Note du test 7/10En conclusion :

Wasteland 3 ravira les fans d’action RPG au tour par tour avec beaucoup son lot innombrable de personnalisation et des choix importants qui ont un réel impact sur la progression du jeu. On note la qualité d’écriture qui plongera le joueur pleinement dans cet univers post-apo totalement déjanté. Les novices au genre en revanche auront sans doute un peu de mal à prendre leurs marques. Ce qui est sûr ? C’est que les développeurs d’InXile connaissent la recette du RPG old school. A vous de voir...

Les plus

L’histoire
L’importance des choix pour le déroulement du scénario
Une bonne durée de vie (quarantaine d’heures)
Univers complètement déjanté / humour
La gestion de l’escouade / des équipements

Les moins

Pas franchement fou graphiquement
Combats au tour par tour trop classiques
Vivement la PS5 pour la fin des temps de chargement
Réservé tout de même aux fans du genre

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Fourcherman


  • ps4

    Wasteland 3
    Editeur : Koch Media
    Développeur : inXile Entertainment
    Genre : RPG
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 28 août 2020
    Trophées : Oui
    Support


    Test Wasteland 3

    Publié le lundi 07 septembre 2020 à 12h53 par Fourcherman
    Partager sur

    InXile nous propose de découvrir Wastelands 3, un action RPG au tour par tour sorti le 28 août dernier sur notre bonne vieille Playstation 4. Pour les connaisseurs de la saga Wasteland, il faut remonter en 1988 pour apercevoir la sortie du premier opus paru sur Apple II, C64, DOS, Windows, Mac, Linux ! Pour beaucoup, l’an 1988 est synonyme de moyen âge et Wasteland premier du nom ne devrait pas parler à beaucoup. Cependant la licence est revenue sur le devant de la scène en 2014 avec Wasteland 2, également développé par InXile. On y retrouvait toujours un univers post-apocalyptique (qui visuellement avait bien évolué 26 années plus tard) dans lequel le joueur prenait le contrôle d’une escouade de quatres bleus dans une quête afin de devenir Rangers dans un Arizona dévasté par une guerre atomique.

    Les présentations sont faites avec la licence, il est temps d’insérer la galette ... Après quelques minutes d’installation du jeu, je me lance donc dans Wastelands 3, avec peu de connaissances sur le sujet et une appréhension sur le genre, n’étant pas du tout un adepte des jeux au tour par tour. Les échos sont tellement bons sur la série qu’il est temps pour moi de me jeter à l’eau. Après tout, un monde post-apocalyptique, ça se tente ! Je note de suite le soin apporté au jeu au travers de ses menus ou sa cinématique d’introduction, clairement jolie. Une fois la séquence d’intro terminée, je me retrouve en plein combat (façon XCOM, tour par tour, PA à gérer pour les actions et quadrillage au sol). Ce premier accrochage avec l’ennemi nous permet d’apprendre les mécaniques de base du jeu concernant les combats. S’en suit une découverte des mouvements, du level design. Après une bonne heure de jeu, j’ai le droit à un beau plantage du jeu. Je me dis que le gros patch en cours de téléchargement a son utilité...

     

    Road Trip au Colorado


    Bye bye l’Arizona totalement dévasté, nos Rangers arpentent désormais le Colorado et ses paysages magnifiques … ah non ça c’était avant les ravages du nucléaire. Quoi qu’il en soit, nos guerriers sont en quête d’une aide plus que nécessaire et vont rencontrer très rapidement le patriarche, qui en échange de quelques services nous promet de quoi approvisionner les habitants de votre état. Evidemment le Colorado n’est plus vraiment une terre accueillante et nos héros vont vite faire la connaissance "brutale" du gang local et subir de lourdes pertes. Notre bon patriarche, aussi généreux qu’il puisse être, nous confiera les clés d’un complexe abandonné qui fera office de base dans la ville de Colorado Springs. Ceci évidemment sous conditions, notamment retrouver ses trois enfants qui se sont retournés contre lui, tout aussi cinglés les uns que les autres bien entendu, quelle belle marmaille quand même… Mission délicate.

    Tout ce scénario se met en place au travers de longs dialogues entre bon nombre de PNJ, des dialogues que vous dirigez selon des choix multiples et qui parfois entraînent des conséquences, positives ou périlleuses. Il faut donc être attentif à vos choix qui pourront bien souvent mettre en péril votre escouade. Pour l’exemple, éviter, grâce aux orientations d’un dialogue, un affrontement sanglant sera bénéfique pour votre escouade, vos ressources mais vous vaudra bien souvent quelques insultes de PNJ genre “froussards”... A l’inverse déclencher un combat en raison d’un mauvais choix peut faire très mal ... C’est surtout sur le long terme que nous découvrons les conséquences de nos actes avec une jauge de réputation qui va du “saint” à “l’ordure”. A vous de trouver l’équilibre … ou pas …

    Tous ces dialogues avec rebondissements contribuent à la bonne durée de vie du titre qui excède facilement les 40 heures. On note également la qualité d’écriture et surtout l’humour (bien souvent noir), le langage bien cru qui colle parfaitement à l’univers de Wasteland et ses personnages à la Mad Max complètement barrés. Sans aucun doute la grande force du jeu réside dans son histoire et ses rencontres.

    Responsive image
    Du bon post-apo

    L’importance de votre escouade


    Avant de plonger dans l’aventure, vous devrez choisir le niveau de difficulté et un binôme prédéfini ou composer le votre (sexe, look, caractère, passif). Vos deux protagonistes seront très vite rejoints par quatre Rangers supplémentaires, ce qui portera votre escouade à 6. Il sera très important de composer cette dernière avec minutie afin de bien équilibrer les compétences de chacun, au nombre de 22 ainsi que les attributs au nombre de 7 (chance, force, charisme, intelligence, coordination…). Les compétences permettront à tel ou tel membre de l’équipe d’accomplir certaines tâches bien spécifiques, le crochetage, le piratage, la mécanique, le tir à distance, l’arme lourde, l’arme de mêlée et j’en passe. Le tout sera à améliorer au fil de l’aventure et des points de compétences gagnés. La composition de votre équipe est déterminante : avoir seulement des intellos ne vous mènera pas bien loin. Avoir seulement des fous de la gâchette non plus cela dit...

    Notre petite troupe, au fil de l’exploration et des combats, va glaner bon nombre de ressources allant de la camelote aux armures, armes, matériel de soin ... (immense respect à la boule de neige jaune, qu’on imagine composée d’urine, qui vous donnera le droit de décrocher un petit trophée une fois lancée sur un adversaire).

    Les amateurs de RPG auront largement de quoi faire avec tous les choix de personnalisations, d'améliorations, tandis que les moins adeptes du genre pourront vite se perdre dans les dédales de la customisation et faire de mauvais choix risquant de nuire à la progression. Dans tous les cas, pour le débutant dans le genre, il vaudra mieux démarrer l’aventure en mode facile pour profiter de l’histoire, de l’humour et ne pas abandonner en cours de route.

    Il est important de préciser que les développeurs ont tout de même penser à simplifier la gestion de l’escouade, puisqu’il ne sera pas nécessaire de sélectionner le personnage ayant la compétence pour faire l’action désirée, si toute l’escouade est sélectionnée, c’est le personnage qui dispose de la compétence qui se déplacera pour faire le boulot. Une bonne chose qui améliore la lisibilité d’autant plus qu’à l’écran on peine parfois à reconnaître qui est qui.

    Responsive image
    Un hiver difficile

    Exploration, combats …


    Wasteland 3 se compose essentiellement de phases d’exploration et de combats au tour par tour. L’exploration consiste à visiter les lieux pour atteindre les objectifs principaux et secondaires, vous y découvrirez les personnages non joueurs plus ou moins essentiels à votre progression mais tous auront quelque chose à dire. Vous découvrirez des coffres, des ordinateurs, des générateurs, des portes… l’interaction avec les éléments dépendra évidemment des compétences distribuées à vos troupes et de leur niveau. On pourra également rencontrer des animaux que vous pourrez parfois apprivoiser (ceci dépendra évidemment de la compétence dédiée), tous ne peuvent pas l’être évidemment mais lorsque l’action sera possible, ceux-ci demeureront des alliés très utiles lors des combats.

    Et justement parlons-en de ces combats, somme toute très classiques pour le genre. Chaque Ranger de votre escouade disposent de PA (points d’action) qui permettent d’attaquer, se déplacer, utiliser les objets ou utiliser les atouts disponibles pour le personnage sélectionné. Le terrain nous indique (sous forme de quadrillage façon XCOM pour les adeptes) la zone où notre personnage peut se déplacer ainsi que la zone d’action pour une attaque. Il est possible de se mettre à couvert derrière des éléments du décor pour limiter les dégâts en cas d’attaques adverses. Une fois tous les PA utilisés (ou le tour passé), vient le tour de l’escouade adverse. Ici le principe est simple : on attend de subir les actions des adversaires. Si notre équipe prend cher, les kits de soins ou de réanimations seront forts utiles pour ne pas perdre des éléments essentiels à la progression.

    Parlons un peu de technique : Wasteland 3 n’est clairement pas la référence du genre, graphiquement ce n’est pas la folie, le tout semble un peu daté, le jeu souffre également de quelques ralentissements et de chargements un peu lourds. Cela dit le genre ne nécessite pas forcément d’être le must au niveau technique et ne nuira pas au plaisir que le jeu peut procurer aux fans.

     




    Test Wasteland 3 - 6 minutes de lecture