Note du test 7/10En conclusion :

Même si on aurait préféré un remake plus profond comme ce qui nous attend dans le premier opus qui sortira fin août, Mafia II : Definitive Edition est un pur régal à faire ou à refaire. Sa narration, l'ambiance ont toujours leur charme après les nombreuses années. Le retour à Empire Bay dans les années 40 et 50 est toujours aussi grisant. Le jeu accuse le poids des années mais le coup de polish de D3T offre une belle expérience sans le révolutionner.

Les plus

Un remaster de qualité
Un retour volontier dans l'univers de Vito
La narration toujours excellente
Tous les DLC
Le prix light surtout dans Mafia Trilogy

Les moins

Un remake de fond et non de forme
Reste daté

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps4

    Mafia II: Definitive Edition
    Editeur et Developpeur : 2K Games
    Genre : Action | Aventure
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 19 mai 2020
    Trophées : Oui
    Prix de lancement : 29,99 €
    Support


    Test Mafia II: Definitive Edition

    Publié le jeudi 04 juin 2020 à 21h43 par Pilou
    Partager sur

    De l'eau a coulé depuis la sortie de Mafia 2 sur la précédente génération de consoles en 2010, un excellent souvenir qui a mis fin aux épisodes de la mafia italienne. 2K ressort cet épisode culte en édition définitive, occasion de (re)découvrir l’épopée de Vito et de son ami, Joe.

     

    Eh Mafiosa!


    Mafia II raconte l’histoire au travers de 15 chapitres de la vie de Vito, l'aîné de la fratrie Scaletta d’origine italienne, immigré aux Etats Unis.
    Vito a grandi et a dû choisir entre la prison ou la guerre après quelques péripéties avec son meilleur ami, Joe Barbaro. Blessé vers la fin de la guerre en Sicile, Vito rentre et ses vieux démons le rattrapent. Ne voulant pas finir comme son père, se tuant à la tâche au port, Vito emprunte la voix de la mafia et gravit les échelons de cette organisation.

    Mafia II prend place à Empire Bay, une ville fictive qui rappelle New York et Chicago.
    Pour tout avouer, le scénario et la narration déjà excellents à l’époque, n’ont pas pris une ride dix années plus tard et offrent une histoire dans la lignée des grands films du genre comme le Parrain ou les Affranchis.

    Responsive image
    Bienvenue dans la Mafia

    Un Vito mine?


    On ne va pas se le cacher, le gameplay de Mafia II a pris un coup de vieux. Le monde ouvert est bien présent mais il est juste un prétexte pour rendre le jeu moins linéaire. On suit la trame principale sans qu’aucune mission annexe ne vienne l'interrompre. On ne perd pas ainsi la narration et les seuls petits écarts concernent les magazines Playboy (ils n’ont pas pris une ride) et les avis de recherche gonflant la durée de vie (et uniquement nécessaire aux chasseurs de trophées).

    Des choses que l’on ne voit plus à notre époque peuvent prêter à sourire comme le déclenchement de la suite de la mission alors qu'on est poursuivi par la police, même chose pour la téléportation des personnages et l'IA qui laisse à désirer.

    Les petits tracas notoires de l'époque n’ont pas été remis au goût du jour et le côté trop scripté peut déplaire.

    Mais les scènes mémorables, le côté cinématographique, la magie opère toujours et tient en haleine l'aficionado comme le novice. Le look de l'époque et surtout les musiques des radios ont ce petit je ne sais quoi…
    Même chose pour la bande originale d'Adam Kuruc et Matus Siroky interprétée par l'orchestre philharmonique de Prague (merci à Wikipedia pour ce brillant rappel)

    En plus du scénario principal, Mafia II : Definitive Edition propose les trois packs histoire : Jimmy's Vendetta, Joe's Adventures et The Betrayal of Jimmy rallongeant la durée de vie mais étant assez loin de la qualité du jeu original.

    Responsive image
    Les voitures ont la part belle dans Mafia II

    Un remake vitol?


    La Definitive Edition a été retravaillé par le studio D3T. La grosse amélioration est la gestion de la 4K pour la PS4 Pro et les téléviseurs compatibles.
    Le jeu gère le HDR sur les deux modèles et les éclairages sont très réussis dans Empire Bay. Les éclairages publics, les phares des voitures ont subis un coup de polish rendant le jeu plus flatteur pour la rétine et plus en phase avec notre époque.
    Les intérieurs sont réussis et la distance d'affichage a été grandement améliorée.
    Les visages des principaux protagonistes ont également été modernisés. Les cheveux, le grain, les imperfections de la peau ont eu droit à un traitement plus détaillé lors des cutscenes.
    En résumé, textures plus fines, travail sur le visage, éclairages, fluidité exemplaire, le coup de polish du remaster fonctionne bien même si le "clonage" des personnages du monde ouvert qui déambulent dans les rues et le visage figé des PNJ moins importants (ont comme un air du résultat d’une intervention au botox raté) font ressortir les quelques rides du jeu.
    On note aussi du clipping.

    Bien évidemment, il y a une différence entre un remaster comme Mafia II et le remake aux images plus flatteuses qu'on attend fin août avec le premier épisode avec Tommy Angelo comme héros.
    C'est toute la question, faut-il améliorer la forme tout en conservant le fond ? C'est le choix de chacun mais Mafia II est de ce type et la nostalgie opère toujours et marque l'un des monuments de la dernière génération.

    Responsive image
    Les visages des principaux protagonistes ont bien été retravaillés

     




    Test Mafia II: Definitive Edition - 3 minutes de lecture