• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Sidera


  • ps4

    Furi
    Editeur : Sony
    Developpeur : The Game Bakers
    Genre : Action
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 05 juillet 2016
    Trophées : Oui
    Prix de lancement : 24,99 €
    Support


    Partager sur |

    test de Furi

    Version Commerciale

    Test de Furi

    Publié le samedi 23 février 2019 à 09h01 par Sidera - 755

    La récente annonce de “The Game Bakers” à propos de leur prochain titre “Haven” risque d’en enchanter plus d’un. En attendant que la rédaction de PSmag puisse poser ses pattes sur ce “RPG” prometteur, profitons-en pour se replonger (non sans plaisir) dans leur précédente oeuvre : Furi.

    Visiblement proches au niveau de leur direction artistique, nous sommes cependant ici bien loin de parler de “RPG”. Ranger Furi dans la catégorie “Action” serait pas mal réducteur, mais on avouera que “Beat‘em up / Shoot‘em up / Boss Fight / Rhythm game” ça ne sonne pas fou. Va pour l’action donc.


    Time to wake up

    De tous les aspects de gameplay du jeu, l’essentiel est qu’il s’agit ici d’un “Boss Fight”. Pas de menu, pas d’inventaire, pas de points d’expérience, ici la règle est on ne peut plus simple : on vous présente un ennemi, vous vous occupez de le découper. On se surprendrait presque à se sentir accoudé à sa borne d’arcade, époque où la simplicité d’un jeu se voulait étroitement liée à l’efficacité avec laquelle elle vous accrochait.

    En effet, dès le premier combat le jeu nous captive. Paradoxe de la scène étant donné que l’objectif principal de votre héros sera de s’échapper de sa détention. Mais ce n’est pas une surprise que de dire que la liberté a un prix et ce sera à vous, joueur, de le payer. C’est ce que Furi va vous demander : de l'exigence.
     

    test de Furi
    Savoureux instant


    Difficile à souhait, le jeu est très clairement là pour vous résister (amour de l’arcade encore et toujours, amis développeurs ?). La douce libération se mérite, sans quoi elle n’aurait que peu de saveur. Votre arsenal pour vous débattre est simple : votre épée et votre flingue. Simple, mais efficace. Ce sera amplement suffisant pour vous proposer une richesse de gameplay lors de vos affrontements. Vos différentes rencontres vous demanderont de mettre à profit les diverses possibilités du jeu et il vous faudra au moins cela, car vos adversaires ne seront pas en reste.

    Une bonne partie de vos duels s’effectue au corps-à-corps, où vos réflexes de parade et votre rapidité de contre sont mis à rude épreuve. Le gameplay s’accorde à merveille aux travaux de Takashi Okazaki, character designer du titre, notamment connu pour avoir écrit et illustré la série de mangas “Afro Samurai”. La tension des affrontements résonne à chaque contre réussi, laissant place au plaisir d’une précieuse riposte. En effet les occasions de frapper sont rares, à vous d’en saisir l’instant. On vous l’avait dit : de l’exigence. Le timing a une importance toute particulière dans votre victoire, à la limite du “Rhythm game”.

    Surprenant, mais pari réussi à l’époque avec le jeu “NieR”, les séquences de combat s’agrémentent de phases plus orientées “Shoot’em up”. Visuellement intéressant, cela apporte surtout une réelle richesse au gameplay. À vous de choisir entre la carte offensive et foncer dans le tas ou bien de jouer sur vos talents d’esquive. Que serait un jeu dynamique sans un “dash” digne de ce nom ?

     

     

    test de Furi
    Drop the gun ! Now !


    Résumé du gameplay : vivifiant. On y prend un réel plaisir, mais pour peu que cela nous convienne. En effet le jeu ne présente absolument aucun arc de progression de difficulté. Vous êtes dans le bain immédiatement. Si vous vous accrochez tant mieux, sinon le jeu ne vous aidera pas à vous relever, bien au contraire. Votre réussite ne dépend que de votre capacité à vous adapter. Ne comptez pas trop sur l’improvisation, on est là pour apprendre du pattern de boss et se venger de la précédente raclée qui nous a été infligée. C’est là l’effet à double tranchant de cette difficulté. Certains ressentiront du plaisir à progresser et grappiller une barre de vie de plus qu’à leur essai précédent, là où certains seront freinés par cette absence de marche entre deux obstacles.

     

    A picture in motion

    Visuellement le jeu est riche en bonnes idées. Les décors “sci-fi” sont aussi intéressants que les arènes variées. On regrettera peut-être une réalisation légèrement inégale sur ces dernières. Certaines paraissent plus travaillées que d’autres, mais le tout reste cependant cohérent vis à vis de la lisibilité des combats. Le contraire aurait été bien trop pénalisant au regard de la difficulté du titre. Bon point à toi, jeu.

    Le tout est rythmé par une bande-son, disons… du feu de Dieu ! La bande originale regroupe divers artistes (Carpenter Brut, Danger, Waveshaper, etc.) pour un résultat plein de cohérence ; que ce soit entre les différents morceaux ou avec le combat qu’ils accompagnent. L’ambiance “Electro / Synthwave” colle avec soin à la direction artistique de Furi et on prend plaisir à se replonger à l’écoute du titre de son combat favori.
     

    test de Furi
    Un soin tout particulier à la Direction Artistique


    C’est dans les phases entre combats que l’on a vraiment le temps d’apprécier le travail sur l’atmosphère du jeu. Le scénario se développe à la cadence de nos pas lors de phases d’exploration entre deux affrontements. Le terme “exploration” est cependant à prendre avec de grands guillemets. En effet, une simple pression sur le joystick fera avancer votre personnage le long d’un chemin on ne peut plus linéaire. Phase de contemplation plus que d’exploration, cela vous laissera le temps d’écouter les dires de votre compagnon de voyage (que l’on appellera ici “Monsieur Lapin” afin de ne pas vous donner d’indices sur le scénario). On appréciera d’ailleurs ces séquences nous permettant de souffler quelques instants. Cela apporte un réel rythme à l’oeuvre dans son ensemble, forgeant une palpable tension à l’idée de découvrir qui sera la prochaine personne à goûter à notre vengeance.

    Malheureusement le potentiel du jeu à ce niveau est loin d’être pleinement exploité. Les décors, le narrateur, les ennemis, vous, tout est en place pour une intrigue réussie mais le jeu s’arrête aux grandes lignes du scénario qui ne demande qu’à être étoffé. Certes ce n’est pas ce que l’on demande à un soft de ce genre, mais le choix narratif nous fait regretter de devoir interpréter par nous-même le plus gros de la trame scénaristique.

     

    Note du test 9/10En conclusion :

    Les choses à dire sur Furi sont à la fois nombreuses et sommaires. Il y a les jeux que l’on attend et il y a ceux qui se révèlent être une agréable surprise. Furi ne fait pas partie de cette catégorie. Il dépasse ce stade et s’élève au rang de nos pépites de gamer. Attention cependant à sa façon de gérer la difficulté, le rythme ne conviendra pas à tout type de joueur. Un jeu à ne pas mettre entre toutes les mains mais terriblement réjouissant si on s’y accroche. Une ôde à l’arcade, tant sur son esthétique que sur son exigence.

    Les plus

    Direction artistique flamboyante
    Bande son sensationnelle
    Jouissif à maîtriser
    Monsieur Lapin

    Les moins

    Scénario prometteur, mais flou
    Difficulté qui ne conviendra pas à tous

    En résumé


    Furi par Rating: 9 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles