• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Fourcherman


  • ps4

    Far Cry Primal
    Editeur : Ubisoft
    Développeur : Ubisoft Montreal
    Genre : FPS
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 23 février 2016
    Trophées : Oui
    Support


    Test Far Cry Primal

    Publié le mardi 29 mars 2016 à 13h20 par Fourcherman
    Partager sur

     

    Fort du succès relancé avec Far Cry 3, Ubisoft continue de porter l’une de ses grosses licences dans nos salons. Cette fois ci on quitte les montagnes du Kyrat laissées derrière nous avec Far Cry 4 pour voyager 10 000 ans en arrière et réveiller nos instincts primaires. Bienvenue dans Far Cry Primal !

    On se fait un petit mammouth au petit déj ?

    L’aventure primal commence ...

    Lorsque Ubisoft avait annoncé Far Cry Primal, l’étonnement fut vite remplacer par une certaine forme d’impatience, en effet si il y a bien une licence qui se prête à faire un bond en arrière de 10000 ans, c’est bien celle de Far Cry. Nous étions déjà adeptes de la chasse dans les 3ème et 4ème épisodes, ici on change juste d’époque et on retrouve toutes les qualités du jeu à la différence près que vous n’êtes plus en haut de la chaîne alimentaire mais bien en bas avec pour seules défenses, arc, flèches, gourdins et surtout le feu !

    L’aventure nous met dans la peau de Takkar, un guerrier de la tribu Wenja, qui devra survivre dans le monde très hostile d’Oros. Dès le début ce sentiment de survie est mis en avant avec la chasse et le puissant Tigre à dents de sabre qui décimera votre groupe de chasseurs à l’exception de Takkar. On l’aura compris, il faudra être prudent et bien équiper avant de se frotter à certaines bêtes sauvages.

    C’est donc ici que l’aventure commence avec la rencontre d’une première alliée, Sayla de la tribu Wenja, celle-ci est spécialisée dans la cueillette et sera vite accompagnée par d’autres personnages ayant chacun leur spécialité : chasse, survie, combat … Ceux-ci seront à retrouver tout au long des différentes missions et fourniront une précieuse aide à notre héros. L’objectif sera de faire prospérer le village en construisant des huttes pour tout ce joli monde qui en échange vous proposera de faire évoluer vos compétences dans chacun de leurs domaines de prédilection et donneront accès à 3 ou 4 missions en plus des missions principales.

    Far Cry Primal propose un vaste monde ouvert avec son lot de lieux à découvrir, ses collectibles, ses missions à débloquer et des bûchers /avant-postes à libérer de l’occupation ennemi, ceux-ci permettent des déplacements rapides bien utiles puisqu’ici il n’est pas question de se déplacer autrement qu’à pieds, âge de pierre oblige. Bref le monde ouvert de Far Cry Primal offre comme pour les précédents opus un large panel d’activités (on retrouve nos petites habitudes).

    Sympas les hommes préhistoriques

     

     

     

    On troque les mitrailleuses contre les silex

    Nous voilà à l’âge de pierre, ce qui implique d’oublier les dizaines d’armes modernes des précédents Far Cry. Votre arsenal se limitera aux gourdins, arcs, sagaies, couteaux, frondes et en guise de grenades des compositions faites de nids d’abeilles.  La grande particularité pour la plupart des armes est qu’elles sont inflammables, ce qui a plusieurs usages notamment progresser dans la nuit, repousser les bêtes sauvages, brûler à peu près tout ce qui peut se consumer et aussi se réchauffer dans les terres du Nord enneigées. Le feu était indispensable à l’époque des hommes préhistoriques et les équipes d’Ubisoft ont tout fait pour nous le faire bien comprendre et il faut avouer que le pari est réussi.
    Il faut préciser que Takkar devra évidemment se débrouiller pour trouver toutes les ressources nécessaires à la conception de son arsenal (bois, peau de bête, graisse animale, plantes, os, ardoise, argile …). Heureusement pour nous les développeurs ont imaginé un système de caches que l’on retrouve un peu partout sur la map, celles-ci sont alimentées de ressources indispensables par la cueilleuse, chaque jour. Cela dit tout n’est pas si simple et il faudra bien souvent chasser pour se procurer certaines ressources plus rares notamment pour l’évolution des huttes et grotte dans le village des Wenjas. A ce propos, les animaux seront identifiables sur la carte mais dans la masse de logos, il faudra passer un certain temps pour repérer la bête convoitée, un filtre plus précis aurait été appréciable. En plus des armes et collectibles pour les nombreuses évolutions, on retrouve le système de potions (grâce aux plantes récoltées) pour booster, chasser ou soigner notre héros à l’image de ce que proposer les 2 précédents Far Cry.
    Vous aurez donc fort à faire pour développer vos compétences , améliorer votre équipement et développer votre village. Un seul point négatif dans tout ça c’est qu’il faudra passer par de nombreuses tâches répétitives.

    Un animal redoutable

    Beastmaster !

    Far Cry Primal propose le plus gros bestiaires jamais vu dans la licence. En effet la map grouille d’animaux en tout genre : chèvres, ours, tigres, oiseaux, loups, tortues, piranhas, mammouths … la liste est longue et je vous laisse découvrir toutes les espèces lors de vos chasses. Surtout que chaque espèce possède ses propres réactions réalistes, les loups se déplacent en meute pour ne citer que cet exemple.
    Mais notre Takkar va très vite être surnommé le "maître des bêtes", il possédera très vite des compétences pour apprivoiser les bêtes sauvages. Le système est simple (peut être même un peu trop simple), il suffit de lancer un appât, que la bête appréciera, et d’une simple pression sur la touche , l’animal deviendra votre petit compagnon d’arme. Il faut l’avouer on prend plaisir à se balader avec un tigre à dents de sabre. A tout moment vos différents animaux apprivoisés pourront vous rejoindre (un seul à la fois). Vous avez la possibilité de leur donner l’ordre d’attaquer, ennemis ou animaux (pratique pour certaines chasses puisque Takkar n’est pas toujours aussi rapide qu’un tigre). Si jamais votre compagnon meure, aucun problème, il pourra être rappelé moyennant quelques plantes rouges.

    La maîtrise des animaux ne se limite pas à cela, Takkar dispose d’une chouette qui permet de prendre de la hauteur et d’explorer les environs. Cette dernière aura aussi son arbre de compétences et disposera de certaines capacités bien utiles pour libérer certains avant-postes en toute discrétion.

    Il est important de rajouter pour finir que les développeurs ont fait appel à des linguistes pour créer une langue inédite pour le jeu. Celle-ci est incompréhensible pour nous "hommes modernes" mais rajoute une belle immersion et est bien entendu sous titrée.

    Trailer de lancement

     

    Note du test 8.5/10En conclusion :

    Far Cry Primal nous fait voyager 10000 ans en arrière avec brio, une époque où le feu permet de survivre, où le bois et la pierre sont des composants indispensables à la chasse et la défense. Ubisoft a fait un travail remarquable pour proposer une nouvelle vision de la licence Far Cry, tout est fait pour que l'immersion soit totale avec notamment une bande son remarquable et une langue inventée pour l'occasion. On retrouve tout ce qui fait le succès de Far Cry avec une grande map ouverte, une pelleté de missions/quêtes à réaliser. Une belle aventure dans une époque hostile qui vaut le détour.

    Les plus

    le passage osé au Mésolithique
    le vaste monde d'Oros
    l'ambiance sonore qui nous immerge parfaitement dans ce monde hostile
    des combats nerveux malgré l'absence d'armes modernes
    le soin apporté aux animaux notamment les mammouths
    les compétences de maître des bêtes

    Les moins

    toujours assez répétitif dans les quêtes annexes et la recherche de collectibles
    encore des scènes de jeu sous psychotropes


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles