• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps4

    Call Of Duty : World War II
    Editeur : Activision Blizzard
    Développeur : Sledgehammer Games
    Genre : FPS
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 03 novembre 2017
    Trophées : Oui
    Support


    Test Call Of Duty : World War II

    Publié le dimanche 19 novembre 2017 à 10h07 par Pilou - 2522
    Partager sur |

     

    Mes chers soldats, Activision nous a écouté et opère pour les 14 ans de la série un retour aux sources des plus attendu. Cette année, c’est Sledgehammer Games et Raven Software qui sont aux commandes. Remplissez votre gourde, lustrez votre M1 Garand, les plages du débarquement vous attendent.

    Les caisses de ravitaillment du mode multijoueur

    On oublie les épisodes futuristes, direction la France et la Belgique de 1944

    Call of Duty : World War II nous propose de suivre l’histoire du 16ème régiment de la Première Division d’infanterie et plus précisément de Ronald «Red » Daniels, une jeune recrue accompagnée par son compagnon d’arme, Robert Zussman, un juif américain. L’histoire débute sur les navires faisant route vers les plages de Normandie, votre première mission, survivre au Jour J. On ne vous le cachera pas, la campagne est l’une des meilleures de la franchise. Il faut compter environ 6-7 heures pour la terminer, sachant que des trophées pour des actions spécifiques sont présents et qu’il y a des souvenirs à récupérer dans les missions et quatre niveaux de difficulté.

    Daniels voyagera en France et en Belgique jusqu’aux abords de l’Allemagne, Bataille des Ardennes, Libération de Paris, … je vous laisse découvrir cette superbe épopée où compagnons d’armes, choix difficiles, sacrifices, horreur de la guerre sont les maîtres mots.  

    Côté gameplay, le jeu est également varié avec des phases d’assaut, de défense, de soutien, des virées en jeep, du sniping, de l’infiltration, de l’exploration, de la sécurisation, des combats en char ou en avion, … vous l’aurez compris, la campagne est riche.

    La barre de vie revient également, fini la récupération derrière un obstacle, le joueur perd de la santé et il faut se soigner pour ne pas succomber aux balles. L’esprit « Frères d’armes » est amplifié car votre coéquipier Zussman par exemple peut vous fournir des trousses de soins, même chose pour Pierson et le marquage d’ennemis, Turner et la fourniture de munitions. Plus le joueur élimine des ennemis, plus les jauges autour de ses alliés se remplissent, lorsqu’elles sont pleines, Red peut demander une capacité d’ escouade (trousse, munition, grenade, …) Même chose pour les actes héroïques où il faut sauver et mettre à l’abri des alliés blessés.

    Côté casting, la campagne solo propose des stars plus issues des séries comme Josh Duhamel (Transformers, Las Vegas), Jonathan Tucker (FBI, Hannibal), …

    Deux reproches me viennent à l’esprit, la première, le jeu reste linéaire, c’est assez flagrant dans les courses en jeep, la seconde, le passage entre deux missions fait perdre ses armes, pour certaines missions, c’est nécessaire mais pour d’autres, on préférerait conserver ses armes acquises.

     

    Voici Red Daniels, le héros du jeu

    Un mode zombie : Zombies Nazis : Avènement du dernier Reich

    Instauré depuis World at War, le mode zombie est la marque de fabrique des Call of Duty. Première pour la série, le jeu nous propose de découvrir le jeu via un prologue, histoire de nous rafraîchir la mémoire. Direction Mittelburg, un village bavarois pour la seule map du mode disponible au lancement. Votre but récupérer des œuvres d’art volées par les nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale mais la ville recèle de monstruosités qu’il faudra repousser pendant un maximum de vagues. On est en terrain connu avec ce mode zombie où il faudra supprimer des ennemis de plus en plus puissants et résoudre certains objectifs et mystères. Vous aurez le choix entre quatre personnages dont les têtes ne vous seront pas inconnues : Katheryn Winnick, la belle Lagertha de Vikings, Elodie Yung, Elektra de la série Daredevil, David Tennant, le Docteur Who ou encore, l’inspecteur de Broadchurch et enfin, l’armoire à glace, Ving Rhames, le Luther de Mission Impossible.

    En tuant un maximum de mort-vivants, le joueur acquiert du Jolt, la monnaie zombie qui permet d’acheter armes, munitions (dans les casiers d’armes), le Geistchild, l’armure qui permet de résister aux attaques fatales. Avant une partie, le joueur peut modifier ses armes et ses classes comme dans le multijoueur, il peut également s’équiper d’objets consommables : armes puissantes temporaires, bonus, lance flamme pendant quelques secondes, mort instantanée, …

     

     

    Un multijoueur certes classique mais qui a du punch

    Le multijoueur vous occupera des dizaines d’heures. Proposant des modes de jeu assez classiques : Match à Mort par équipe, Domination, Recherche et Destruction, Elimination confirmée, Mêlée générale, Point stratégique, Capture de drapeau et leur variante Hardcore pour certains. Call of Duty WWII propose de découvrir le nouveau mode « Foot américain » où il faut récupérer un ballon et le mettre dans le camp adverse. On s’en lasse assez rapidement.

    Le plus intéressant reste le mode « Guerre » que l’on a pu découvrir lors de bêta. Disponible sur trois cartes, ce mode privilégie la coopération pour mener à bien les différents objectifs. La partie se déroule en plusieurs séries d’objectifs où chaque équipe défend ou attaque. Dans opération Neptune par exemple, les alliés débarquent sur les plages normandes et doivent capturer des bunkers, les allemands doivent les en empêcher, si les alliés réussissent, les allemands doivent se replier et protéger d’autres objectifs. C’est très intéressant et vraiment jubilatoire.


    Le multijoueur a également hérité de Destiny. Le QG voit le jour. Cet espace social offre une multitude de choses à faire entre deux parties.  La première est de choisir sa division : infanterie, aéroportée, blindée, montage ou expéditionnaire. Ces divisions offrent des récompenses différentes, des capacités d’armes et compétences exclusives. Par exemple, la division aéroportée dispose de silencieux pour les armes alors que celle d’infanterie permet d’installer une baïonnette sur son arme. Des jetons de déblocage de grade permettent également de créer plusieurs classes avec des divisions différentes ou d’améliorer sa division actuelle.

    Dans le QG, le joueur peut tester ses armes modifiées, ses bonus de séries de morts, il peut personnaliser ses armes, réaliser ses propres emblèmes, ses peintures d’armes, récupérer sa solde.

    Le QG s’est aussi la possibilité d’assister dans le cinéma à des vidéos (événements, tournois, trailers, …), de dépenser ses crédits dans le coin repos et jouer à des vieux jeux d’Activision. Les crédits servent aussi dans l'armurerie pour y acheter de l’équipement, des objets à collectionner et des contrats. Les contrats permettent de monter plus rapidement dans les niveaux en proposant des défis à temps limité. Un exemple, faire 100 éliminations en 40 minutes offre 3000 EXP au joueur. Le Major Howard fournit également quelques challenges via des défis quotidiens et/ou hebdomadaires, offrant des récompenses uniques.

    L’espace social permet aussi d’affronter en 1 vs 1 un ami (ou pas) où chaque joueur dispose de 3 vies et à 60 s pour humilier son adversaire.

    Enfin, le joueur gagne des caisses de ravitaillement débloquant des emotes, des éléments d’armes, des cartes de visite, des bonus (EXP de division, …), des armes rares, et j’en passe pour personnaliser un maximum son personnage.

    Après les quelques déboires pour se connecter et trouver une partie des premiers jours, le jeu est beaucoup plus stable. On regrettera tout de même le peu de maps disponibles au lancement mais c’est sans compter sur les DLCs dont le premier devrait débarquer dans le courant du mois de janvier.

    Le mode QG offre quelques activités entre deux affrontements

    Et la réalisation ?

    Le jeu en a sous le capot sur PS4 Pro et écran 4K. Le HDR offre des paysages magnifiques. Les effets d’éclairages, les fumées, les explosions sont réalistes. La modélisation des personnages, les animations sont encore un cran au-dessus des derniers épisodes. Les cinématiques sont de grande qualité et le doublage français fait son boulot. Lors des cut scenes in game, un flou étrange se fait en fonction des différents personnages qui parlent. J’ai trouvé ça assez gênant.
    Le thème musical et les musiques qui rythment les différentes missions  sont exceptionnels. Par contre, la voix allemande du même camp lors du multijoueur est assez agaçante à la longue.

    Trailer de lancement
    Note du test 9/10En conclusion :

    Ce retour aux sources attendu par les joueurs de la première heure est une pure réussite. Avec une campagne magistrale, un mode zombie où la chair en putréfaction vous donnera des sueurs froides et un multijoueur certes classique mais proposant un mode Guerre misant sur la coopération, vous avez un blockbuster de fin d’année !

    Les plus

    Une campagne vraiment prenante
    La vision frères d’armes
    Un rendu réussi avec le HDR et la PS4 Pro
    un mode zombie génialissime et stressant
    le multijoueur classique mais…
    … un mode guerre réussi
    le QG façon Destiny

    Les moins

    peu de cartes en multi
    un peu trop linéaire en campagne
    certains effets datés

    En résumé


    Call Of Duty : World War II par Rating: 9 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles