Note du test 9/10En conclusion :

Cult of The Lamb est sans nul doute la pépite indépendante de l’année, Massive Monster a fait un boulot incroyable. Le mariage de deux genres action et gestion est déjà une belle réussite d’autant plus qu’aucun des deux n’a de lacune. Les phases de combats sont ultra dynamiques et toutes les possibilités dans la gestion de votre camp et de ses adeptes sont impressionnantes. Graphiquement, le côté mignon mêlé à l’horreur, au sang nous en met plein la vue. Et comme si tout cela ne suffisait pas, le jeu est incroyablement fun, bourré d’humour. En gros, ne passez pas à côté de cette pépite.

Les plus

Tout simplement magnifique
Deux genres parfaitement combinés
Incroyablement fun à jouer
Les choix, la personnalisation …
Le ton décalé !
Belle durée de vie (grâce à la gestion)
Combats dynamiques
Difficulté bien dosée, ni trop dur, ni trop simple

Les moins

La DualSense peu ou pas mise en avant
Beaucoup d’éléments de gestion à gérer (faut pas laisser le jeu trop longtemps sur le côté sinon reprise difficile)

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Fourcherman


  • ps5

    Cult of the Lamb
    Editeur : Devolver Digital
    Développeur : Massive Monster
    Genre : Action
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 11 août 2022
    Trophées : Oui
    Support

    Disponible aussi sur : ps4

    Test Cult of the Lamb

    Publié le mardi 06 septembre 2022 à 12h39 par Fourcherman
    Partager sur

    Une petite pépite indépendante signée Massive Monster et Devolver Digital a vu le jour au mois d’août pendant que beaucoup de chanceux prenaient des vacances. Cult of The Lamb est sorti le 11 août dernier et croyez moi, il serait bien dommage de passer à côté, alors oui les sorties vont pleuvoir comme chaque année de septembre à novembre mais vous trouverez bien un peu de temps pour mettre en place votre culte …

     

    Qu’il est mignon notre petit agneau


    Si vous êtes passés à côté de Cult of The Lamb, annoncé à la Gamescom “virtuelle” de 2021, c'est un jeu d’action/gestion plutôt novateur. Notre personnage, un agneau tout mignon voit sa vie, sa destinée totalement chamboulée dès le début de l’aventure. Ce dernier se voit sacrifier par d’étranges créatures, on sent que le bourreau n’en est pas à sa première décapitation de mouton mais lorsque la lame s’apprête à le découper, un flash lumineux nous transporte ailleurs. C’est alors qu’une entité diabolique lui propose un marché afin de déjouer la mort. Notre agneau va devoir bâtir un culte en son honneur, pour cela le sang devra couler et ce sera aussi l’occasion de se venger des créatures qui ont voulu notre mort.
    Cela dit, tous les moyens sont bons pour contenter notre sauveur, qu’ils soient bons ou horriblement mauvais.

    Responsive image
    Un petit sermon fait toujours du bien au moral du troupeau

    De la gestion grâce à l’action


    La grosse réussite de Cult of The Lamb est sa capacité à mêler deux systèmes de gameplay totalement opposés, de l’action ultra dynamique digne des meilleurs rogue-like, rogue-lite à des moments plus paisibles à gérer votre village et ses habitants.

    Les différents niveaux sont créés de manière procédurale de sorte qu’on a l’impression qu’à chaque passage tout est différent, on fait de nouvelles rencontres, on progresse, on collecte de nouvelles ressources afin de faire prospérer notre village. Chaque “run” sera dépendant de vos choix façon Curse of The Dead Gods et bien d’autres rogue-like, et vous fera rencontrer un boss. Vous pouvez privilégier de sauver une nouvelle âme, récupérer des ressources, libre à vous de choisir le chemin le plus en adéquation avec vos besoins du moment. L’armement aussi s'enrichit au fur et à mesure car il ne faut pas croire, le doux agneau est devenu un redoutable guerrier.
    On dispose pour le combat d’une arme principale de mêlée et d’une arme secondaire pour les sorts (conditionnés par une jauge qui se remplit à force de découper les ennemis). Classique mais très efficace et surtout hyper nerveux, l’esquive sera évidemment un indispensable.

    Vous l’aurez compris la partie action/combat du jeu est déjà une franche réussite mais les développeurs ne se sont pas arrêtés là et ont ajouté la touche gestion de base et pour le coup on ne peut qu’être bluffé par tout ce que cela implique et toujours en mêlant le côté sombre/sanglant à de l’humour et du fun. Nos fidèles rejoignent certes le culte mais ont leur petit caractère et leur mot à dire, ce qui entraîne des crises de jalousie, des dialogues improbables et tout ce qu’on peut retrouver dans les relations humaines.
    Leur satisfaction est une priorité afin d’honorer toujours mieux notre sauveur, et pour cela il va falloir améliorer le confort, les nourrir, les inciter à se reposer. Le temps passe dans Cult of The Lamb et le cycle jour/nuit n’est pas que cosmétique, certaines tâches ne pourront que se passer le jour et certaines choses la nuit (comme par exemple un petit assassinat discret d’un petit rebelle mettant en périle le clan).

    Vous allez devoir aussi organiser des rituels dont le plus cruel reste le sacrifice qui permet d’augmenter la jauge de foi mais peut effrayer les fidèles. Ceci dit, sacrifier un personnage qui commence à vieillir, qui aura bénéficié d’une belle vie se comprendra sans doute mieux qu’un tout nouveau venu. Sacrifier également un conspirateur semant le doute dans les esprits de nos adeptes est un réel plaisir. Évidemment on pourra aussi organiser un banquet pour donner de la joie à tout ce beau petit monde, ou encore choisir de se marier (c’est possible plusieurs fois … oui notre agneau est polygamme mais ça crée un peu de zizanie entre les différentes unions). De part ces exemples, vous comprendrez facilement que le jeu n’est pas forcément politiquement correct mais qu’est que c’est fun, le tout est tellement bien mené ! Sachez également que la mort ne plaira pas forcément à vos adeptes puisque l’agneau est censé être le seigneur (le seigneur des agneaux, bon ok je sors)

    Je précise également que chaque nouvelle recrue peut être personnalisée à son arrivée.
    Il y a beaucoup de choses à faire sur le camp et vos choix seront primordiaux pour la gestion de votre culte, à vous de voir si vous préférez prospérer avec amour ou force et peur.

    Responsive image
    La gestion de votre base est primordiale

    Tout simplement magnifique


    On ne va pas y aller par quatre chemins, Cult of The Lamb est un jeu réussi sur tous les points, gameplay mêlant gestion et combats acharnés (ou décharnés) mais surtout au niveau des graphismes. Les environnements sont très sombres mais aussi très colorés à la fois avec des éléments destructibles un peu partout, le tout crayonné donne un rendu splendide voire même mignon malgré que ce soit ultra violent avec des combats et des sacrifices.
    C’est beau et tout colle parfaitement au thème un peu macabre de ce culte.
    Le design des différents personnages, leurs expressions, leurs mouvements sont également une belle réussite et favorisent l’immersion dans le jeu, aussi cruel que tout ceci puisse paraître, on s’attache à nos fidèles et on peine à les voir vieillir ou mourir bêtement.

    Côté fluidité, rien à redire sur PS5, et on peut se dire “heureusement” puisque les combats nerveux façon Hades ou Dead Cells (un peu moins quand même) nécessitent des esquives au bon timing. Niveau DualSense car il en faut en parler, on ne peut pas dire qu’elle soit mise en avant sur ce jeu mais ce n’est pas réellement une nécessité sur ce genre.

    La bande son vient elle aussi ajouter une bonne dose d’immersion avec des effets sonores et des musiques assez sombres collant parfaitement au jeu.
    Cult of The Lamb est un "must-have" et on espère découvrir encore longtemps ce genre de pépite indépendante, car ne nous en cachons pas, ce dernier devrait rester notre top de l’année dans la catégorie jeu indé.

    Responsive image
    Des combats de boss pas toujours très simples

     




    Test Cult of the Lamb - 5 minutes de lecture