vidéo de présentation sur fond de musique déchaînée. On est séduit d'ailleurs par les quelques images de courses tirées du jeu, mélangées aux images réelles.

    Nous voilà au menu du jeu et comme vu lors de la preview, on se concentre ici sur le pilote. On choisit le nom, l'apparence, la tenue, le casque, le chiffre, mais aussi son agent et son technicien. Ces derniers sont les vrais agents et mécaniciens des pilotes MotoGP actuels lorsque l'on joue avec un pilote officiel.

    Dernière possibilité pour personnaliser son pilote, l'arrivée cette année des différents styles de pilotage. Coudes rentrés, épaules sorties, ou encore à l'ancienne, chacun pourra adopter un style bien à lui et améliorer ses performances via ce détail.

    Une fois le pilote créé, on peut enfin rentrer dans le jeu. Reste plus qu'à choisir une team pour avoir une moto à piloter.

    Moto GP 13 Des pilotes et motos très bien modélisés

    Qualifications, essais et courses

    Les jeux de simulation de motos n'ont jamais proposé des modes de parties bien différentes, et on retrouve ici les grands classiques. La course rapide, le championnat, et bien sûr le mode carrière. À cela, on ajoute l'inévitable multijoueurs en ligne, et nouveauté de ce reboot, le multijoueur en écran partagé qui permettra de jouer avec un ami sur le même écran.

    La course rapide lance le joueur dans une course aléatoire, avec choix de pilote et catégorie automatique.

    Le championnat permet de s'exercer, comme son nom l'indique, sur le championnat officiel complet de la première à la dernière course, ou moins si désiré.

    Ici, on a déjà plus de paramètres à gérer. Le nombre de tours, les intempéries, la difficulté de l'IA, les dégâts de la moto, les aides au pilotage etc... Bref, de quoi se faire sa course personnalisée, ou de jouer dans les conditions les plus proches de la réalité.

    On retrouvera d'ailleurs ces paramètres dans le mode carrière avant chaque course. De quoi aussi se recréer les conditions (ou presque) du championnat réel.

    Atteindre les sommets

    Le mode carrière est le plus gros morceau de ce nouveau MotoGP.

    Les pilotes passent une bonne partie de leur temps sur les circuits et leur motorhome, ces "maisons" sur roues qui procurent tout le confort nécessaire à nos champions. Milestone pour son mode carrière a donc créé cet espace dans le jeu et l'a transformé en hub pour les sous menus.

    Ici, le pilote pourra gérer sa garde robe (les combinaisons et ses couleurs quoi), lire les journaux, rejoindre les courses prévues au calendrier, mais aussi, communiquer avec son agent et ses fans via son laptop.

    Ce côté "réseau social" a été voulu par Milestone qui explique que les pilotes passent énormément de temps à communiquer avec les agents, les autres écuries et pilotes et surtout avec leurs fans. Un genre de Twitter est mis en place et les messages des supporters varient, des encouragements aux critiques les plus acerbes, suivant les résultats du joueur. Sans être indispensable, on apprécie ce côté un peu plus vivant et "immersif" apporté par ce flux social.

    Pour les journaux, ils reprendront les résultats et mettront en avant les événements du championnat en cours. Le but ultime sera de finir en couverture. Encore une fois, rien d'indispensable, mais un petit plus sympathique.

     

    En piste !!!

    Passons aux choses sérieuses, ce qui nous intéresse le plus, c'est-à-dire la course. Avant d'y accéder, passage au stand obligé. Là, on est déjà plus dans la simulation pure et dure. On aura bien sûr la possibilité d'enfourcher sa bécane directement, mais ce serait passer à côté d'un gros morceau de ce MotoGP.

    Les réglages de la moto sont nombreux et les plus valeureux et plus connaisseurs pourront régler leur deux roues comme bon leur semble. Même si pour la première fois dans un jeu MotoGP, chaque réglage est expliqué dans une petite fenêtre sur le côté droit de l'écran, pour le non-initié, cela peut s'avérer très compliquée. Pourtant, c'est en partie grâce à ça que l'on fait la différence sur la piste.

    Pour les moins techniciens, on a justement à ses côtés dans le stand le mécanicien qui, à travers un jeu de questions/réponses, aidera le pilote dans ses réglages et les fera pour lui. Typique de Milestone et toujours le bienvenu.

    Après tout ça, il est enfin temps d'enfourcher sa bécane et d'aller se frotter aux autres sur la piste. Et là, c'est tout ou rien. Comme d'habitude dans ce genre de simulation, il n'y a pas de juste milieu. Soit on joue avec toutes les aides et on met une distance plus que confortable entre nous et les poursuivants ou bien on désactive tout et on se retrouve à compter les graviers dans les virages et à admirer les abords des pistes (plutôt vides d'ailleurs). Ça, c'est pour le néophyte.

    Pour le pilote expert, l'IA, même poussée à son maximum et avec tous les handicaps à fond, l'ennui pointe son nez.

    C'est un problème récurrent dans ce type de jeu. L'initié s'ennuie vite et attend beaucoup du contenu et de la technique, tandis que le néophyte ou simple passionné devra s'accrocher durement tout du long pour évoluer et réussir à devenir le champion.

     

    Moto GP 13 Attention à vos trajectoires

    Techniquement parlant

    Le gameplay de MotoGP 2013 est plutôt varié suivant le type de réglages ou les aides enclenchées, mais malgré cela, difficile d'avoir de réelles sensations. Même s'il y a une grosse différence de puissance entre les différentes catégories, il manque le petit truc qui rendrait le pilotage haletant. Les aides mises en route, pas la peine de chercher, on accélère et les aides font le reste ; freiner, position du pilote, vitesses et les virages. Sans les aides, la moto répond des fois au poil, alors qu'à d'autres moments, elle semble ingérable. Dommage. Et surtout rageant.

    Côté graphisme, Milestone réitère des erreurs communes à ses autres productions. Le manque de finitions. Les motos et les pilotes sont bien modélisés, nettement moins rigides que dans les opus précédents, mais, côté piste, c'est là que le bât blesse. Les textures des pistes et même de ses alentours sont trop peu détaillées. Alors, oui, on est pas là pour admirer le paysage, mais ça reste désespérément vide et sans vie. Quid des ambiances de folies dans les tribunes, de l'agitation le long des circuits avec tout le personnel impliqué dans la sécurité, l'organisation ? Il serait temps que les développeurs améliorent ce point. Et que les graphismes soient enfin dignes d'une console qui est capable de bien mieux.

    Un point fort à noter, la piste son est vraiment puissante et de bonne facture. Les bruits des moteurs ont été enregistrés à la sortie du pot même par les développeurs de Milestone directement dans les usines des constructeurs. Les autres bruitages (collisions, autres motos, musiques et commentaires) bénéficient aussi d'une bonne qualité. Dommage que tout n'ait pas été autant soigné.

    Trailer de lancement

     

    Liste des trophées disponible

    Note du test 6.5/10En conclusion :

    De vilains petits défauts empêchent MotoGP 2013 de prendre la pole position. Les graphismes auraient dû être mieux soignés, les sensations mieux retransmises (même pas de vibrations dans le pad). Il manque aussi de nombreux pilotes, nous obligeant à attendre les contenus additionnels. Cependant, MotoGP 2013 reste le meilleur jeu de simulation de moto (la concurrence n’est pas non plus énorme). Les passionnés y trouveront leur compte.

    Les plus

    les écuries, pilotes et motos officielles
    les réglages à gogo
    les pistes officielles et respectées

    Les moins

    des pilotes absents
    puissance de la PS3 sous-traitée pour les graphismes
    manque de sensations
    trop grandes différences entre les niveaux de difficulté

    En résumé


    MotoGP 13 par Rating: 6.5 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles