• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps4

    Final Fantasy XIV: A Realm Reborn
    Editeur et Developpeur : Square Enix
    Genre : Jeu de Rôle | MMO
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 14 avril 2014
    Trophées : Oui
    Trophée Platine 1 Trophée Or 3 Trophée Argent 15 Trophée Bronze 20 | Trophée Secret 0
    39 trophées au total

    Support

    Disponible aussi sur : ps3

    Test Final Fantasy XIV: A Realm Reborn

    Publié le mercredi 23 avril 2014 à 11h47 par Pilou - 2250
    Partager sur |

     

    Mise à jour du test de Final Fantasy XIV A Realm Reborn du 17/09/2013 :

    Après une sortie il y a quelques mois pour les joueurs de Final Fantasy XIV : A Realm Reborn sur PlayStation 3, on attendait avec impatience l’adaptation de cet excellent jeu sur la Next Gen. Depuis le 14 avril, il est donc possible d’y jouer sur PlayStation 4.
    La première chose à savoir est que si vous possédez le jeu sur PS3, il n’est pas nécessaire de le racheter sur PS4. La migration de son compte se fait en quelques clics mais il est impossible de revenir en arrière.

    Au niveau de la réalisation, la PlayStation 4 magnifie le jeu. Les textures apparaissent plus détaillées, le crénelage disparait totalement, la fluidité est au rendez-vous. Que du plus en somme.

    Nous parlions également des soucis de ciblage qui pouvaient poser problème sur PlayStation 3, ici le problème a été résolu. Le jeu à la Dualshock 4 est exceptionnel. La surface tactile sert de souris. Si vous êtes toujours réticent au jeu à la manette, il est possible de jouer au duo clavier/souris. On apprécie également la fonction Share qui est tout à fait indiquée dans ce type de jeu. Enfin le remote play sur la PlayStation Vita est un pur régal. Fini les attentes pour avoir la télé ! Mais le jeu sur le petit écran de la console doit se limiter aux actions de base comme le gain d’XP, les missions...

    Enfin, les mises à jour majeures 2.1 “A Realm Awoken” et 2.2 “Throught The Maelstrom” sont également de la partie et apportent beaucoup de nouveaux éléments judicieux au jeu. Enfin, la version 2.25 arrivera bientôt en proposant des ajouts pour le JcJ (l'Antre des loups) et les matérias. On ne peut donc que recommander de poursuivre l’aventure sur PlayStation 4 et pour les indécis de tenter l’aventure car on a là, le meilleur MMO sur console de l’année.

    Fin de mise à jour

    Les jeux massivement multijoueur ou MMO se comptent sur les doigts de la main sur console. Aujourd’hui c’est la mythique série Final Fantasy qui débarque dans cet univers. Une épopée vous attend, alors enfourchez votre chocobo, c’est parti !

    Déboire du jeu et en route pour Eorzéa

    Les joueurs Playstation 3 auront dû attendre plusieurs années pour voir débarquer le jeu. Initialement appelé Final Fantasy XIV Online, le jeu a connu quelques déboires avec sa sortie en septembre 2010 sur PC. En gros, le jeu n’était clairement pas à la hauteur des attentes. C’est Naoki Yoshida qui a repris les rênes du projet et Final Fantasy XIV Online s’est vu complètement remanié. Le jeu renaît de ses cendres sous le nom de Final Fantasy XIV A Realm Reborn.

    Après trois ans de développement, une longue phase de bêta et un accès anticipé au jeu dès le 24 Août, Final Fantasy XIV : A Realm Reborn a été victime de son succès. Pendant les premières jours, rejoindre une partie était un vrai challenge, les serveurs étaient surchargés. Mais tout est rentré dans l’ordre rapidement. En plus du mois offert à l’achat du jeu, 7 jours supplémentaires ont été donnés aux joueurs.

    Avant de débuter l’aventure, il faudra bien sûr passer par une installation de plusieurs Gigas du client du jeu et la création d’un compte sécurisé obligatoire chez Square Enix. PSMag recommande vivement de créer un compte avec un token qui est gratuit sur le Google Play ou sur l’App Store. Ce dernier génère des codes à usage unique qui renforce grandement la sécurité du compte.

    Après ses longues minutes d’attente, en route pour Eorzéa !

    Eorzéa est une terre qui est le théâtre d’un affrontement sans précédent entre les peuples unis  et l’Empire Garlemald qui convoitent le royaume et ses ressources. En propulsant la Lune sur le royaume, les Garlemaldais réveillent Bahamut après des générations d’emprisonnement. Sentant la destruction arriver, un Magus envoie les dernières troupes dans une faille temporelle. Ces héros attendent le jour où on aura besoin d’eux. Le joueur incarne l’un des ces héros retenus enfermés. Le jour est venu. A vous de jouer. C’est par le biais d’une magnifique cinématique que nous découvrons ce préambule au jeu.

    La création du personnage

    Passage obligatoire par la phase de création du personnage

    Comme tout MMORPG, la première mission du joueur est de créer son personnage. Cinq races sont disponibles : les Hyur, les Elézen, les Lalafell, les Roegadyn et les Miqo’te. Il faut ensuite sélectionner son genre et en avant dans la personnalisation très complète de l’apparence du héros. Il y en a pour tous les goûts et plusieurs dizaines de minutes de customisation seront nécessaire. On passe ensuite par la sélection de la date de naissance et de sa divinité parmi douze. La divinité choisie octroie des points différents dans les résistances élémentaires (feu, glace, vent, terre, foudre et eau).

    On saisit ensuite son prénom et son nom et le plus important sa classe de départ parmi quatre disciplines : la guerre, la magie, la main et la terre.

    Celle de la guerre est consacré à la maîtrise des armes. Elle donne accès aux gladiateurs, pugilistes, maraudeurs, maîtres d’Hast et archers. Les élémentalistes, occultistes et arcanistes font parti de celle de la magie. Enfin menuisiers, forgerons, armuriers, orfèvres, tanneurs, couturiers, alchimistes et cuisiniers, d’un côté et botanistes, pêcheurs et mineurs de l’autre appartiennent aux disciplines de la main et de la terre. Chaque classe apporte bien sûr sont lot de capacités qui se débloqueront au fur et à mesure de l’évolution du personnage. Finie la répartition des points de compétences et de constitutions, chaque passage de niveaux offrira les mêmes éléments à chaque joueur de même classe. Ce système pourra rebuter certains joueurs mais on verra un peu plus bas qu’il est possible de choisir d’autres classes et des spécialisations appelées jobs.

     

     

    Dès que le personnage est créé, une dernière action est nécessaire : le choix du monde. Attention pour le moment, il sera impossible de changer de monde alors faites le bon choix en fonction de vos amis.

    Après toutes ses personnalisations, le jeu peut enfin débuter. On commence par un didacticiel complet en arrivant sur l’une des trois destinations de départ. Ces destinations dépendent de la classe choisie.

    Un MMO accessible et complet

    Les classes ne sont pas figées dans le marbre. Dès que la classe principale est arrivée au niveau 10, il est possible d’en choisir une autre. Le choix d’une seconde classe n’est pas anodin. En effet, en poussant sa première classe au level 30 et la seconde au niveau 15, il sera possible de réaliser une quête de job qui permettra de récupérer le Cristal du job convoité. Par exemple, pour être mage blanc, il faudra avoir en première classe l’élémentaliste de niveau 30 et l’arcaniste de niveau 15. En plus du mage blanc, le joueur pourra se spécialiser en guerrier, chevalier dragon, barde, érudit, invocateur, mage noir, moine et enfin paladin.

    Au passage, chaque classe peut monter jusqu’au niveau 50 et sont complémentaires. En jouant en équipe, une jauge de transcendance se remplit en terrassant des ennemis et en soignant ses alliés. Dès qu’elle est remplit au maximum, les joueurs peuvent déclencher une puissante technique. Ça en jette et elle pourra faire basculer la balance d’un combat.

    Qui dit MMORPG dit quêtes et combats pour gagner un maximum de points d’expérience, trésors et  gils, la monnaie du jeu. Final Fantasy XIV A Realm Reborn ne déroge pas à la règle. Le jeu propose des quêtes de l’épopée (histoire principale), des quêtes annexes, des quêtes de classes et de jobs. Les affrontements directs procurent également de l’expérience. Des événements aléatoires appelés ALEA seront également de la partie. Il y en aura pour tous les goûts : assaut sur des camps, repousser des créatures ou encore des attaques et défenses d’avant-postes seront au menu.

    Les guildes de classes proposent également des opérations et des mandats. Dernier type de missions, il s’agit des donjons instanciés qui regorgent de monstres et de trésors. Comme dans World of Warcraft, chaque joueur choisit son rôle et se retrouve sur une liste d’attente. Il faudra écumer le donjon en équipe et de façon complémentaire.
    Il est fortement conseillé de réaliser ces quêtes et missions à plusieurs mais un grand nombre de quêtes sont possibles en solo. A vous de voir !
    On pourra voyager à dos de chocobos et ils pourront même combattre à nos côtés, mais d’autres moyens de transports sont disponibles : aéronefs, chocobos de relais, téléportation grâce aux éthérites (gros cristaux qu’il faut activer).

    Le jeu à la manette est très intuitif et complet. Tout est pratiquement disponible sur l’écran du jeu ou ATH : liste de coéquipiers en haut à gauche, logs du jeu en bas à droite (dialogue, messages, conversations), croix de raccourcis au milieu (emotes, actions, objets, macros, attributs,…). La croix, couplée aux flèches gauche et droite permet de cibler les différents ennemis à portée alors que les flèches haut et bas ciblent les équipiers. La touche carré affiche la carte, celle du triangle permet de sauter. Seuls quelques problèmes de ciblages peuvent apparaître mais on prend vite le pli à la Dualshock 3.


    L’aspect échange entre joueurs n’a pas été mis de côté, en plus des emotes, chat, il est possible d’envoyer via le réseau mog, des messages à ses amis. Des Linkshelles ou canaux de discussion sont également présents. Les joueurs peuvent constituer des compagnies équivalent aux clans dans les autres jeux. Il faudra au moins trois signataires pour en créer une. Seul reproche, le chat vocal est absent de la version PlayStation 3.

    La réalisation contribue à l'immersion du joueur

    Vous n’êtes pas seul et qu’en est-il de l’abonnement

    Square Enix propose énormément de contenus pour aider le joueur dans sa quête. Le site officiel (http://fr.finalfantasyxiv.com) apporte énormément d’informations au quotidien : maintenance, ajout de nouvelles fonctionnalités, informations sur la sécurité mais surtout un guide de jeu pour les débutants et l’accès aux forums du jeu. Une application iOS est également disponible : Final Fantasy XIV : Libra Eorzea. Il s’agit d’une encyclopédie où il est possible d'accéder à toutes les informations de son personnage. La version Android arrivera dans les prochaines semaines.

    Pour profiter pleinement du titre, il est possible de brancher un clavier USB ou d’utiliser le clavier sans fil officiel de Sony.

    Square Enix annonce également qu’il sera bientôt possible de transférer son personnage d’un monde à l’autre dans les prochains jours.

    Dernier point à discuter, l’abonnement qui incombe à la plupart des MMORPG. Pour Final Fantasy XIV : A Realm Reborn, le basique coûte 10,99€ par mois pour un personnage par serveur (8 personnages possibles au total). Une version standard est fixée à 12,99€ par mois (dégressif à 10,99€ si le joueur prend un abonnement de 6 mois). Pour cette version, le joueur peut avoir 8 personnages par serveur pour un total de 40.

    Trailer de lancement

     

    Note du test 8.5/10En conclusion :

    Avec Final Fantasy XIV : A Realm Reborn, les PlayStation 3 et 4 possèdent un excellent MMORPG. Les classes et jobs sont variés et complémentaires. La grande diversité des quêtes et tous les aspects communautaires dynamisent le périple. L’essence de la série Final Fantasy y est conservée.

    Les plus

    Les classes et les jobs
    Un MMO très accessible
    Une réalisation correcte
    La version PS4 gratuite à tout acheteur de la version PS3
    La qualité du jeu sur Next Gen
    Les fonctions Share
    le remote play sur la PS Vita
    Les mises à jour majeures de qualité

    Les moins

    L’abonnement peut être un frein pour certains

    En résumé


    Final Fantasy XIV: A Realm Reborn par Rating: 8.5 / 10


    Commentaires
    • Image personnalisée de votre compte
      Pimacs - Posté le mercredi 23 avril 2014 à 17h09
      C\'est vrai que à l\'époque je n\'osais pas y jouer pour l\'abonnement. Mais maintenant j\'ai grandi et 10€ par mois ça le fait et franchement je les regrette pas. J\'ai découvert ce jeu sur Playstation 4. J\'ai fait un Gladiateur devenu Paladin. Le gameplay à la manette est très dynamique, cependant vers les niveaux 35/40, le panel d\'attaque dépasse le nombres d\'emplacements prévu sur une seule barre de raccourcis. Je \"nolife\" dessus depuis sa sortie. Par choix j\'ai choisis un serveur américain : \"Balmung\" pour m\'essayer au Role Play (serveur réputé pour). Il y a très peu de français (ça me dérange pas plus que ça) mais ils sont plutôt bien accueilli, certains me demandent même de l\'aide pour apprendre à parler ^^ Après au début on se dit : \"Quoi on peut faire qu\'un seul personnage ? Faut payer pour en avoir plus ?\" Et après on se rend compte qu\'avec un seul perso, on peut TOUT faire. La seule utilité d\'avoir un autre personnage serait d\'avoir une autre race/sexe. Donc juste l\'apparence. Mais je trouve l\'univers très bien détaillé, la communauté est superbe (l\'abonnement nous protège un peu de pas mal de truc finalement). Les défaut de pas mal de MMORPG sont corrigés dans celui ci, par exemple dans un donjon, si un objet tombe, seul celui dont la classe correspond peut mettre \"besoin\", les autres auront le choix entre cupidité et passer (cupidité = le prendre pour revendre, ou le garder pour une future classe), ça évite le \"ninja loot\" qu\'on peut rencontrer sur World of Warcraft. Vers le niveau 20 on peut enfin avoir sa monture chocobo (minimum 20 mais en génral c\'est vers le niveau 25 qu\'on arrive à la mission pour). Ensuite ce chocobo peut nous servir comme équipier, selon notre classe on chosit son rôle, en tant que Paladin (tank), je ne peux pas encore bien me soigner, donc j\'ai choisis une classe soin pour mon chocobo. A l\'inverse, un maga aura très peu d\'armure et besoin de distance, donc il demandera à son chocobo de tanker pour lui. Enfin bref, très bon jeu !!
    • Image personnalisée de votre compte
      Fourcherman - Posté le mercredi 23 avril 2014 à 18h31
      Merci pimacs pour ton retour sur le sujet ;-)
    • Image personnalisée de votre compte
      Pilou - Posté le mercredi 23 avril 2014 à 21h18
      Je confirme je suis parti aussi pour continuer sur cet excellent jeu pendant plusieurs mois. Le suivi avec les maj qui ajoutent du contenu sont de qualité
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles