Note du test 8.5/10En conclusion :

Ubisoft Québec nous emmène dans une épopée mythologique réussie en compagnie des Dieux grecques et surtout de Prométhée et Zeus. Le vaste monde ouvert et ses créatures mythiques poussent à l’exploration et à l’amélioration de notre avatar Fenyx. Le tout dans des mécaniques de gameplay accessibles se rapprochant des derniers Assassin’s Creed. A cela s’ajoute une bande son au top, des dialogues bourrés d’humour et surtout une technique quasi irréprochable. La narration et le style graphique pourra déplaire à des joueurs plus “sérieux” mais dans l’ensemble Immortal Fenyx Rising cible un large public. Une aventure rafraîchissante qui sort des sentiers battus. Un grand bravo à Ubisoft Québec.

Les plus

L’ambiance
La narration pleine d’humour
Un open-world riche et accessible même aux plus jeunes (P12)
Beau
Prise en main
La bande son au top
Technique au point, pas de bug
Des énigmes appréciables ...

Les moins

… mais parfois brouillonnes
Le style cartoon pourra ne pas plaire à tout le monde
L’humour parfois un peu lourd

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Fourcherman


  • ps5

    Immortals Fenyx Rising
    Editeur et Developpeur : Ubisoft
    Genre : Action | Aventure
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 03 décembre 2020
    Trophées : Oui
    Support

    Disponible aussi sur : ps4

    Test Immortals Fenyx Rising

    Publié le vendredi 18 décembre 2020 à 10h30 par Fourcherman
    Partager sur

    Immortal Fenyx Rising, anciennement Gods & Monsters (rebaptisé en cours de développement) est désormais disponible sur PlayStation 4 et PlayStation 5 depuis quelques jours, le nouveau projet d’Ubisoft Québec nous proposant une aventure sur fond de mythologie grecque. D’abord il est important de savoir que l’équipe québécoise d’Ubisoft a déjà oeuvré sur Assassin’s Creed Odyssey, la mythologie grecque n’a plus beaucoup de secret pour l’équipe et effectivement on sent bien dans le jeu que la narration est très travaillée même si le ton général est très loin d’un AC. Beaucoup d’humour et de couleurs sont au programme. Voici nos impressions sur une création pleine de fraîcheur.

     

    Nom de Zeus !


    L’aventure commence par une cinématique qui montre le méchant Typhon qui renaît de ses cendres, par conséquent Zeus a besoin de Prométhée pour battre cet ennemi commun, les dieux ayant disparus. Prométhée lui prédit que le monde et le “cul de zeus” sera sauvé par un humain. De là, né un deal entre Zeus et Prométhée, si ce dernier a raison, Zeus devra le libérer, à l’inverse Prométhée devra combattre Typhon quoiqu’il en coûte.

    De là commence l’histoire contée par Prométhée en personne et commentée par Zeus (inside) tout au long de l’histoire et nos dieux auront des tas d’anecdotes pour nous faire rire. L’humour est omniprésent que ce soit dans la façon de parler de nos deux conteurs ou les expressions de tous les personnages.
    Notre héros / héroïne se dévoile grâce à une belle introduction de Prométhée, en passant par une partie personnalisation de notre avatar avant de commencer notre périple en compagnie de Fenyx. Même sur nos choix, nos conteurs auront quelques traits d’humour à partager. La prise en main du jeu dans ses débuts est très simple d’autant plus si vous êtes joueurs des derniers Assassin’s Creed. On apprécie directement les doublages, la bande son et l’univers mythique.

    Fenyx aura une lourde tâche qui est de libérer 4 divinités qui seront essentielles au combat final contre Typhon, pour cela notre personnage pourra compter sur un bel équipement divin : hache d’Atalante, bracelet d'Héraclès, arc d’Ulysse et surtout les ailes de Dédale

    Responsive image
    Un monde magnifique

    “Assassin’s Creed like” … mais avec sa propre âme


    Vous aurez sans doute pu le lire, le regarder sur les différents tests de nos confrères, beaucoup mettent en avant de fortes similitudes avec Zelda Breath of The Wild. Pour ma part je n’ai que très peu joué à ce jeu sur Switch et pour ce que j’en ai vu, il y a certe quelques influences sans doute parce que le jeu reprend les mêmes codes couleurs en s’écartant un peu des jeux plus sérieux en monde ouvert type Assassin’s Creed. Et c’est d’ailleurs sur cette licence que l’on peut faire un parallèle car en tant que fans des ACs (platine sur Origins et Odyssey et près de 90 heures sur Valhalla à l’heure actuelle), on retrouve clairement nos repères en quelques secondes. Le ton change, les couleurs également mais on retrouve l’escalade, la nage, les gâchettes R1 et R2 pour les combats, l’esquive … Grande différence cependant, la jauge d’endurance est bien plus contraignante (et pourra évidemment s’améliorer au fil de la progression) pour l’escalade, la nage, l’apnée, le sprint, le vol.

    On retrouve des points de synchronisation disponibles, en haut des statues des divinités, à la façon AC qui permettent de découvrir le brouillard de guerre des différentes régions. A la différence, vous allez devoir observer avec “la vision lointaine” les alentours pour révéler les différents points d’intérêts.
    Immortal Fenyx Rising ne surprend pas sur des mécaniques déjà éprouvées dans la plupart des mondes ouverts, on enchaîne des missions principales, objectifs secondaires tout en explorant la carte afin de glaner de précieuses ressources, matériels pour améliorer Fenyx afin d’atteindre une puissance suffisante pour terrasser des ennemies toujours plus puissants au fil de la progression.

    La Halle des Dieux sera un point central essentiel, c’est à cet endroit précis que Fenyx pourra utiliser ses différents ingrédients/objets récupérés pour accroître ses aptitudes. L’Ambroisie par exemple permettra d'accroître la santé de Fenyx, les pièces de Charon permettront d’améliorer les pouvoirs divins de Fenyx. Vous pourrez également dans la Halle des Dieux, concocter vos petites potions de santé, d’endurance, de force et de défense grâce aux différentes plantes collectées. Il sera aussi possible de modifier votre personnage si jamais la lassitude se fait sentir. Il existe pas mal d’axes d’améliorations que je vous laisse découvrir. Dans tous les cas, la récupération d’armes/armures et leur amélioration seront des atouts essentiels pour oser affronter le grand méchant et puissant Typhon. Fenyx va progressivement devenir l’égal des Dieux !

    La carte révèle de nombreuses failles de Tartare où il faudra résoudre énigmes et puzzles afin de récupérer des éclairs de Zeus et autres ressources pour l’amélioration de notre Fenyx. Ces “niveaux puzzles” sont vraiment au cœur du gameplay et on y passe pas mal de temps. Elles sont classifiées en 3 niveaux de difficulté et il faut avouer que certaines failles ne seront pas simples à boucler. La plupart des énigmes nécessitent de déplacer des objets ou d’utiliser les flèches guidées pour atteindre des cibles bien spécifiques. L’ensemble est plaisant, parfois grisant mais au final on s’en sort sans détruire sa DualSense.

    Responsive image
    Des puzzles bien pensés

    Une production réussie


    J’ai pu parcourir le jeu sur PlayStation 5 et il faut dire que l’équipe d’Ubisoft Québec a rendu une copie quasi parfaite voire même admirable et ceci malgré une sortie sur de nombreux supports bien moins puissants comme la Nintendo.
    Ici sur PS5 4K dynamique en 60FPS, aucun ralentissement, aucun aliasing, c’est fluide, c’est beau. Évidemment le jeu n’a pas les mêmes prétentions qu’un Valhalla ou d’autres AAA en monde ouvert mais le taf est là et pas besoin de patchs de 50 Go pour rectifier le tir, on ne constate aucun bug.


    Ubisoft Québec nous propose une aventure colorée avec des graphismes très cartoons, certaines cinématiques façon dessins animées sont impressionnantes, c’est juste magnifique. On sort un peu des productions sérieuses de cette année, ici pas de sang, pas de scènes de violence réalistes, un vrai rafraîchissement. Ceci ne plaira peut être pas à tout le monde mais les développeurs proposent un monde ouvert sérieux, réussi à des joueurs plus jeunes car Immortal Fenyx Rising dispose d’une classification PEGI 12 et franchement le jeu peut donner un sens voire des visages à la mythologie grecque apprise à l’école.
    A ceci s’ajoute une dose d’humour assez impressionnante, qui parfois frise tout de même avec le un peu lourdaud mais ça passe finalement très bien avec l’aventure que nous offre Ubisoft Québec. Ne vous attendez pas à des Dieux féroces et sérieux, ils sont tout de même bien ridiculisés mais c’est une facette que nous n’avons pas l’habitude de voir pour le thème et c’est franchement drôle.

    Que seraient des dialogues plein d’humour sans une bande son aux petits oignons, les effets sonores, les musiques collent super bien à l’histoire que nous raconte Prométhée et Zeus au travers de notre héroïne/héros Fenyx.
    Concernant les petits plus que nous permet la PlayStation 5, la manette DualSense profite de ses atouts avec l’utilisation des gâchettes adaptatives, du son 3D et du retour haptique. Quelle merveille cette manette.


    Terminons sur un point essentiel pour ceux qui jouent sur PS5, les temps de chargement profitent clairement du SSD durant le lancement du jeu mais également dans les voyages rapides. Pour le coup Immortal Fenyx Rising ne sera pas forcément le meilleur élève (même Valhalla fait mieux sur certains Fast-Travel) et il est clair que l’attente est très courte entre la pression sur X pour lancer le jeu et les premiers pas sur la map. Une plus-value indéniable qui après usage devient indispensable.

    Responsive image
    Des combats mythiques




    Test Immortals Fenyx Rising - 6 minutes de lecture