Note du test 7/10En conclusion :

Romero Games nous propose un jeu de mafieux au tour par tour plutôt convaincant dans un Chicago des années 1920 en proie aux crimes. Une ambiance réussie épaulée par une bande son piano/bar agréable qui colle parfaitement au thème. La gestion des combats est plutôt réussie tout comme la conquête des quartiers, cependant la répétitivité et une interface parfois un peu complexe peuvent ternir un peu l’expérience. Mais les développeurs proposent de belles idées, si vous êtes fans de l’époque prohibition et d’un gameplay au tour par tour, il serait dommage de passer à côté.

Les plus

L’ambiance de la prohibition des années 1920 américaine
Une belle variété de choix dans les gangs
Bande son
Des combats au tour par tour agréables ...

Les moins

… mais un peu trop répétitif à la longue
Une interface parfois brouillonne
Graphismes pas tops

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Fourcherman


  • ps4

    Empire of Sin
    Editeur : Paradox Interactive
    Genre : Gestion
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 01 décembre 2020
    Trophées : Oui
    Support


    Test Empire of Sin

    Publié le mercredi 09 décembre 2020 à 16h24 par Fourcherman
    Partager sur

    Empire of Sin est un jeu développé par Romero Games et édité par Paradox Interactive, le studio compte parmi ses rangs John Romero qui est un ancien de chez id Software (Doom, Quake). Évidemment ici nous ne parlons pas de FPS bourrin et gore mais plutôt d’un jeu de gestion au tour par tour (qui a tout de même son petit aspect gore) qui nous plonge dans les années 1920, à Chicago, en pleine prohibition. Le crime est en place et bien organisé mais quatorze gangs se crêpent le chignon pour conquérir un max de territoires. Que vaut ce périple dans une ville enclin aux péchés ?

     

    L’empire du vice


    Le jeu démarre par un bel écran d’accueil nous plongeant directement dans l’ambiance des années 1920, avec la musique piano bar, l’architecture urbaine typique de Chicago, les véhicules d’époques et la mode en pleine ébullition. On parle, bien entendu, des années folles où l’Amérique vit une vraie révolution socio-culturelle. Celle-ci se ressent parfaitement dans le titre de Romero Games.

    Notre aventure débute par un premier choix parmi 14 gangs, vous incarnerez le boss de la faction choisie. Chaque boss dispose d’une capacité spéciale comme Joseph Saltis (Gang Saltis) et sa débandade, une charge puissante qui repousse et inflige de lourds dégâts à l’adversaire. Ou encore Alphonse Capone (gang de l’Outfit) qui dispose d’une pluie de tirs en rafale, Frankie Donovan (gang les Donovan) déclenche pour sa part la furie (déluge de coups dévastateurs en mêlée). Je ne vais pas vous dévoiler ici chaque capacité de boss des 14 gangs mais vous l’aurez compris, le choix vous appartient et on peut dire qu’il y a du choix.
    Vous choisirez sans doute peut être au faciès votre boss, pour ma part j’ai opté pour le Negan (petite réf à Walking Dead) de la troupe, Frank Ragen et sa batte de baseball qui propose la compétence Home Run qui écrase la face de l’ennemi qui bien souvent lui est fatale.
    Précisons que le choix de votre faction ne se limitera pas à la seule compétence de votre boss, toutes disposent de bonus d’empire et diplomatique. Certains bâtiments seront avantagés : coût amélioration de stockage des brasseries réduit, coût de sécurité des casinos réduits, gains supplémentaires dans les bordels... Au niveau diplomatie, la génération de menace pourra être réduite de moitié, la réputation de faction passive pourra être bonifiée d’un point, les effets négatifs avec d’autres factions pourront être réduits de moitié également. Vous l’aurez compris, le choix ne sera pas forcément qu’une histoire de feeling avec notre boss mais aussi un choix stratégique non négligeable.

    L’histoire commence en mars 1920 avec un didacticiel indispensable pour comprendre les différentes mécaniques du jeu. Vous serez amenés à découvrir de suite les combats au tour par tour et la prise de bâtiments pour les transformer en différents lieux rentables. Évidemment votre boss ne sera pas seul à bastonner aux quatre coins de la ville, vous pourrez compter sur l’aide de différentes recrues au fil de votre progression.

    Responsive image
    Une belle ambiance

    Un petit verre, un petit bordel ou un petit jeu d’argent ?


    Nos petites recrues seront essentielles pour espérer se faire une place dans cette ville rongée par le crime. Et c’est grâce à votre notoriété que vous allez pouvoir recruter de vrais Tueurs prêts à tout pour tirer du lot un peu de butin.
    Il faudra aussi se méfier de vos recrues qui parfois ne sont pas en accord avec vos choix et vous empêchent de recruter certains PNJ, une fois viré, le rebelle pourra aller voir chez la concurrence. Un plus dans la gestion bien pensé.

    Alors pourquoi toute cette violence, tout simplement pour conquérir des bâtiments, quartier par quartier et monter son empire, son business. Une fois conquis il s’agira de choisir l’infrastructure à installer, brasserie, maison close, casino … tout ce qui frôle les interdits mais qui rapporte un max d’argent dans une période de prohibition. Vos bâtiments ne pourront pas prospérer sans une gestion aux petits oignons, sécurité, ambiance et satisfaction client seront le nerf de la guerre puisque plus votre butin gonflera, plus vous pourrez étendre votre empire.
    L’aspect diplomatie joue également un rôle majeur dans Empire of Sin en nouant des relations commerciales importantes à votre expansion, il vaudra mieux parfois s’allier (temporairement ou non) à une autre faction que de directement lui faire la guerre. D’autant plus que l’union pourra faire la force face à des factions vraiment très puissantes. Cependant vos alliés pourront très vite vous tournez le dos si par exemple vous n’avez plus assez d’argent pour maintenir l’alliance et c’est souvent de là qu’une réunion de boss s'organise autours d’un bureau avec un dialogue qui propose différents choix et qui finira souvent par un beau combat.

    Responsive image
    Combats de rue

    Une bonne ambiance et un gameplay réussi mais…


    Empire of Sin nous plonge pleinement dans l’ambiance des années 1920 et sa ville de Chicago grâce notamment à une bande son vraiment sympa tout au long du jeu. Mais ceci n’est pas le seul point fort du jeu, les combats au tour par tour sont vraiment agréables et bien pensés avec les armes de l’époque malgré une IA parfois un peu dans les choux. Cette façon de combattre est bien connue pour les joueurs de XCOM ou encore Wasteland. La plupart des combats se déroulent dans des bâtiments où il faudra tirer partie du terrain pour défaire les ennemis. Utiliser vos points d’actions pour se déplacer et se mettre à couvert sera essentiel tout comme utiliser vos points d’actions pour tirer, tabasser. Différentes armes seront à votre disposition, pistolet, fusil, fusil à pompe, couteau ou encore notre amie Lucille (à non je me trompe d’univers là, on parle bien de la batte de mon boss)... Il faudra bien évidemment gérer la santé de nos différents personnages avec trousses de soins, bandages et aussi gérer leur équipement : dynamite, grenade, munitions spéciales …

    Mais Empire of Sin est également un jeu de gestion, cette dernière est cruciale dans votre expansion comme je vous en parlais un peu plus haut dans le test. Et celle-ci est épaulée par des interfaces un peu brouillonnes, peu claires, on a l’impression qu’il y en a partout alors on va très vite à l’essentiel en améliorant simplement les bâtiments pour accroître leur productivité. Une interface plus simple, plus light aurait été un vrai plus et il se pourrait que les patchs à venir embellisse cette partie.
    Techniquement, on ne peut pas dire que les graphismes soient un point fort du jeu, alors on peut se dire que pour le genre, ça reste raisonnable mais on aurait peut être apprécié un petit effort sur ce point. Quoiqu’il en soit rien de dérangeant pour profiter de l’histoire et l’ambiance du jeu.
    Concernant la durée de vie, elle pourra être très variable selon votre façon de jouer, elle dépendra de votre style, plutôt guerre éclaire ou guerre stratégique. Dans tous les cas vous aurez de quoi vous amusez au minimum 40 heures selon vos choix et votre désir de découvrir un peu tous les gangs. Notons que le jeu proposera deux pass d’expansions avec sans nul doute des nouveaux gangs à découvrir.

    Responsive image
    Guerre de conquête

     

     




    Test Empire of Sin - 5 minutes de lecture