Note du test 7/10En conclusion :

Evil Dead : The Game n’est certes pas le jeu de l’année mais il se veut défoulant et doté d’une bonne réalisation. Le jeu transpire le fan service et on adore le système asymétrique. Mieux vaut jouer avec des amis pour maximiser le team play ou avoir de bon fou rire lorsque le joueur, incarnant Kandar, donne du fil à retordre à ses amis. On espère que le contenu suivra pour revenir assez souvent dans le jeu.

Les plus

Le Fan Service
Défoulant
Incarner Kandar excellent
Un bel hommage à la franchise de Sam Raimi

Les moins

Répétitif à la longue
Évolution des personnages assez longue
Seulement deux maps

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps5

    Evil Dead : The Game
    Développeur : Saber Interactive
    Genre : Action | Tir
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 13 mai 2022
    Trophées : Oui
    Support

    Disponible aussi sur : ps4

    Test Evil Dead : The Game

    Publié le jeudi 02 juin 2022 à 08h13 par Pilou
    Partager sur

    Saber Interactive revient avec un nouveau jeu. Après un certain World War Z, le studio s’est penché sur une autre adaptation. Toujours dans l’horreur, c’est la saga Evil Dead d’un certain Sam Raimi qui est transposé en jeu vidéo. Que vaut ce nouveau jeu essentiellement multijoueur, voici notre avis !

     

    Vérole de moine


    Certains vouent un culte à l'œuvre de Sam Raimi. Personnellement, j’en suis, la trilogie Evil Dead de mon enfance, les trois épisodes de « Spider-Man » avec Tobey Maguire, « Jusqu’en enfer » ou plus récemment « Doctor Strange in the Multiverse of Madness » sont des films cultes.
    D'ailleurs, Bruce Campbell aka Ash Williams, héros de la saga Evil Dead apparaît assez souvent dans les autres films du réalisateur. Ses phrases cultes, les situations horrifiques mêlées à de l'humour, nous attachent à ce héros qui a même eu le droit en 2015 à une série, Ash vs. Evil Dead, suite des trois films. Tout ça pour dire que le jeu de Saber, Evil Dead : The Game est une ode à la saga. Le jeu transpire le fan service. On retrouve les personnages des films et de la série. Phrases cultes, lieux du film, ennemis, le studio a bien œuvré sur ce point. L’ambiance est une réussite incontestable.

    Responsive image
    Les différentes classes des survivants

    Chez prixbas, les prix sont bas


    Premier point, le jeu a été pensé pour le multijoueur. Saber Interactive a quand même pensé aux joueurs solo en proposant une campagne assez rapide et un didacticiel pour se familiariser avec le gameplay relativement simple mais défoulant.
    Pour situer le jeu et son genre, il s’agit d’un jeu multijoueur asymétrique dans la même veine que « Dead by Deadlight », « Friday the 13th » ou encore « Resident Evil Resistance ».
    Quatre joueurs incarnent des héros de la saga alors qu’un cinquième incarne le démon Kandar sur la carte.
    Les personnages sont répartis dans quatre classes : le chef, le guerrier, le soutien et enfin le chasseur.
    Une fois la classe choisit, les joueurs sont balancés sur l’une des deux maps du jeu. Cela parait un peu léger mais elles sont assez grandes pour la découvrir en plusieurs parties. Les joueurs débutent donc la partie en fouillant les alentours pour y trouver du loot. Armes au corps à corps, armes à feu, équipements, il vaut mieux prendre un certain temps à cette quête pour pouvoir affronter plus facilement la suite des épreuves. De la rareté, des munitions, mieux vaut dès le début bien s'armer.
    Comme dans les films et la série, le Necronomicon est l’élément central du jeu. Un nouvel abruti a récité les incantations du livre maudit amenant sur Terre le vil démon Kandar et ses sbires. La mission des quatres survivants est de le refermer. Pour cela, ils doivent récupérer divers éléments sur la carte : un parchemin, trois morceaux de carte et une dague pour terminer la mission…

    Responsive image
    Il faut explorer pour looter un maximum

    Tu me fais un effet d’enfer


    Le studio a ajouté une variante “Peur”, en gros, si un joueur décide de se la jouer solo, cette jauge grandira. En retournant auprès de ses comparses ou en allant dans des zones de lumières (des allumettes sont à ramasser pour allumer un feu de camp par exemple), elle remonte.
    Si elle est au plus bas, le joueur incarnant le démon Kandar pourra prendre le contrôle de ce joueur possédé pour attaquer les autres survivants. Jouissif.
    En plus, de cette action, Kandar peut se déplacer tel un esprit sur la map, faisant référence à la saga cinématographique. En esprit, le joueur méchant peut ouvrir des portails et faire apparaître des créatures : démons possédant des humains, squelettes, créatures comme le démon Eligos. Kandar peut posséder des éléments du niveau pour effrayer les joueurs, incarner les super vilains issus des films ou les sbires fraîchement invoqués. Il peut placer des pièges comme les mini Ash. Souvenirs garantis.
    On aime, même si la tâche est ardue pour le démon Kandar, même si les quatre survivants ont un teamplay soudé.
    Côté combat, le joueur assène des coups plus ou moins puissants rognant progressivement sa barre d’endurance. On adore les finish him lorsque cette même barre est remplie sous la barre de vie des ennemis. Gore à souhait, on se délecte à chaque fois.
    Pour fidéliser le joueur, un système de progression est présent. A chaque fin de partie, l’expérience gagnée peut être dépensée dans les compétences de chaque personnage propre à sa classe.

    Responsive image
    Pablo et Kelly de la série Ash vs Evil Dead

    Groovy but repetitive


    Pour terminer ce test, le jeu dans sa réalisation n’a pas à sourciller. Sur PlayStation 5, le jeu se veut fluide et plutôt agréable. La modélisation des personnages est pour beaucoup dans cette réussite. Les deux grandes maps fourmillent de détails et l’ambiance sonore colle à la saga cinématographique surtout que les voix des vrais acteurs sont de la partie.
    Les nombreux lieux issus des films et ceux inédits offrent une exploration intéressante.
    On espère juste que le studio proposera de nouveaux lieux, personnages et maps / objectifs pour diminuer cette répétitivité qui s'installe dans ce type de jeu.
    Niveau immersion, le pari est tout de même réussi surtout pour les aficionados de la saga de Sam Raimi.

    Responsive image
    Souvenir, souvenir

     




    Test Evil Dead : The Game - 4 minutes de lecture