• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Fourcherman


  • ps4

    V-Rally 4
    Editeur : Big Ben Interactive
    Développeur : Kylotonn Entertainment
    Genre : Course | Rally
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 06 septembre 2018
    Trophées : Oui
    Support


    Partager sur

    test de V-Rally 4

    Version Éditeur

    Test V-Rally 4

    Publié le mardi 11 septembre 2018 à 20h18 par Fourcherman

    Le studio Kylotonn Games signe le retour de la licence V-Rally qui a surtout connu ses heures de gloire à la fin des années 90 et plus exactement à l’été 1997, les joueurs Playstation de l’époque se souviendront forcément du jeu qui a marqué toute une génération de gamer. Les fans de courses automobiles et plus particulièrement connaissent le studio qui a repris la licence WRC depuis l’épisode 5 en proposant chaque année des WRC 6 et 7 toujours de meilleure qualité mais forcément intimement liés à la licence WRC. Avec V-Rally 4 les développeurs ont eu plus de liberté et ne se limitent pas uniquement au Rallye.

    V-Rally mais pas que …

    V-Rally 4, on s’en doute bien ne garde que le nom de la licence puisque autant d’années plus tard il fallait que Kylotonn Games innove pour trouver un public qui a évolué, bien plus exigeant et surtout habitué à une multitude de jeux de courses automobiles, la nostalgie c’est bien mais ne suffit plus forcément maintenant, surtout dans ce genre. Ce n’est donc plus uniquement à la discipline qu’est le Rallye que les joueurs auront à se frotter, en effet les développeurs étendent l’air de jeu avec d’autres types de courses comme le V-Rally Cross, l’Extrême Khana, le Buggy et le Hillclimb. Inutile de présenter le mode Rallye qui vous envoie aux quatre coins de la planète avec votre co-pilote toujours prêt à dicter le moindre virage.
    Le V-Rally Cross propose des courses à 8 voitures sur des boucles, on enchaîne tours de piste en empruntant parfois différents chemins, on frôle les concurrents, cette catégorie de courses pourrait nous rappeler un certain DiRT Showdown et ses courses en 8.
    L’Extrême Khana comme son nom l’indique vous emmène faire le show à coup de drifts, d’enchaînement de virages à coup de frein à main pour battre le chrono. Ce qui plait dans ce mode c’est surtout les différents environnements qui se prêtent parfaitement au jeu comme par exemple un aéroport militaire. Il vous faudra un certain temps pour maîtriser la discipline.
    Le Buggy vous plonge dans des circuits accidentés, boueux et surtout dans des courses survoltées, vos adversaires seront bien décidés à vous empêcher de passer la ligne d’arrivée en premier ! Dose d’adrénaline au programme.
    Terminons avec le mode Hillclimb qui vous emmène au volant de véritables avions de chasse avec pour objectif d’arriver le plus vite possible tout en haut d’un col bien souvent à flanc de montagne, on se fait peur, les sensations de vitesse sont impressionnantes. Cette discipline paraît surprenante dans un V-Rally mais les développeurs semblent s’être fait plaisir loin d’un WRC trop contraint par sa licence.

    test de V-Rally 4
    Des environnements exceptionnels...

    L'aventure commence …

    On l’aura vu, V-Rally 4 ratisse un peu plus large que ses ancêtres avec ses 5 disciplines qui vous emmèneront autours du globe avec une vingtaine de destinations. On découvre à peine l’écran titre passé et le mode solo lancé, notre assistante Nancy qui nous explique comment votre carrière évoluera. Qui dit carrière dit budget et on remerciera notre premier sponsor qui nous fait pleinement confiance. Il faudra acheter son premier véhicule, recruter ses premiers employés. Toutes les disciplines ne sont pas disponibles dès le lancement du mode carrière puisque tout sera question de budget et pour engranger de l’argent il faudra remporter des courses. Le type de véhicule acheté conditionnera le genre d’épreuves sur lesquelles vous  vous ferez la main. Il vous faudra également rémunérer vos employés et investir dans des améliorations. La progression dans la carrière pourra être frustrante pour qui veut tout, tout de suite, en effet on découvre très rapidement que V-Rally 4 s’oriente plutôt vers de la simulation et il sera assez complexe de finir une course premier (en tout cas au début du jeu). Les développeurs ont laissé la possibilité aux joueurs de régler la difficulté de l’IA avec une réglette de 0 à 100% (50% est le réglage par défaut soit la difficulté normale), mais attention plus la difficulté sera faible et moins la récompense de course sera élevée, à vous de trouver votre compte selon votre maîtrise.
    Quoiqu’il en soit, à force de volonté, votre compte en banque va grimper et vous ouvrira les portes vers toutes les disciplines, vers une équipe performante et des améliorations de moteur, châssis, boîte de vitesse, radiateur, pneus, suspensions … Ce qui influe sur le comportement des voitures : vitesse, freinage, tenue de route.
    Votre portefeuille vous permettra également de réparer votre véhicule car à moins d’être le nouveau Sébastien Loeb, il va être compliqué de ne pas égratigner votre bolide.

    test de V-Rally 4
    Nouvelle discipline au programme

    Techniquement on a quoi sous le capot ?

    V-Rally 4 hérite du moteur graphique du dernier WRC 7 avec sans doute pas mal d’améliorations et d’optimisations et on peut dire qu’effectivement le « KT Engine » nous fait bien rêver avec des détails, des effets de lumière. On se surprend même à vouloir mettre des lunettes de soleil lorsque le soleil se couche sur Monument Valley et nous empêche d’améliorer notre chrono. Les développeurs ont choisi des terrains de jeu qui vendent du rêve et qui font aussi la force du jeu, vous arpentez des tracés (vraiment bien conçus d’ailleurs) en Amérique dans des endroits magnifiques : Monument Valley, Sequoia Park ou encore en Sibérie, au Kenya, en Malaisie (les tracés dans la jungle sont impressionnants) et au Japon.
    La bande son n’est pas en reste avec des sonorités d’ambiance qui donnent vie aux courses et surtout des bruits de moteur au top, avec une petite mention spéciale pour les bolides du Hillclimb qui chatouillent nos oreilles.
    Côté prise en main/conduite, les développeurs s’écartent un peu de l’arcade pour proposer un jeu plus pointu, voire parfois grisant tant la moindre erreur peut être fatale. Il faudra un certain temps d’adaptation pour maîtriser les bolides et les tracés, ceci pourrait en rebuter plus d’un mais on comprend bien que le genre Arcade est déjà bien présent dans beaucoup de titres déjà disponibles, KT Games prend le pari de limiter au strict minimum les aides à la conduite, pari risqué si la cible était les fans de la première heure. Cela dit le jeu pousse au challenge et à se surpasser avec toujours un framerate irréprochable et des sensations de vitesse stressantes … Bref on sent qu’on est au volant de voitures de courses et qu’il ne faut pas commettre d’erreur.
    On ajoutera qu’en plus du mode carrière, V-Rally 4 propose son jeu libre totalement personnalisable, une façon peut être plus rapide de tester toutes les disciplines sans passer par la longue carrière.
    Une fois carrière et mode libre arpentés, vous pourrez vous rabattre sur le multijoueur local (en écran partagé) ou en ligne.

     
    Note du test 7/10En conclusion :

    V-Rally 4 ne marquera pas autant que le premier volet, Kylotonn Games s’éloigne de la licence de départ en proposant 5 disciplines en lieu et place de l’unique Rallye, et ce n’est pas du tout pour nous déplaire, on sent que les développeurs se sont fait plaisir avec du Hillclimb, du Buggy et autres. Techniquement on peut dire que le moteur graphique maison « KT Engine » fait très bien son boulot en proposant des paysages magnifiques avec de bonnes sensations de vitesse. Ce qui généra finalement le plus dans ce nouveau V-Rally c’est un gameplay entre Simulation et Arcade qui finalement empêche de prendre plaisir totalement et qui peut en effrayer plus d’un.

    Les plus

    5 disciplines
    Les décors variés et splendides (Sequoia Park, Monument Valley, la jungle de Malaisie)
    De belles sensations de vitesse
    Ecran partagé en local

    Les moins

    Mode carrière un peu frustrant et qui peine à convaincre
    La conduite entre Simulation et Arcade qui empêche le fun total et qui rebutera les novices
    On aurait aimé plus de circuits et de véhicules


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles