• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    ReleaseForBurial


  • vita

    Spelunky
    Editeur : Sony
    Développeur : Mossmouth
    Genre : Action | Plates-formes
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 28 août 2013
    Trophées : Oui
    Trophée Platine 0 Trophée Or 1 Trophée Argent 3 Trophée Bronze 9 | Trophée Secret 0
    13 trophées au total

    Support

    Disponible aussi sur : ps3

    Test Spelunky

    Publié le lundi 02 septembre 2013 à 08h06 par ReleaseForBurial - 2185
    Partager sur |

     

    Spelunky arrive sur Vita et PlayStation 3. Prenez votre tenue d'archéologue et en route pour l'aventure !!!

    Oh c'est mignooooon

    Quand on lance Spelunky pour la première fois, c'est une des premières réflexions que l'on se fait. En effet, quelle petite trogne mignonne, ce petit bout d'explorateur à la Indiana Jones (c'est le nom du chien, on sait), et puis oh, les niveaux aussi sont mignons avec leurs couleurs chaudes et criardes comme dans les jeux de papa (en l'occurrence les miens). Oh et puis regardez moi ça, ces petits monstres tout mignons qui font même pas peur... Mais qui nous ont tué en moins de 10 secondes de jeu.

    Retour au départ. Une fois, deux fois, trois fois. Au bout de 10 fois, on a compris que Spelunky n'est pas si mignon que ça. Non pas qu'il est moche, le réduire à une simple analyse visuelle serait le salir et lui manquer énormément de respect. Car de un, il est très beau, sur les deux consoles, mais aussi parce qu'on se rend vite compte qu'il fait partie de ces jeux pour Hardcore Gamers, les purs, les durs, ceux que rien n'effraie (à part peut-être de se retrouver seul avec une fille dans la même pièce et sans mode d'emploi. Là on touche au summum du hardcore mec).

    Bref, Spelunky va vous en faire baver, vous l'aurez compris.

    Un design entres Rick Dangerous et Indiana Jones

    Un peu d'histoire

    Sorti en freeware, sur PC, Spelunky est un jeu d'exploration/aventure créé par Derek Yu, de Mossmouth. Le jeu est bien sûr remasterisé avec des graphismes plus léchés sur les deux plateformes, sans aucune modification de la structure du jeu.

    Pour faire simple, Spelunky vous met dans la peau d'un explorateur qui trouve une grotte maudite qu'il faudra traverser pour découvrir la vérité à propos de celle-ci. Pas besoin de plus pour se lancer dans l'aventure. Dès les premiers instants, on se dit que ça va être une partie de plaisir. Mais pour ceux qui ne connaissent pas Spelunky, il faut savoir que l'on meurt vite dans ces grottes. Empalé, mangé par une plante carnivore, par un piranha, frappé à mort par un homme des cavernes, par une araignée, par mégarde, par excès de confiance, ce jeu est un peu comme l'Australie, un territoire où une foultitude de choses vous attendent pour vous tuer. Alors, on retourne au tout début du jeu. Mais, hey, c'était pas ça au début ? Le premier niveau je viens d'y mourir, c'était pas ça. La construction des niveaux est aléatoire. A chaque fois que l'on recommence, aucune chance de retomber sur le même niveau. Non, tout est fait aléatoirement. Les murs bougent nous dit-on en guise d'avertissement au début du jeu.

    Du génie maléfique à l'état pur. On est loin des jeux hardcores au level design prédéfini, où la mémoire et le timing sont nos alliés. Ici, non, chaque recommencement est un nouveau défi. Une rejouabilité à l'infini. Mais aussi une rude mise à l'épreuve. Il faudra bien voir sa stratégie afin de ne pas gaspiller ses quatre cœurs, bombes et cordes pour s'en sortir.

    La guerre des mondes

     

     

    Simple et efficace

    Armé de son fouet, de quelques bombes et cordes, notre petit explorateur fera quelques rencontres qui pourront peut-être l'aider à se sortir de là plus facilement. Ou pas. Des objets et armes diverses comme des cordes supplémentaires, des bombes, fusils, ou encore des chaussures à crampons ou un parachute viendront vous donner un petit avantage. Mais il y aura aussi des moments où tout s'acharnera sur vous. Que ce soit le marchand qui pète un câble et vous poursuit au fusil, un rocher qui surgit après avoir enlevé une idole en or, les grottes ont plus d'un tour en réserve pour venir à bout de notre petit bonhomme.

    Au niveau gameplay, prise en main d'une simplicité déconcertante, puisque le fouet, le saut, les bombes et les cordes ont leur touche respective et voilà, emballé c'est pesé. Mais ce côté simpliste cache encore une fois la complexité de l'aventure entreprise. Pour la Vita, l'écran tactile ne sera pas utilisé, et on restera sur le même gameplay que sur PlayStation 3.

    Comme dit précédemment, le jeu a été remasterisé. Enfin plutôt porté en HD. Exit les pixels, bonjour les contours lisses et propres sans perdre le côté old school et rétro qui n'est pas pour nous déplaire. Sur les deux plateformes, le jeu resplendit mais on aura une nette préférence pour la version Vita, format qui semble décupler le plaisir pris avec ce petit jeu de génie.

    Et pour l'ambiance, on navigue entre des scores hypnotisants, psychédéliques, aux sons rappelant les vieilles consoles. Absolument excellent.

    4 mondes à parcourir dans Spelunky

    Même joueur joue encore

    Il faudra s'armer de patience et savoir ne pas se mettre en danger pour venir à bout des quatre petits mondes de Spelunky. Alors oui, il y aura possibilité de débloquer des passages secrets menant au début de chaque tableau, mais en échange, on ne figurera pas dans les classements et on ne découvrira pas la véritable fin. Même sans ça, le jeu est un pur moment de plaisir et on prendra un pied pas possible à recommencer tout depuis le début.

    Le mode aventure pourra se faire même à plusieurs, jusqu'à 4 joueurs en même temps sur le même écran. Ceux qui mourront avant pourront continuer à suivre les autres sous forme de fantômes et aider à déclencher les pièges ou ralentir les ennemis.

    Pour le mode combat à mort, là par contre, on aime ou pas, car c'est un "bo****" sans nom. Les parties sont plus que courtes, nerveuses, aux issues aléatoires et totalement farfelues. Les réactions déclenchées par les explosions dans tout les coins, les armes à dispositions et la destruction des maps ne feront que rajouter encore une couche à tout ce bazar. Jouissif au possible et jouable à plusieurs ou en solo contre des bots.

    Tous les modes sont jouables en multijoueurs, mais local. Dommage.

    Trailer de lancement

     

    Note du test 8.5/10En conclusion :

    Une perle des jeux indépendants débarque sur les plateformes de Sony, et enrichit particulièrement le catalogue de la Vita, qui est la version préférée ici. On ne peut que tomber sous le charme, certes rude, de Spelunky, pépite ingénieuse, à la rejouabilité infinie, prenant aux tripes, hommage à des vieux soft comme Rick Dangerous et aux films (Indiana Jones en tête) et désormais jouable n\'importe où. Accrochez vous, prenez votre mal en patience, confectionnez vous des anecdotes délirantes au fur et à mesure que vous jouerez, Spelunky est addictif au possible. Seul petit regret peut-être, le prix qui peut paraître élevé malgré le cross buy et le cross save.

    Les plus

    La difficulté
    La rejouabilité quasi infinie
    Le cross buy / cross save
    Les musiques
    L'ambiance complète du soft
    Le fun

    Les moins

    Le prix
    On cherche encore
    Pas de Daily Challenge (réservé à la version PC)

    En résumé


    Spelunky par Rating: 8.5 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles