Note du test 8/10En conclusion :

Sniper Elite 5 n’apporte pas de grandes nouveautés par rapport au précédent épisode mais si vous avez aimé partager les faits d’armes avec Karl Fairbune en Italie, vous adorerez l’accompagner en France. Si techniquement on n’atteint pas des sommets (et je pense que le but n’est pas là pour l’équipe de Rebellion), on peut noter de belles améliorations graphiques et surtout les effets de killcam encore poussés à l’extrême. Les maps et donc le level-design sont extrêmement bien pensées et laissent une multitude de possibilités. Quelques bugs, problèmes de collisions et l’IA parfois un peu à la ramasse viennent parfois ternir les qualités du jeu mais si vous aimez le challenge, prendre le temps pour réfléchir à une approche “propre”, le jeu est fait pour vous.

Les plus

Retrouver la touche Sniper Elite
Des maps encore plus grandes
Une multitude d’approches
La killcam encore améliorée
Un peu plus difficile que Sniper Elite 4 (ou je suis plus nul maintenant)
Mode invasion

Les moins

Pas trop d’évolutions techniques
Des textures parfois un peu crades
Pas totalement doublé en français (à l’inverse du 4)
Difficile voire impossible de ne jouer qu’au fusil

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Fourcherman


  • ps5

    Sniper Elite 5
    Editeur : Sold Out
    Développeur : Rebellion
    Genre : Action | Tir
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 26 mai 2022
    Trophées : Oui
    Support

    Disponible aussi sur : ps4

    Test Sniper Elite 5

    Publié le vendredi 27 mai 2022 à 09h12 par Fourcherman
    Partager sur

    Sniper Elite revient dans un cinquième volet encore signé Rebellion et fait suite au très apprécié Sniper Elite 4 sorti en février 2017. Ce dernier nous avait fait voyager en Italie dans des paysages variés et bien souvent ensoleillés, en compagnie du tireur d’élite américain Karl Fairbune. Celui-ci n’est pas encore prêt à ranger les flingues, le voilà en France, prêt à déjouer les plans nazis.

    Nous revoilà plongés dans l’enfer de la guerre à l’aube des événements du débarquement allié en France, un terrain de jeu prometteur tant bon nombre d’événements se sont produits sur nos terres lors de cette seconde guerre mondiale, mais est-ce que la licence saura se renouveler dans ce nouvel épisode ? Réponse dans notre test.

     

    Les préparatifs avant le D-Day


    Avant de parler du scénario de ce 5ème épisode, rappelons-nous les événements qui se sont déroulés en Italie dans Sniper Elite 4. L’action se déroulait en 1943, Karl Fairburne, notre tireur d’élite américain et briseur de crânes nazis, avait rejoint la résistance Italienne pour éliminer une menace qui aurait pu mettre à mal l’opération Overlord. Bien heureusement ce dernier a su, au fil des missions, éliminer les différentes têtes pensantes allemandes. Nous voici maintenant en 1944 quelques semaines avant le débarquement allié, Karl Fairbune a encore du pain sur la planche, il pourra compter sur la résistance française pour l’aider à planifier ses opérations.
    Le scénario qui fait suite directe aux événements de SE 4 apporte du sens mais ne révolutionne pas grand chose, notre héros doit traquer les têtes pensantes nazies pour remonter au plus haut dans la hiérarchie au fil des missions, au programme sabotage et éliminations d’officiers pour ouvrir la voie à la résistance. On découvrira qu’une vaste opération, nommée Kraken, dirigée par Abelard Möller, un général SS, est en passe d’aboutir. Karl devra impérativement déjouer ce plan qui pourrait changer l’histoire.

    Pour ce qui est des échanges avec les différents protagonistes, rien ne nous fait nous attacher à tel ou tel personnage, il manque un petit quelque chose côté écriture pour que l’histoire nous prenne aux tripes. D’autant plus que pour Sniper Elite 5 tout n’est pas doublé en français sauf quelques échanges avec les résistants français, ces derniers essaient parfois de parler anglais avec Karl avec un accent vraiment pourri. Le mixte entre français/anglais pour sans doute immerger plus le joueur en France a sans doute était un choix narratif (si ce n’est pas un manque de temps ou de moyens), mais ce dernier n’apporte pas grand chose. Finalement un bon doublage français pour tous les personnages du jeu, même pour Karl (comme dans Sniper Elite 4) aurait sans nul doute été plus appréciable, mais ceci sans enlever les dialogues en allemands qui restent primordiales à l’immersion.

    Responsive image
    Karl reprend du service

    Un gameplay qui évolue dans le bon sens


    Pour les connaisseurs de la licence depuis le premier jeu ou même le précédent sorti en 2017, le jeu se base sur l’infiltration et le tir de précision (forcément vu le titre du jeu vous me direz). Sniper Elite 4 avait proposé une belle évolution sur la taille des maps, et Sniper Elite 5 s’améliore encore en proposant de vastes cartes. Notre tireur d’élite profite encore des environnements proposés pour accomplir ses objectifs et il est primordial de prendre le temps d’étudier le terrain : analyser les positions des alarmes (les détruire éventuellement), découvrir les objets explosifs, marquer les ennemis et positions stratégiques.
    Notre sniper devra aussi profiter des bruits environnants pour masquer ses tirs, poser quelques pièges, utiliser des hautes herbes, des murets pour se cacher/se couvrir. Les approches sont quasiment illimitées et on prendra vite conscience que se la jouer bourrin est à nos risques et périls. A ce propos, j’ai trouvé que certaines maps ne se prêtaient pas forcément à des approches 100% fusil à lunette, notamment dans la mission qui nous emmène à Beaumont-Saint-Denis (en réalité le Mont-Saint-Michel). Une fois parvenue à pénétrer dans cette forteresse, le level-design, qui reconstitue très bien le Mont-Saint-Michel, offre plutôt des rues étroites qui nécessitent d’aller un peu plus au contact car les ennemis sont en force.
    Ceci étant dit, rien d’insurmontable surtout que notre Karl peut grimper un peu plus qu’avant. Alors, attention, je ne parle pas de grimpette façon Assassin’s Creed, on en est bien loin mais les développeurs ont placé intelligemment, échelles, caisses, buissons grimpants pour ouvrir un peu plus les perspectives. Il est également possible d’évoluer le long de certaines parois, histoire de surprendre encore un plus les ennemis.
    Le fait d’apporter un peu plus de verticalité à certaines maps obligent le joueur à renforcer sa vigilance et l’infiltration passe un vrai cap tant il est compliqué de ne pas se faire repérer. C’est en ça que le gameplay évolue vraiment dans ce cinquième épisode.

    Le jeu de base propose 9 missions qui vous embarquent dans des endroits bien connus de France. Nul doute que les développeurs proposeront comme pour Sniper Elite 4 des contenus additionnels pour prolonger un peu le plaisir. Et c’est d’ailleurs déjà le cas avec la dixième mission déjà à l’écran, celle-ci vous emmènera au nid d’aigle, célèbre repère d’Hitler (moyennant 6,99€).

    Karl dispose évidemment d’un large panel d’armement et d'équipement pour l’aider dans sa lourde tâche. A chaque début de mission vous avez la possibilité de confectionner votre paquetage selon vos envies, choix du fusil, arme de point, mitraillette mais aussi des types de munitions. Tout n’est pas disponible au début de l’aventure mais se débloque au fur et à mesure soit en terminant les missions soit en accomplissant certaines actions spéciales. A noter que toutes les armes peuvent disposer d’un silencieux et même le fusil à lunette pourra rester discret grâce aux balles subsoniques (alors celles-là quand on les a, c’est le festival !). Vous aurez de quoi distraire les ennemis avec un sifflet par exemple, vous soigner avec les bandages ou exploser les nazis avec grenades et mines. A noter aussi que si vous voulez vous la jouer en guerrier de bonne conscience, balles et pièges non mortels seront disponibles… bon ça casse un peu le délire quand même.

    La grande force et spécificité de la licence Sniper Elite réside dans sa killcam à rayons X toujours aussi efficace et même plus d’ailleurs. En effet, celle-ci a été améliorée et fonctionne avec toutes les armes et les éliminations discrètes. Quelle satisfaction de voir une grenade exploser au ralenti et déchiqueter les ennemis.
    Le plus grand plaisir de ce jeu réside dans tout ce que les joueurs de Call of Duty / Battlefield détestent : le camping !!! En effet, se poser le plus loin possible en réglant sa lunette, en préparant son tir selon la distance et le vent jusqu’à la fameuse retenue de respiration qui précède le coup de feu décisif.
    La force de ce jeu est là, dans le plaisir que procure un bon tir, net et précis.

    Responsive image
    Le ralenti XRay toujours aussi impressionnant

    En solo mais pas que …


    Vous l’aurez compris, Karl reste toujours un tireur solitaire, que les allemands redoutent et surnomment The Shadow (l’ombre). Au-delà des missions solo qui proposent plus d’une dizaine d’heures si vous prenez le temps d’accomplir les objectifs secondaires, le titre de Rebellion propose du multijoueur (match à mort seul, à deux ou à quatre) et même de la coopération pour la campagne. Rien de bien nouveau vous me direz mais la grande nouveauté réside dans le mode Invasion (activable ou non), ce dernier permet à un autre joueur d’envahir la mission solo en cours afin de l’éliminer. Le joueur envahisseur incarne un soldat nazi. Ceci est vraiment génial car si l’IA reste un peu fragile (même si on sent qu’elle a été améliorée depuis Sniper Elite 4), s’opposer à un vrai joueur en plein cœur d’une mission solo va réhausser la tension et le challenge.

    Terminons sur l’aspect technique du jeu, on est loin d’une vitrine technologique mais on sait parfaitement que Sniper Elite trouve sa richesse dans son gameplay. Les graphismes ont évolué un peu depuis Sniper Elite 4 (je l’ai relancé pour comparer), ce n’est pas moche mais le tout est un peu en retrait de ce que l’on pourrait espérer, surtout sur PS5. On s’étonne parfois de ne pas pouvoir franchir un simple muret ou passer à travers un mini buisson, on commence à s’habituer à tout ça dans les open world que l’on connaît depuis de nombreuses années. Notre Karl parait un peu rigide…
    Cela dit, le jeu profite de chargements express et de quelques vibrations bien plaisantes avec la DualSense.
    Niveau sonore on se régale avec les bruits de balles et autres explosions, les musiques d’arrière plan sont discrètes et ne nuisent pas à l’action tout en apportant un petit plus non négligeable.
    En clair si vous jouez à ce jeu, ce n’est pas pour s’en mettre plein les yeux mais plutôt pour en mettre plein dans la tronche des nazis et ça il faut dire que le jeu le fait très bien !

    Responsive image
    La tyrolienne, nouvel enrichissement du gameplay

     




    Test Sniper Elite 5 - 6 minutes de lecture