Note du test 9/10En conclusion :

Les Gardiens de la Galaxie d'Eidos Montréal comble la plupart des attentes pour ce genre de jeu. Le jeu transpire le fan service et le souci de bien faire. La Direction Artistique et la réalisation sont de haut vol. L'humour et la personnalité des protagonistes font mouche. Si vous cherchez un jeu solo narratif, alors foncez ! Une seule phrase pour finir : je s'appelle Groot !

Les plus

La Direction Artistique
L'humour
Groot
L'OST
Le gameplay réussie
La VF au top
L'essence des comics conservé

Les moins

Quelques bugs encore présents
Trop linéaire pour certains

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps5

    Les Gardiens de la Galaxie
    Editeur : Square Enix
    Développeur : Eidos Montréal
    Genre : Action | Tir
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 26 octobre 2021
    Trophées : Oui
    Support

    Disponible aussi sur : ps4

    Test Les Gardiens de la Galaxie

    Publié le mercredi 10 novembre 2021 à 15h28 par Pilou
    Partager sur

    L’attente concernant les Gardiens de la Galaxie n’a pas été trop longue et cela pour notre plus grand plaisir. Annoncé pour la première fois pendant la conférence de Square Enix à l’E3 2021 en juin dernier et malgré la conjoncture actuelle, le jeu n’a subi aucun report. Disponible depuis le 26 octobre, votre serviteur vous donne son avis sur le nouveau bébé d’Eidos Montréal (Tomb Raider, Deus Ex).

     

    Un jeu solo narratif


    Deuxième production de Square Enix à voir le jour suite au partenariat avec Marvel, les Gardiens de la Galaxie ont choisi une autre orientation que celle opérée par Marvel’s Avengers. Exit le multijoueur coopératif, le jeu est un jeu d’aventure solo à la troisième personne et on adore !
    Autre différence avec son prédécesseur, le joueur n’incarne pas à tour de rôle les membres de l’équipe mais uniquement Peter Quill aka Star-Lord.
    Fan des comics ? Des deux films dédiés à la fine équipe et leurs apparitions dans le Marvel Cinematic Universe ? Pas de doute, vous êtes au bon endroit. Le jeu transpire la passion, le fan service et il y a pas à dire, à ce stade du test, le jeu est un véritable coup de coeur.


    Nous dévoilerons que peu de choses du scénario mais pour situer, la Guerre Galactique s’est achevée il y a 12 ans. Peter a quitté le syndicat criminel interstellaire des Ravageurs pour former avec Rocket, un raton laveur, euh non pardon un être génétiquement modifié et Groot, un colosse floral, les prémices des Gardiens de la Galaxie. Rejoints rapidement par Drax, le Destructeur et Gamora, ancienne assassin et fille adoptive de Thanos, notre bande de bras cassés sont de fiers héros freelances, offrant leurs services aux plus téméraires.

    L’une des missions du jeu sera de fédérer cette bande hétéroclite. Pour leur première mission conjointe, notre joyeuse brigade de choc décide de braver une zone de quarantaine pour capturer une créature rare et ainsi la vendre à Lady Hellbender, la Reine des Monstres de Seknarf-9. On arrête ici pour le pitch qui se veut intéressant, bien construit.
    Eidos Montréal a proposé sa propre vision des Gardiens de la Galaxie mais hormis le character design exclusif, les fans des comics ou des films ne seront en rien dépaysés. On prend vite ses marques.
    Le studio nous invite même à lire les comics dédiés : Annihilation Conquest, Annihilation et Guardians of the Galaxy, de 2008 à 2010 pour approfondir l’histoire.

    Responsive image
    Les Gardiens de la Galaxie en grande discussion

    Les galopins de la Galaxie


    Dans les Gardiens de la Galaxie, on incarne donc uniquement Star Lord au fil des seize chapitres du jeu. Il faut environ une quinzaine d’heures pour terminer cette incroyable aventure. On se va pas se mentir, le jeu est très linéaire. Il emmène le joueur aux quatre coins de l’univers et on en redemande. les diverses biomes rencontrés sont excellents. Le jeu propose diverses phases de gameplay. On alterne entre l’exploration, des phases plus posées dédiées aux dialogues pour enfin terminer plus longuement sur celles où les combats font rage.

    En exploration, nos acolytes accompagnent Peter. On se délecte des dialogues qui se déclenchent, de belles occasions pour avoir des anecdotes, des petits pics envoyés aux autres personnages, des jeux de mots, bref, on a souvent le sourire dans cette aventure.
    Le joueur prend part aux dialogues en choisissant la réponse voulue (un peu comme dans les jeux d’aventure comme Life is Strange).
    Certains choix d’actions ou de dialogues influencent la suite de l’aventure. A vous de les découvrir mais on augmente ainsi l’immersion du joueur dans cette épopée intergalactique.

    Les phases d’exploration dévient un peu le joueur de la trame principale pour récupérer des composants et surtout des tenus cachés dans les niveaux. Ces tenues peuvent être changées à tout moment et se basent, par exemple, sur les films de Disney.

    Star Lord a besoin de ses coéquipiers pour avancer dans les niveaux. Groot crée des ponts de lianes ou fait monter des plateformes grâce à ses atouts naturels. Rocket peut pirater n’importe quelle porte pour les ouvrir. Gamora taillade des passages bloqués ou s’accroche en hauteur pour faire monter Peter à des zones inaccessibles. Enfin Drax pulvérise des murs fissurés par exemple.

    Entre les missions, le Milano, le vaisseau des Gardiens permet de discuter avec les membres de l’équipe.
    Le travail d’écriture est l’un des gros points positifs du jeu. On s’attache à tous les personnages. Ils nous parlent de leurs état d’esprits, de leur crainte, de leur passé, de leurs rêves. Le studio a réalisé un énorme travail à ce sujet. Pour approfondir encore plus , des objets spéciaux sont cachés dans les niveaux, déclenchant des dialogues spécifiques à bord du Milano.
    Le Milano propose également quelques phases de pilotage et de shoots. En y réfléchissant, ce système n’a pas été assez creusé. C’est assez dispensable.

    Responsive image
    La premier monde du jeu

    Je te veux dans mon équipe


    Outre les échanges avec la team et l’exploration, nos Gardiens de la Galaxie doivent croiser le fer. Gros point du gameplay, notre équipe monte en puissance au fil de l’aventure.
    L’accent sur le travail d’équipe est de mise.
    Star Lord dispose de deux blasters pour tirer sur les ennemis. Une barre de surchauffe évite de rester appuyer sur les gâchettes. En cas d’overdrive, il faut tirer une nouvelle fois au bon moment pour déclencher un tir puissant.
    Peter utilise également des jet-bottes pour esquiver les attaques et il dispose de combos au corps à corps. En plus de ces attaques rudimentaires, il a accès à des compétences qui se rechargent au fil du temps. Tir continu et oeil du cyclone permettent respectivement de tirer une longue salve dans une direction alors qu’avec le second, Peter prend de la hauteur et lâche une pluie de bombes au sol.
    La faculté “Point de vue” est la plus importante car elle active une poussée prolongée de ses jet-bottes, lui permettant d’avoir une vue complète du champ de bataille. Car ne l’oublions pas ! Star-Lord est un chef de meute et le joueur, en plus de croiser le fer, doit donner des ordres à ses acolytes.
    Des éléments du décor peuvent ainsi être employés pour fracasser du monstre. Gamora peut faire tomber une caisse sur un groupe d’ennemis. Rocket peut poser des mines sur certains éléments énergétiques. Drax peut lancer un rocher et enfin Groot peut faire sortir des racines de terre.

    Chaque membre de l’équipe dispose de ses propres compétences et arts de combats. Là où Groot sert de soutien, Rocket tire de loin et génère de gros dégâts de zone. Gamora et Drax excellent dans le corps à corps.
    Bien évidemment, toutes ses capacités ne sont pas disponibles au départ. Chaque combat se solde par un classement et un gain d’XP débloquant des points de compétences.

    Pour revenir à notre humain à la mèche rebelle, Peter peut, grâce à Rocket, dépenser les composants cachés dans les niveaux dans des améliorations. Meilleur bouclier, vie supplémentaire, rechargement des blasters, et j’en passe, Rocket a des doigts en or et grâce aux établis disséminés dans le jeu, il améliore notre héros.
    Au fil Star Lord acquiert également des tirs de blasters élémentaires. Double utilités, ces tirs de feu, glace, de vent et d’électricité permettent d’avancer dans l’exploration. Glacer un mécanisme de porte incontrôlable permet de passer sans bobos.
    Lors de combats, ces tirs élémentaires diminuent ou gênent les ennemis. Un ennemi en hauteur trop loin ? Pas de problème, le tir de vent l’amène à vos pieds.

    Notre chef en devenir travaille avec son équipe mais lors de combats plus ardus, une jauge de rassemblement à droite se remplit au fur et à mesure. Lorsqu’elle est pleine, Star Lord peut lancer le rassemblement, figeant le combat comme en temps mort où chaque personnage donne son avis sur le combat. En les écoutant et en choisissant la bonne phrase de soutien, la team reçoit un boost faisant plus de dégâts et proposant pendant quelques instants l’utilisation sans rechargement des compétences de chaque personnage.
    Une excellente idée !

    Responsive image
    Un petit rassemblement ?

    Une réalisation cosmique ?


    Certains diront que le jeu n’est pas très joli. Regardez juste les captures in-game prises pendant ma session de test.
    Le jeu est fin, fluide, très abouti. On fait souvent des “wahou”. les diverses planètes offrent de jolis panoramas et le character design est sublime.
    On a le droit à un monde cohérent et boosté par la PlayStation 5. Il y a quelques textures et éléments en deçà mais dans la quantité affichée, on ne voit rien.
    La version française est de qualité tout comme la traduction. Les jeux de mots, les dialogues sont dignes du septième art. On retrouve les voix connues du cinéma. Rocket a la voix par exemple d’un certain Lucifer MorningStar.
    Tout comme au cinéma, l’OST est une partie importante du jeu. Star Lord nous partage une bande son aux tubes d’un autre siècle. KISS, Blondie, New Kids on the Block, Bonnie Tyler, Simple Minds et j’en passe sont au rendez-vous. C’est royal et ça fonctionne parfaitement. Bravo !
    Alors oui, il y a quelques bugs comme des personnages disparus ou coincés, des scripts qui ne se déclenchent pas mais il suffit de relancer le dernier point de contrôle pour y palier. Il n’est souvent pas très loin du bug rencontré et au fur et à mesure, le studio les corrige.

    Responsive image
    Ca claque non ?

     




    Test Les Gardiens de la Galaxie - 7 minutes de lecture