Note du test 9/10En conclusion :

Curse of the Dead Gods vient concurrencer les Dead Cells et autres Hadès entrés au Panthéon des roguelites. L'ambiance du jeu avec ses Temples, les graphismes, le gameplay pointu et son lot de personnalisations/améliorations donnent un ensemble vraiment plaisant, parfois grisant (normal pour un roguelite). L'opposition entre lumière et ténèbres au cœur du gameplay est un point fort dans le jeu. Si vous aimez le genre action/aventure/roguelite, il est clair qu'il ne faut pas passer à côté de Curse of the Dead Gods !

Les plus

Gameplay nerveux avec des combats précis
Énorme rejouabilité
La beauté des temples
Un large bestiaire
La gestion de la lumière et de l'obscurité
Progression à la roguelite … en mourant ...

Les moins

Système de parade grisant avec une fenêtre d'action trop courte

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Fourcherman


  • ps4

    Curse of the Dead Gods
    Editeur : Focus Home Interactive
    Développeur : Passtech Games
    Genre : Roguelite
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 23 février 2021
    Trophées : Oui
    Support


    Test Curse of the Dead Gods

    Publié le mardi 23 février 2021 à 18h00 par Fourcherman
    Partager sur

    Curse of the Dead Gods est un roguelite développé par Passtech Games (Masters of Anima) et édité par Focus Home Interactive, le jeu est en accès anticipé sur Steam depuis près d’un an et arrive dès ce 23 février sur PlayStation 4 et PlayStation 5 (via la rétrocompatibilité). Le jeu rencontre un franc succès dans la communauté Steam et vous allez comprendre que ce succès est clairement mérité, on a affaire à un roguelite pointu bourré d’action et vraiment très beau. On pense forcément à Dead Cells et Hadès qui restent les grosses références du genre, mais Curse of the Dead Gods a de belles cartes à jouer avec son univers bien à lui.

     

    Indiana Jones et les temples maudits


    Notre trop gourmand héros en quête de richesse et de pouvoir se retrouve coincé dans un dédale infini, infesté de monstres et de pièges. Voilà en gros le scénario de Curse of the Dead Gods, notre moustachu va devoir essayer encore et encore de sortir de ce temple maudit ou plutôt de ces temples (au nombre de trois à la sortie du jeu, temple du Jaguar, temple de l’Aigle et temple du Serpent), il lui faudra du temps, de l’obstination pour trouver le meilleur parcours tout en faisant évoluer son matériel et ses compétences aux grés des tentatives.

    Le fonctionnement est similaire à un Dead Cells ou un Hadès, à chaque run vous allez plus loin et conservez certains atouts non négligeables pour toujours espérer voir le bout.
    Chaque temple dispose de son ambiance, de ses monstres et de ses pièges. Le joueur progresse selon une carte qui permet de choisir son itinéraire et surtout les récompenses de chaque salle (amélioration, or, équipement, récupération de santé, relique et les salles surprises indiquées par un point d’interrogation). Il faudra remonter intelligemment la carte pour atteindre le boss. Ce système de progression permet une grande variété dans le jeu et chaque salle, générée aléatoirement propose son level design punitif notamment avec ses nombreux pièges qu’il faudra éviter tout en combattant les ennemis, ces mêmes pièges peuvent être également utilisés à bon escient pour éliminer ou blesser les adversaires.

    Responsive image
    Des combats nerveux

    Des mécaniques de gameplay au top


    Chaque début de "run" vous donne la possibilité de dépenser vos ressources si précieusement glanées : crânes bleus, anneaux de Jade et emblèmes de sang. Vous débloquez avec ceux-ci des bénédictions, vous restaurez des armes “réprouvées” pour les retrouver au temple, vous améliorez la qualité des armes de départ ou vous pouvez débloquer des faveurs divines.

    Une fois vos ressources intelligemment consommées/conservées vous partirez à l’assaut des Temples. La torche, disponible avec le bouton croix, est un équipement de base obligatoire et surtout indispensable (on en reparlera plus bas), vous commencerez avec deux armes et au fil des runs vous vous équiperez d’une troisième arme. Vous aurez un large choix d’armement allant de la machette, au revolver, à l’arc, à la lance, au marteau, au fouet électrique, etc … Cet armement s’améliorera au fil de votre progression et surtout de vos choix.

    Les explorations donnent lieu à de belles rencontres brutales avec le bestiaire du jeu, il y aura de quoi faire avec des Rôdeurs, des épouses funèbres, des Sentinelles, des Harpies, des Adorateurs du Serpent, des Vermines … Le codex sera là pour vous rappelez à quoi vous vous êtes déjà frotté et proposera de suivre la progression des objectifs secondaires afin de débloquer les esquisses de nos vils ennemis. Quoiqu’il en soit chaque ennemi est différent et il faudra s’adapter à chacun. Le jeu possède également son lot de Champions "boss".

    En plus du parcours standard, les développeurs ont ajouté des événements quotidiens, jouable une fois, afin de récolter de belles récompenses. Une belle façon de prolonger le plaisir du jeu.

    Responsive image
    Attention aux pièges

    "C'est comme si on marchait sur des gâteaux secs. - Ouais mais c'est sûrement pas des gâteaux secs."


    Je vous parlais de la torche un peu plus haut, en effet cette dernière est très importante puisque la lumière est au cœur du gameplay de Curse of the Dead Gods. Notre héros sera plus vulnérable dans l’obscurité, un indicateur de lumière en bas de l’écran sera toujours présent afin de rester sur ses gardes.
    En parallèle à la lumière, la jauge de corruption sur cinq niveaux, cette jauge progressera entre chaque zone, avec certaines de vos actions comme des offrandes aux Dieux (si vous manquez d’or) afin de bénéficier de dons (le don de Yaatz par exemple vous permettra d’augmenter de 10% vos dégâts) ou en subissant des dégâts de corruption. Une fois le niveau maximal atteint, votre personnage subira des dégâts permanents qui bien souvent mèneront à la mort.
    Vos choix, votre parcours dans la carte de section seront déterminants dans la progression de la corruption.

    Au niveau des contrôles, les boutons croix, carré, triangle et rond servent à la torche et aux armes. R2 permet l’esquive tandis que L2 permet de contrer les ennemis. Deux points sont importants sur l’esquive et la parade, tout d’abord elles consomment une jauge d’endurance à chaque utilisation, il suffira de marquer un petit temps de pause dans vos actions pour que cette jauge remonte rapidement. De plus la parade est très technique puisqu’il s’agira d’appuyer sur L2 à un moment très précis, confronté à pas mal d’ennemis, il devient très compliqué de trouver le bon angle et bien souvent l’esquive sera votre salut.

    Techniquement, on peut dire que Passtech Games a fait un travail remarquable, le jeu est très fluide et surtout magnifique avec une gestion des éclairages sublime. Les graphismes en cell shading donnent aux différents environnements un réel plus. C’est beau, c’est rapide et la bande son accompagne très bien notre héros dans ces Temples Maudits.

    Il vous reste encore pas mal de choses à découvrir dans Curse of the Dead Gods …

    Responsive image
    Ils n'ont pas l'air contents ceux-là

     




    Test Curse of the Dead Gods - 4 minutes de lecture