• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Fourcherman


  • ps4

    Borderlands: The Handsome Collection
    Editeur : 2K Games
    Développeur : GearBox Software
    Genre : FPS | Jeu de Rôle
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 27 mars 2015
    Trophées : Oui
    Prix de lancement : 49,99€
    Support


    Test Borderlands: The Handsome Collection

    Publié le jeudi 02 avril 2015 à 14h32 par Fourcherman
    Partager sur

     

    2K Games et GearBox Software viennent de sortie The Handsome Collection sur Playstation 4, cette collection regroupe Borderlands 2 et Borderlands The Pre-Sequel ainsi que tous les DLC sortis entre temps. Le tout en version remasterisée pour la PS4. Et oui encore du remasterisé pour notre PS4, cela dit voilà une bonne occasion de découvrir en HD, Pandore... 


     

    Silence ! Moteur ! Clap Trap !

    Il faut le temps d'une intro en musique de toute beauté pour se plonger directement dans Borderlands 2. 4 nouveaux personnages, mais en gros, les mêmes classes. Il y a d'abord Axton, le commando, armé jusqu'aux dents, entraîné et surtout possédant de grosses mitrailleuses qui apparaissent à sa volonté pour l'aider à tout massacrer. Il y a Zero, assassin furtif, mortel de prêt comme de loin, au sabre ou au fusil de précision et se déplaçant à une vitesse hallucinante. Il y a aussi Salvador, le défourailleur. Le bourrin avec une arme dans chaque main et qui rentre dans une sorte de frénésie dévastatrice. Pour finir, il y a la sirène, Maya. Belle et mortelle, emprisonnant les ennemis dans une bulle qui les broie et les envoie dans une autre dimension. 

    Tout ce beau monde se retrouve dans un train en direction des installations d'Hyperion, dirigé par le Beau Jack, pour chasser l'Arche. Mais le Beau Jack a un autre plan. Tuer les chasseurs et se réserver l'Arche pour lui et lui seul. 

    Trop tard pour faire marche arrière. Nous voilà perdus dans les plaines glacées de Pandore.

    Heureusement, Clap-Trap, le robot totalement barré de Borderlands, va nous remettre en selle et nous guider dans la première partie du jeu, avant de nous rejoindre plus tard, plus ou moins de bonne volonté. 

    Les Plaines glacées de Pandore

    Borderlands 2 ou Borderlands Bis ?

    Trois ans après Borderlands, nous revoilà partis à l'assaut de l'arche dans la suite de l'un des FPS les plus déjantés jamais créés, teinté de RPG à la sauce Mad Max. Que nous réserve donc cette suite ?

    Nous revoilà à l'assaut de Pandore et de la cohorte de personnages tous plus déglingués les uns que les autres. Dans ce nouvel épisode, on va retrouver pas mal d'anciens PNJ datant de la première mouture. Scooter, le Dr Zed, Moxxi, mais aussi et surtout les personnages jouables de Borderlands ! Roland, Mordecai, Lilith et Brick sont tous présents. Roland en tant que leader de la résistance que l'on va bien sûr rejoindre pour rallier tout ce beau monde et surtout faire la fête au Beau Jack et l'empêcher d'atteindre l'Arche. Les rencontres seront nombreuses, Pandore grouillant d'une population bien à elle. 

    Comme pour son prédécesseur, le scénario de Borderlands 2 n'est pas surprenant et malgré les rebondissements nombreux, l'histoire n'est toujours pas le point fort du soft. Par ailleurs le jeu foisonne de missions annexes, plus nombreuses qu'avant qui cassent encore plus le rythme  de l'histoire. Bien souvent, on devra les faire au fur et à mesure si on veut augmenter en niveaux et donc passer plus aisément les chapitres principaux. Car Borderlands 2 est plus dur que son grand frère. Plus question de foncer dans le tas face à des ennemis plus coriaces, plus malins qui se couvrent mutuellement, ou même se régénèrent les uns les autres (les robots par exemple). Ils sont également plus variés. Faudra donc varier les approches, les armes et les éléments pour des combats plus épiques qu'avant. Un plus. 

    Borderlands 2 est beaucoup plus difficile que son petit frère

    Côté gameplay, c'est à l'identique du premier volet et toujours aussi facile de prise en main. De nombreuses configurations de la manettes permettront à n'importe qui de trouver son bonheur, mais hélas, il n'y aura pas de nouvelles phases de jeu qui permettront au jeu de se démarquer de son ainé. Et les phases de conduite des véhicules n'ont pas été modifiées ce qui va en irriter plus d'un. Malgré ce point noir sur les véhicules, le jeu est un des plus fun à jouer dans ce genre tant la variété des armes et des approches est immense. Générée de manière aléatoire, la découverte des armes toutes plus folles les unes que les autres, permet de ne jamais s'ennuyer. 

    Par contre, la gestion de l'inventaire est encore une fois assez peu clair. Pas assez clair pour être  efficace, on met des fois un moment à choisir la meilleure arme dans ce bazar. Mais bon, ça n'empêche pas de s'amuser à y aller à l'arme corrosive ou inflammable, ou bien encore électrique.

    Around The World

    Pandore nous offre de nouveaux horizons. Les missions vont nous faire traverser la planète en long et en large et nous faire découvrir de nouveaux paysages. Des plaines enneigées, des prairies verdoyantes, des usines et des cavernes bourrées à craquer de monstres et pièges en tout genre. Plus de variété et plus de déplacements. Les bornes Auto-Run sont toujours là et permettront de se déplacer rapidement, mais parfois, il faudra marcher longtemps, voir très longtemps, pour rallier un coin paumé de la carte inaccessible aux véhicules, ou alors quand il n'y aura pas de bornes à proximité. On aurait bien aimé finalement un déplacement rapide directement via la carte du menu. 

    Le choix du cell-shading pour le jeu est une force. Coloré, attirant, l'univers de Borderlands, proche de la bande dessiné permet une totale immersion dans ce FPS western. Des lieux comme The Dust ou Lynchwood sont de véritables hommages au genre, avec ses déserts, ses rues principales et ses gunfights , planqué derrière un baril explosif !

    Les nouveaux lieux amèneront à de nouvelles rencontres, soit de PNJ pour qui il faudra remplir des missions, ou bien de boss bien barrés et certains assez coriaces.

    Custom Shop

    Un autre aspect à ne pas négliger dans ce deuxième volet des aventures sur Pandore est la possibilité de customiser son personnage de manière plus poussée. Vêtements et looks sont à débloquer par des défis ou bien en les trouvant en fouillant les innombrables coffres et autres planques. On ne se changera plus aux bornes lors des réapparitions (ces bornes « sauvegardes » grâce auxquelles le héro réapparait après être mort), mais à une machine « Modif Eclair ». Cette machine permet non seulement de changer d'apparence, mais aussi désormais, de réinitialiser les arbres de compétences des chasseurs d'Arche. Vraiment pas mal si on veut tester différentes combinaisons de compétences ou en cas d'insatisfaction. 

    Retrouvez le trailer de lancement

    Les compétences d'ailleurs se développent toujours en trois arbres. Il ne sera toujours pas possible de développer tout à fond, et l'attribution des points se fera suivant les goûts. Salvador, le défourailleur, entrera dans une crise de démence et pourra pendant cet instant prendre une arme dans chaque main, tandis que sa vie se rechargera. Axton fera apparaître une tourelle qui attaquera ceux qui ne sont pas amis. Zero pourra se rendre invisible quelques secondes et lancer une grosse attaque par la même occasion. Maya figera les ennemis quelques instants dans une bulle ou régénérera les points de vie de ses coéquipiers. Personnage très certainement utile en multijoueurs. Ce mode est d'ailleurs toujours de la partie et reste d'ailleurs le meilleur moyen de profiter du soft. L'alliance des différents types de compétences permettra d'approcher n'importe quel problème sans se laisser déborder.

    En plus des compétences, on pourra encore modifier certains traits grâces aux mods toujours présents, ou encore les boucliers et les grenades. Du customisable encore et encore.

    Autre nouveauté, les défis (tuer les ennemis avec tel type d'arme, rouler autant de temps, etc...) feront gagner des niveaux de Brutasse et des jetons que l'on dépensera pour augmenter sa vie ou la capacité des armes, ou encore diminuer le recul de celles ci ou bien augmenter les dégâts au corps à corps.

    Le seul gros défaut donc de Borderlands 2 est très certainement de ne pas se démarquer de son prédécesseur plus que ça. Gearbox Software a appliqué la recette du premier quasiment à la mesure prêt. Pour le néophyte, pas de soucis, pour celui qui a connu le précédent, il en sera peut-être différent. On ne peut pas prévoir. Mais il faut quand même être franc. Borderlands 2 est l'un des meilleurs jeux sortie fin 2012, avec une durée de vie immense, un univers unique. Il va plus loin dans la folie du premier à travers des personnages et des dialogues encore plus trash (les commentaires de certains ennemis sont à se plier de rire, le poème de Scooter est un exemple de trashitude, et le super vilain du jeu n'est pas avare de réflexions décalées, salées ou tout simplement vulgaires). L'ambiance sonore du jeu est géniale avec encore des musiques très western, des bruitages variés pour touts les types d'armes, explosions ou bien robots et animaux. Bref, un excellent jeu sur lequel on peut se jeter sans hésitation.

     

    Borderlands The Pre-Sequel se déroule entre les événements du premier et second chapitre.

    Cette nouvelle aventure est l’occasion de découvrir la montée progressive dans la mégalomanie de Handsome Jack, le grand méchant de Borderlands 2 et patron d’Hyperion Corparation. Sous ses ordres, on se retrouve du côté des méchants. Changement de camp, de lieu, quelques mécaniques de gameplay exclusives, en route pour Elpis.

    Comme les deux premiers Borderlands, Borderlands The Pre-Sequel est avant tout un FPS très orienté RPG. On crée son personnage en fonction de ses envies qui évoluera tout au long du jeu en gagnant de l’expérience, permettant de débloquer de nouvelles compétences. Un peu à la manière de Diablo, le loot sera primordial pour dénicher les armes les plus puissantes.

    Elpis et son absence d'Oxygène mais à la gravité moindre

    Quatre nouveaux (anti)héros

    Fan service incontestable dans cet épisode, les personnages jouables de Borderlands The Pre-Sequel ne vous seront pas inconnus et déjà rencontrés dans Borderlands et Borderlands 2. Vous avez donc le choix entre Athéna, une gladiatrice, rencontrée dans l’un des DLC de Borderlands à savoir l'Armurerie Secrète du Général Knoxx. Elle est adepte de l’épée et d’un bouclier protecteur qu’elle pourra envoyer sur ses ennemis pour les blesser. Le deuxième personnage est Wilhelm, le cyber-guerrier et tueur à gages de la bande, un schwarzy en puissance. Boss que l’on affronte dans Borderlands 2, il est épaulé par deux drones, Wolf pour l’attaque et Saint pour la défense. Deuxième femme des quatre fantastiques, Nisha est la justicière, la cow girl du groupe. Elle raffole des flingues et du fusil de précision. Boss optionnel de Borderlands 2, ses compétences lui permettent de réaliser des tirs automatiques sur plusieurs ennemis et bien d’autres choses.

    Enfin, après trois validations (pour savoir si on est sûr de vouloir sélectionner ce personnage), le robot déjanté ClapTrap qu’on ne présente plus et qui marque la grosse surprise de cet épisode. Il devient jouable dans cette Pre-Sequel et autant vous le dire, c’est du grand n’importe quoi ! Disposant du programme chasseur_de_l_Arche.EXE, notre robot devient le FragTrap, véritable assassin buggé et très fun à jouer. Il déclenchera des compétences comme bon lui semble, qui seront soit bénéfiques ou handicapantes. C’est toute la magie de ce personnage.

    Les lasers une nouveauté

    Quelques ajouts de gameplay forts sympathiques

    Elpis est beaucoup plus inhospitalière que Pandore. Premièrement parce qu’elle est dénuée d’oxygène. L’une des premières missions sera l’acquisition d’un masque à oxygène. En effet, le joueur dispose d’une nouvelle jauge d’O² qui se vide au fur et à mesure. Seul FlagTrap n’est pas inquiété. Plusieurs moyens permettent de recharger sa réserve : dans les bases, en activant des générateurs créant un dôme où l’air est respirable et enfin des plaques bleues libérant cet élément crucial. Gérer sa consommation d’oxygène tout en faisant attention aux ennemis est vraiment fun. Surtout que la réserve d’air a une double utilité. Sur la Lune de Pandore, la gravité est moins importante. Il est possible de réaliser des doubles sauts et de rester encore plus longtemps en l’air grâce à cette jauge d’O². En dépensant quelques pourcentages de sa réserve, on l’utilise comme un jetpack. Les combats prennent une toute autre dimension surtout que les équipes de 2K Australia ont réalisés des lieux sur plusieurs niveaux bourrés de tremplins.

    Une autre nouveauté est l’attaque de zone ou pilonnage qui permet de retomber avec force sur les ennemis d’une simple pression du bouton rond. Il est même possible d’ajouter un effet élémentaire sur l’onde de choc que l’on produit. Surtout que l’élément de glace est dorénavant disponible et très utile sur le pilonnage et sur certaines armes comme les lasers qui viennent grossir l'arsenal déjà bien fourni de Borderlands The Pre-Sequel.

    On The Moon

    Un Borderlands qui reste dans les clous

    Le jeu propose toujours des quêtes principales qui peuvent être entrecoupées par des quêtes annexes pas vraiment intéressantes mais qui permettent de faire du loot et monter son personnage en expérience.

    On pourra toujours se balader à pied ou en véhicules et des défis octroieront des jetons de brutasse permettant la personnalisation d’objets et l’augmentation de certaines compétences. On reste dans le classique des précédents opus.

    Trailer de lancement
     
    Note du test 8/10En conclusion :

    Borderlands se fait une belle première apparition sur Playstation 4 avec cette collection regroupant les 2 derniers volets de la saga. La qualité sur PS4 est équivalente aux versions PC bien meilleures que sur PS3. Le fait de regrouper Borderlands 2 et The Pre-Sequel ainsi que tous les DLC fait de cette collection un jeu avec une durée de vie très très longue. En tout cas le titre s\'adresse surtout à ceux qui ont loupé les 2 jeux sur PS3 ou aux acharnés qui aimeraient rejouer avec des graphismes un peu plus fins.

    Les plus

    L'univers western post apocalyptique en cel shading de toute beauté.
    Les persos déjantés.
    Les armes innombrables, les possibilités énormes.
    Multijoueurs qui décuple le plaisir de jeu.
    La durée de vie de furieux.

    Les moins

    Encore un jeu remastérisé sur PS4 ! Vivement Borderlands 3
    Les inventaires peu pratiques.
    Les véhicules toujours aussi peu maniables


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles