Note du test 7/10En conclusion :

Relicta des Espagnols de Mighty Polygon est un excellent puzzle-game rappelant fortement The Thalos Principle, fort de sa mécanique développée autour des polarités des éléments et la gestion de leur gravité. Armé d’un gameplay simple, le renouveau est quand même présent à travers de nombreux éléments qui viennent rafraîchir les zones traversées. La narration décousue et les problèmes de physique n'empêchent pas néanmoins d’apprécier l’aventure et de satisfaire le joueur à la recherche de casse-têtes parfois cossus. Un premier né de ce studio qui laisse présager du bon pour la suite.

Les plus

Les environnements traversés
La mécanique magnétisme/gravité
Graphiquement attirant
Une belle bande-son

Les moins

La physique du jeu parfois mise à mal
La narration décousue
Doublage parfois catastrophique (anglais sous titré)
Fait décoller les ventilos de la PS4 !!!

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    ReleaseForBurial


  • ps4

    Relicta
    Editeur : Koch Media
    Développeur : Mighty Polygon
    Genre : Puzzle-Game
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 04 août 2020
    Trophées : Oui
    Support


    Test Relicta

    Publié le jeudi 13 août 2020 à 21h29 par ReleaseForBurial
    Partager sur

    Premier né du studio espagnol Mighty Polygon et distribué par Koch Media et Ravenscourt Game, Relicta débarque sur nos consoles en ce début de mois d’août muy caliente (à prononcer avec l’accent hispanique, si si !). Le jeu nous propulse dans le froid de l’espace, enfin surtout sur la Lune pour un puzzle-game plutôt malin.

     

    Chandra ni couverture


    Nous sommes en 2120 et la Lune a été terraformée !!! Bien des années après le déroulement d’une guerre sur l’objet céleste, une base scientifique demeure toujours au fond du cratère Shackleton, la base Chandra. C’est ici que la scientifique Angelica Patel fait ses expériences autour du Relicta, une roche inconnue qui a été trouvée dans les profondeurs du satellite de la Terre et de laquelle ont découlé beaucoup des progrès techniques et technologiques ayant permis l’avancée de la terraformation.
    Alors que sa fille Kira doit venir la rejoindre, d'étranges événements commencent à toucher la base et Angelica.
    Equipée de ses gants électromagnétiques, elle va partir aux quatre coins de la base afin de résoudre nombre de puzzles et essayer de comprendre le Relicta.
     

    Responsive image
    Le Relicta, une découverte bien mystérieuse...

    T’es pas un peu bipolaire ?


    Nous incarnons Angelica bien sûr et nos excursions sur la Lune vont nous amener à résoudre d’innombrables puzzles grâce à notre petite cervelle et... aux gants.
    Rien de bien inconventionnel jusque là, Relicta est un puzzle-game à la vue subjective à base de cubes et d’interrupteurs qui permettent de débloquer les passages qui nous mènent à la fin du niveau.

    Mais son originalité réside dans l’utilisation des gants que porte Angelica, ceux-ci lui permettent de contrôler la polarité des objets d’un mouvement des mains, le cube se chargera positivement ou négativement. Comme des aimants donc, deux cubes aux polarités différentes s’attirent tandis qu’ils se repoussent si chargés identiquement. Pour se repérer, deux couleurs permettent de différencier les charges : le bleu et le rouge.

    Même si l’on devine les possibilités offertes déjà nombreuses, les gants permettent également d’une simple pression d’une touche de modifier la gravité pour les cubes. Une fois libérés de la contrainte de celle-ci - car comme dirait le cap’taine du Nexus VI : “la gravité c’est relou” - le champ des possibilités est encore plus vaste, les cubes pouvant flotter librement.

    Responsive image
    Les agtns "magiques" d'Angelica !

    Brain damage


    Une fois cela compris, Angelica va enchaîner les zones à force de résolutions d’énigmes basées sur le déplacement des cubes et les poser sur les bons interrupteurs.
    C’est plutôt basique et ce gameplay va être le même sur tout le jeu. Pour autant, ce dernier ne se montre pas facile et sans saveur et les puzzles vont se renouveler régulièrement grâce à l’inclusion de nouveaux obstacles et barrières lors des énigmes.

    Ca se creuse les méninges et c’est parfois très dur. Où poser ce cube, comment le faire passer telle barrière, j’en pose un là mais j’en ai besoin d’un autre, est-ce qui si j’inverse la polarité et supprime la gravité le cube va pouvoir faire un triple loops axel piqué ?
    La réponse est-elle 42 ?

    Bref, Relicta peut se montrer retors mais la satisfaction ressentie après résolution de certains puzzles est bien présente et remet du baume au coeur… puis on file vite se reprendre la tête sur la suite !

    Responsive image
    Mais il va où ce truc ?

    T’as une belle lune dis donc


    En dehors de ces puzzles majoritairement bien pensés, Relicta attire aussi par son look. C’est propre et fluide et les environnements traversés ont de la gueule.
    On va se balader dans 5 zones principales. Tout d’abord la base est, de loin, la zone qui déçoit.
    Mais pourquoi une base aussi labyrinthique alors que c’est là au final qu’il ne s’y passe quasiment rien…
    Le lieu est certes construit autour du Relicta et permet de se rendre dans chaque autre région du jeu. Elle n’en demeure pas moins froide, vide et se montre même sans intérêt.

    Heureusement les autres zones sont plus intéressantes et font voir différents aspects de la terraformation de la Lune.
    On débutera nos premiers puzzles dans une forêt verdoyante et accueillante pour continuer par la suite dans des caves gelées puis dans des sortes de rocheuses et dans une zone tropicale à la flore abondante.
    Certains de ces décors invitent à l’exploration, se montrant réussis et convaincants mais la frustration sera de mise, des murs invisibles guidant notre route en plus des énigmes à passer. Dommage…

    Responsive image
    La base Chandra vide de vie...

     

    Mais t’as le physique d’un cube


    Tout semble alors se montrer sous les meilleurs auspices pour faire de Relicta un jeu parfait. Mais… il y a plusieurs “mais” !
    Comme vu précédemment, le jeu est “tout droit”. Malgré un univers qui semble travaillé, on en verra pas plus. Pourquoi ne pas avoir donné un peu de vie à tout ça ?

    Le second point faible du jeu est sa narration. Malgré une histoire sympathique, on ne s’y accroche pas plus que ça car narrée à travers des dialogues qui tombent de temps en temps entre les zones de casse-têtes qui peuvent prendre plus ou moins de temps et on perd de l’intérêt pour celle-ci.

    Ce deuxième point nous amène donc au troisième qui concerne le côté inégal du jeu.
    Relicta souffre de ce manque de rythme qui concerne la narration mais aussi l'enchaînement des énigmes. Dans une même zone certains puzzles, une fois la logique comprise, se résolvent en un clin d’oeil en inspectant rapidement les lieux et les emplacements des interrupteurs.
    D’autres ralentissent le jeu grandement non pas par leur complexité extrême mais à cause d’un level design douteux voire poussif et d’autres encore mettent la physique du jeu dans tous ses états.

    Ce problème de physique est d’ailleurs l’ultime point qui peut faire grincer des dents. L’utilisation de la gravité et du magnétisme crée des situations parfois loufoques ou des résultats assez inattendus au bénéfice du joueur. On se retrouve donc à passer certaines zones sans savoir si cela était voulu ou non et surtout autorisé.

    Responsive image
    Des environnements qu'on aurait envie de découvrir bien plus !




    Test Relicta - 5 minutes de lecture