Note du test 6.5/10En conclusion :

Si vous vous attendez à un jeu d'horreur pur et dur, vous risquez d’être déçu. L’horrifique s’invite évidemment à la fête et l’ambiance H. P. Lovecraft est bien présente. Mais la construction du jeu et le côté scripté limite le sentiment de peur. Le jeu a tout de même des qualités comme une réalisation très convenable sur PlayStation 4. Les énigmes sont réussies et l’exploration est intéressante. Le scénario prête à poursuivre l’aventure et la vie “Seul sur Mars” est aguicheuse.

Les plus

Décors réussis qui varient au cours de l’aventure
Ambiance H. P. Lovecraft
Enigmes
Seul sur Mars
Immersion réussie
Durée de vie dans les clous...

Les moins

L’aspect horreur mis au second plan
Jeu lent
Et trop dirigiste

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps4

    Moons of Madness
    Editeur : Funcom
    Développeur : Rock Pocket Games
    Genre : Survival-Horror
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 24 mars 2020
    Trophées : Oui
    Support


    version éditeur

    Test Moons of Madness

    Publié le dimanche 05 avril 2020 à 20h54 par Pilou
    Partager sur

    Moons of Madness est le nouveau jeu AA du studio norvégien Rock Pocket Games et édité par Funcom. Un jeu quelque peu différent de leur première production, Shiftlings. Disponible depuis peu sur PlayStation 4, nous vous donnons notre avis sur ce jeu d’énigmes teinté de quelques notes d’horreur.

     

    Un mars et ça repart


    Moons of Madness est en premier lieu un jeu à la première personne qui laisse présager un jeu d’horreur sur Mars. “Présager” en effet car le rythme du jeu nuit quelque peu au sentiment de peur mais on en reparle plus bas.
    Nous sommes en 2063, Shane Newehard est l’ingénieur de la station Invictus sur Mars. Son rôle est d’assurer le bon fonctionnement de l’avant-poste en attendant que la relève arrive sur la Planète Rouge grâce au transport Cyrano.

    Après un prologue où Shane est victime d’une vision d’horreur où d'abominables tentacules ont envahi la station, notre aventurier se réveille et commence sa journée. Première mission: rendez-vous au niveau des panneaux solaires à l'extérieur de la station, ceux-ci ne produisant plus de précieuse énergie. Cette phase est un bon moyen de faire la connaissance avec le gameplay "survie" sur Mars et sa vie inhospitalière.

    Responsive image
    Le véhicule pour se rendre entre les différents lieux de Moons of Madness

    Shane on you


    Exploration et observation ne sont pas à négliger dans l’aventure: un code griffonné sur un tableau est peut être le code de la porte verrouillée juste à côté!

    Le jeu se veut exclusivement linéaire et scripté. C'est en partie pour cela que l'aspect horreur du soft n'utilise pas son plein potentiel. Il y a certes quelques jumpscares, scènes d'horreur et même des fuites mais l'aspect dirigiste fait redescendre le soufflet. Les déplacements sont lents et le jeu finalement trop sage pour faire réellement peur. Dès qu'un danger se dessine, Shane ne peut que fuir: aucune arme n'est disponible. La variante Walking Simulator est présente... peut être trop!

    Responsive image
    Rendez-vous en haut au niveau de l'antenne

    The Sun Shaning


    La réalisation est en revanche excellente! Le studio maîtrise bien le sujet : éclairage, station, désert rouge à perte de vue, tempête de sable et d’autres surprises jalonnent le périple de Shane. C’est détaillé dans les différents lieux et certains décors évoluent: en témoigne la progression durant les trois chapitres de l’aventure.

    Petit plus: le doublage anglais et le jeu des acteurs sont de bonne facture.
    Pour la durée de vie, il faut compter environ 5 à 6 heures pour connaître le dénouement. On est dans une moyenne pour ce genre et le prix est adéquat (environ 30€).
    Sur le même moule que Close To The Sun testé l'année dernière par votre serviteur, Moons of Darkness propose une Direction Artistique réussie : les titres incrustés à chaque début de chapitre, même si cela donne un sentiment de déjà-vu, offrent un certain cachet à Moons of Madness.

    Responsive image
    Pour appuyer mes dires, voici un exemple de titre incrusté au début du chapitre

    Des gros cala'Mars


    L'aspect survie sur planète hostile est parfaitement retranscrit. Entre les sorties en scaphandre où il faut veiller à sa jauge d'oxygène, les couloirs et l'aspect confiné que nous vivons bien ces temps-ci, tout est là pour assurer l’immersion du joueur.

    Surtout que l’inspiration sortie de H. P. lovecraft se prête bien au lieu. Les références ne manquent pas. Les passages où le personnage ne sait plus faire la différence entre rêve et réalité ou les rencontres avec la créature sont des exemples criants de vérité.
    Même si le scénario est banal, le jeu pousse à en découvrir la conclusion. Un conseil, lisez tous les documents laissés dans les lieux du jeu ou les mémos sur les ordinateurs: cette lecture est un élément important de l’immersion et de la compréhension du background.

    Responsive image
    La créature de la Brume en action

     

    Shane sur Mars


    A côté de cette aventure occulte, le joueur doit résoudre des énigmes plus ou moins complexes. Shane dispose sur son bras avant droit d’un dispositif: le bioscope qui permet de scanner certains éléments commes les caméras, ordinateurs d’un véhicule, commandes d’une antenne…

    Les énigmes sont logiques et font travailler la matière grise du joueur mais pas trop. On ne bloque jamais très longtemps sur un casse tête.
    Ils apparaissent variés et s'intègrent parfaitement au gameplay et à l'aventure.
    D’autres énigmes liées le plus souvent à l’utilisation de batteries et d’autres systèmes d’interrupteurs sont de la partie. Mais trop en parler gâcherait le jeu!

    Il y a tout de même une part d’infiltration avec le piratage des caméras de surveillance mais c'est...sous exploité. C'est dommage!
    Une orientation du jeu dans la veine d'un Alien Isolation n'aurait pas déplue, bien au contraire.
    On conclut le test avec une suggestion: le jeu pourrait être porté sur le PlayStation VR car il en a la prétention!

    Responsive image
    Voici l'une des énigmes du jeu qui attend le joueur

     

     




    Test Moons of Madness - 4 minutes de lecture