Note du test 7.5/10En conclusion :

Drôle d’impression que nous laisse RAGE 2, entre le « Génial » grâce à ses combats ultra nerveux et le « mouais bof » avec son monde ouvert répétitif, sans rebondissement et un peu en décalage avec ce que l’on peut trouver en 2019 mais c’est finalement peut être cette différence qui était recherchée par les développeurs. Le jeu manque de profondeur avec son scénario minimaliste qui se bouclera trop rapidement et semble même un peu en retard techniquement sur certains points. Finalement « heureusement » que le jeu se boucle assez rapidement pour ne pas nous faire oublier les missions principales bourrées d’action ! Nous retiendrons finalement de RAGE 2, ses combats nerveux, jouissifs avec notre Walker Ranger lourdement équipé (et le fusil à pompe !).

Les plus

Ultra nerveux
Gameplay au top
Super sensation au tir
Ambiance déjantée
Humour / dialogues
Un large choix d’activités annexes

Les moins

Manque de profondeur
Scénario timbre-poste
Monde ouvert un peu fade, sans vie
Durée de vie trop courte
Un peu daté techniquement sur certains points

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Fourcherman


  • ps4

    RAGE 2
    Editeur : Bethesda Softworks
    Développeur : id Software
    Genre : FPS
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 14 mai 2019
    Trophées : Oui
    Support


    version éditeur

    Test RAGE 2

    Publié le mardi 04 juin 2019 à 10h52 par Fourcherman
    Partager sur

    Huit ans après un RAGE, premier du nom, très réussi et qui avait su marquer l’année 2011 et nos esprits, c’est au tour du deuxième opus de squatter nos consoles. RAGE 2 est donc le résultat d’un travail collaboratif entre id Software (Doom) et Avalanche Studios (Mad Max, Just Cause), le tout chapoté par Bethesda (bien souvent gage de qualité). L’un plutôt habitué à des FPS nerveux, tandis que l’autre aux mondes ouverts (plus ou moins réussis). Cette alliance a-t-elle était bénéfique ? Réponse dans notre test …

     

    On reprend la route du post-apo coloré


    A peine sorti d’un Days Gone, prenant, stressant, enivrant et surtout orienté post-apocalyptique c’est au tour de RAGE 2 de nous emmener dans son monde dévasté nommé le Wasteland. Niveau scénario, on n’ira pas chercher très loin. L’action se passe 30 ans après les événements du premier opus, le mal est évidemment toujours présent dans ce monde dévasté et l’Autorité y règne de main de fer (c’est le cas de le dire), dirigée par le Général Cross plutôt robot qu’humain (il lui reste tout de même la tête).
    L’action démarre sans attendre (après un choix rapide entre personnage homme ou femme) et donne directement le ton sur l’ambiance, vous voilà en pleine bataille à Vineland, la plupart des alliés y passeront et vous devenez Ranger. Une introduction musclée nous laissant partir découvrir l’open world de RAGE 2 Vous rencontrerez trois personnages principaux en suivant les missions principales du jeu qui vous demanderont de mener à bien, le but sera de ressusciter le projet « Dague », seul espoir pour en finir avec le Général Cross. Qui dit monde ouvert dit évidemment un tas de missions secondaires à accomplir et ce qui différencie RAGE 2 d’autres open-world récemment sorti c’est l’obligation d’effectuer ces missions pour faire monter de niveau nos trois protagonistes alliés afin de débloquer les missions principales. Il vous arrivera sans doute de vous demandez pourquoi plus aucune mission n’est affichée sur la carte, il faudra tout simplement explorer, conquérir, détruire … progresser. En cela rien de vraiment gênant puisqu’il ne faudra pas forcément trop en faire pour mener notre Walker Ranger au combat final. Un choix surprenant tout de même mais qui permet de prolonger un peu la durée de vie relativement courte du jeu si on ne s’intéresse pas à tout débloquer sur la carte. Comptons une quinzaine d’heure environ voire une vingtaine si vous aimez tout découvrir. L’univers déjanté de RAGE 2 s’appuie sur un humour bien gras omniprésent avec les dialogues, nos différentes lectures au fil de l’aventure mais surtout avec les noms de chaque PNJ comme par exemple « Face de Scrotum » et des centaines d’autres dans le genre.
    Quelques clins d’œil au premier RAGE viendront ravir les fans mais rien de bien transcendant pour autant. A part peut être les retrouvailles avec Mutant Bash TV pour les connaisseurs 😊

    Responsive image
    Bienvenue dans le Wasteland

    Ça envoie du steak !


    Vous l’aurez compris, ce n’est pas par son histoire que RAGE 2 brille mais plutôt par son ambiance et sa partie FPS survitaminée. Comment décrire le sentiment de toute puissance que dégage notre Ranger Walker. Ce dernier dispose d’une armure et de capacités qui ne sont pas sans rappeler Crysis dans son enchainement gun/capacité/vitesse/puissance. Que ce soit une mission principale ou des zones secondaires, on en reparlera un peu après, l’objectif sera simple : tout dégommé !
    Pour cela Walker dispose de jolis jouets : pistolet, fusil mitrailleur, fusil à pompe, lance-roquette et quelques autres surprises jouissives. L’arsenal se complètera au fil de vos découvertes dans le Wasteland. Pour ma part, le fusil à pompe reste l’une des armes les plus impressionnantes surtout que la plupart des combats se passent en couloir, celui-ci couplé au fusil mitrailleur très précis pour les tirs un peu plus éloignés. Concrètement il est possible de parcourir tout le jeu avec ces 2 armes très efficaces d’autant plus que tout s’améliore dans RAGE 2. Toutes les armes disposent d’un tir principal et d’un tir secondaire dévastateur !
    Pour nous accompagner dans notre tâche d’éradication des différentes factions ennemies, Walker disposera de Winsticks, grenades et drones.
    Mais tout ça ne serait rien sans le pouvoir des nanotrites qui offrent à Walker des pouvoirs surhumain : propulser les ennemis, esquiver les attaques avec la ruée (dash), saut avec onde de choc au sol, barrière de protection et j’en passe. Tous ces pouvoirs ajoutent encore plus d’intensité (et de plaisir) aux combats en jonglant, il est rare de trouver autant de plaisir à démembrer tout ce qui se présente devant nous à une vitesse impressionnante ! Déjà bien explosif à ce niveau, il fallait tout de même encore un petit plus pour faire de RAGE 2 le défouloir ultime : la jauge d’overdrive. Une fois remplie, cette jauge déchaine l’enfer sur tout ennemi se trouvant devant vous, vos capacités sont boostées, les armes également (roh le bordel avec le fusil à pompe !) et votre santé se régénère.
    Il est important de préciser que tout s’améliore dans RAGE 2 (capacités, armes, véhicules, gadgets, santé …) avec les différentes ressources glanées un peu partout lors de vos missions. Soit directement dans le menu que l’on active d’une simple touche sur le pavé tactile de la manette ou soit chez le Cyber-Doc à Wellspring.
    Inutile de vous dire qu’après quelques combats intenses, il vous sera compliqué d’aller dormir …

    Responsive image
    Des combats intenses

    Un manque de finitions ...


    La partie FPS menée par id Software ne déroge pas à leur réputation de créateur de FPS boosté aux stéroïdes et complétement barré, c’est plutôt du côté du monde ouvert qu’on aurait aimé un peu plus de finitions.
    Parlons tout d’abord des déplacements dans cette vaste carte que nous propose RAGE 2. Votre premier véhicule sera le Phénix sorte de voiture tout terrain blindé, résistant, rapide et équipé de mitrailleuses, un arsenal qu’il faudra améliorer considérablement pour espérer vaincre les convois qui arpentent la carte. Vous aurez ensuite accès aux véhicules découverts sur la carte que vous pourrez conserver tout au long de l’aventure à condition de les amener jusqu’à votre garage disponible dans les différentes villes : Wellspring, Gunbarrel, Lagooney ou Dreadwood.
    Vous aurez accès à un large panel de véhicules mais il y en a un qui permettra de découvrir le Wasteland et ses points d’intérêts plus rapidement c’est Icarus, sorte de moto volante.
    On sait maintenant quoi faire dans RAGE 2 : tout défoncer, on sait comment se déplacer avec les véhicules (ou le voyage rapide), maintenant intéressons-nous aux activités, elles sont nombreuses sur la carte, variées dans leur dénomination mais avec toujours la même finalité, tout flingué.
    Les Arches seront des zones essentielles à votre progression puisqu’elles renferment pouvoirs et armes, elles sont bien souvent bien gardées. Les Crash de météorites seront un atout essentiel pour la collecte de Feltrites (éléments nécessaires pour les améliorations), évidemment vous ne serez pas le seul à vous intéresser à cette ressource précieuse. Les echos de Rangers sont des lieux où vous trouverez ce qu’il reste d’anciens Rangers tombés au combat. Sur les routes vous trouverez des barrages qu’il faudra désactiver et vider pour pouvoir progresser, les sentinelles de l’Autorité sont d’énormes tourelles surpuissantes qu’il faudra détruire, les stations solaires sont les lieux de rechargement pour les véhicules de certaines factions et les stations de ravitaillement où vous devez détruire les réserves de carburants ennemis.
    Vous devrez également nettoyer les nids de mutants, les camps de bandits, les nids de Broyeur (infestés de mutants avec en prime un Broyeur, sorte de Troll géant).
    Si cela ne suffit pas il y aura de quoi faire dans les arènes de Mutant Bash TV ou encore avec des courses qui se proposeront à vous directement sur les routes ou sur circuit au ChazCar Derby.
    A toute cette longue liste d’activités annexes s’ajoutent les primes que vous collecterez dans les villes.
    Il y a donc de quoi faire dans RAGE 2 et une fois dans l’un de ces endroits, on ne s’ennuie pas tant la partie FPS est maitrisée. Mais l’ombre à ce beau tableau est la répétitivité et son mon ouvert sans vie. Alors oui les villes fourmillent de détails et les différentes zones de la carte offrent des paysages différents, en allant du désert à la forêt mais il manque quelque chose, ça laisse une sensation un peu bizarre surtout que le rythme nerveux en prend un sérieux coup quand il s’agit de se déplacer sur de longues distances. La direction artistique est pourtant excellente avec une ambiance complètement barrée, des détails un peu partout, des explosions maitrisées (Avalanche Studios connait le sujet avec notamment Just Cause) et des couleurs fluo/néon qui finalement collent super bien au jeu, le tout associé à une bande son énergique et des voix françaises de qualité. Cependant certains éléments donnent un sentiment de dépasser avec par exemple la rigidité des PNJ, des éléments non destructibles surprenants, mais cela n’entache pas vraiment la qualité technique du jeu, c’est beau sans l’être, c’est détaillé sans l’être sans doute car le tout est inégal sur toute la map.
    En bref RAGE 2 brille par la puissance de son gameplay explosif, violent, précis, rapide … mais est desservi par une histoire trop basique, trop courte qui nous laisse clairement sur notre faim, un peu plus de finitions aurait fait de RAGE 2 un hit.

    Responsive image

     

     




    Test RAGE 2 - 7 minutes de lecture