• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Lonewolf


  • ps3

    Castlevania: Lords of Shadow – Mirror of Fate
    Editeur : Konami
    Développeur : MercurySteam Entertainment
    Genre : Action | Aventure
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 30 octobre 2013
    Trophées : Oui
    Trophée Platine 0 Trophée Or 0 Trophée Argent 1 Trophée Bronze 19 | Trophée Secret 9
    20 trophées au total

    Support


    Test Castlevania: Lords of Shadow – Mirror of Fate

    Publié le mercredi 04 décembre 2013 à 18h06 par Lonewolf - 2016
    Partager sur |

     

    Il y a maintenant trois ans, le 5 octobre 2010, sortait ce que bon nombre d'amateurs de vampires (et je dis bien vampires, pas lampadaires) attendaient : un nouveau Castlevania ! Un épisode qui marquait un certain renouveau dans la franchise. Castlevania : Lords of Shadow se présentait en effet comme un reboot, développé par les Espagnols de Mercury Steam (un peu aidés par Kojima Productions, et ça se sentait dans la mise en scène), et était un pur beat them all 3D inspiré par God of War et Devil May Cry.
    Et que ce fut bon. Remonter aux origines même du clan Belmont avec la quête de Gabriel, rempli de fureur vengeresse et de culpabilité, pour éliminer les Seigneurs de l'Ombre était un pur bonheur, de par le scénario, l'ambiance, les références chrétiennes et païennes, et à la littérature vampirique... Je vous laisse imaginer mon état quand ils ont enfin évoqué Sheridan Le Fanu avec la présence de Laura et Carmilla.
    Bref, vous aurez compris que je fais partie de ceux qui ont adhéré à cette relecture de la franchise et à la mythologie développée par le jeu, et que je trépigne d'impatience pour une suite depuis tout ce temps. Et si Lords of Shadow 2 arrive en février 2014, Konami s'est proposé de nous faire patienter avec un épisode lien, qui n'est autre que ce Mirror of Fate. Un épisode sorti initialement sur Nintendo 3DS en mars 2013, et qui est arrivé en HD au téléchargement sur PS3 (au sympathique prix de 13€) le 31 octobre de cette même année. Et donc, que vaut ce gros prologue à Lords of Shadow 2 ?

    4 héros pour le prix d'un

    On vous fait un prix sur le pack de personnages ?

    Mirror of Fate va en effet vous placer dans la peau de quatre héros, pour autant d'actes à jouer. Enfin, dans les faits, ce sera plutôt trois personnages sur trois actes, Gabriel n'apparaissant que le temps d'un court prologue. Pour le reste, vous ferez donc connaissance avec Simon Belmont, le petit-fils de Gabriel, ainsi qu'avec Trevor Belmont, le fils de ce dernier (et donc père de Simon. Pas bien difficile à suivre, la ligne temporelle, dans cet épisode). Et, last but not least : Alucard sera également de la partie ! Vous en profiterez pour découvrir ses origines au passage, et je m'arrête là concernant les personnages.

    The time has come for darkness to rise...

    Le fils du Dragon est de retour. Et il est énervé.

    Mirror of Fate se présente comme un beat them all en 2.5D. C'est-à-dire des personnages et des décors modélisés en 3D, mais une progression en 2D selon un bon vieux scrolling horizontal. Vous irez ainsi parcourir le château de Dracula en long, en large, et en travers, au gré des différentes zones qui le constituent, à la recherche des divers secrets (parchemins, améliorations), en massacrant les ennemis qui se présenteront par hordes devant votre croix de combat.

    Et des ennemis, vous en verrez ! Zombies, squelettes, loups-garous, vampires, et autres joyeusetés issues des classiques de l'horreur et du fantastique viendront se mettre à portée de vos coups.

     

    Malheureusement, malgré la nervosité du gameplay et la facilité à exploiter les compétences des personnages, les combats seront parfois un peu lents. En effet, à moins de vous retrouver pris en sandwich entre deux ennemis, il ne sera pas bien difficile d'éviter leurs coups et d'anticiper leurs mouvements, tant ils sont lents, la plupart du temps. Et on attendra surtout les boss pour éprouver quelques difficultés. Loin de ce qu'on peut voir avec le premier épisode de Lords of Shadow qui sait se montrer vicieux assez tôt pour qui n'est pas assez préparé...

    Le tout se passant dans une belle ambiance graphique. Certes, la PS3 n'est pas exploitée à fond, loin de là. Il ne s'agit après tout que d'un simple portage HD d'un jeu 3DS. Mais le lissage et le réhaussage des graphismes est agréable à l'œil et donne une vraie patte graphique au jeu, avec ce style à mi-chemin entre le réalisme et le cel shading. Mention spéciale aux scènes cinématiques, qui sont juste parmi les plus belles que j'ai pu voir dans un jeu vidéo. Pas besoin d'images de synthèse qui vous explosent la rétine quand on a un vrai sens artistique et que ça concorde très bien avec le reste.

    Time to fight !

    Tue et tue encore

    Donc, visuellement, c'est pas mal, et l'histoire est assez bien menée pour nous intéresser, bien qu'assez simple dans son déroulement. Là où ça pèche un peu, c'est sur le gameplay.
    En effet, Mirror of Fate veut reprendre à peu près le système du mythique Symphony of the Night. On y parcourt donc le château en tout sens, carte à l'appui, en faisant évoluer les personnages. Oui, c'est bien, sauf que non.
    Dans les faits, la carte se compose simplement de carrés superposés et est donc loin d'être aussi lisible que celle de SotN (d'autant plus qu'un même niveau sur la carte peut en représenter deux dans le jeu), et les trois personnages sont juste le même avec un skin différent à chaque fois. Et quelques capacités aussi.

    Si vous terminez, comme moi, l'acte un avec Simon au niveau 10 et les compétences qui vont avec, vous continuerez sur votre lancée à l'acte deux, avec Alucard qui démarre au niveau 10 avec les compétences liées. Sachant que le niveau maximal est 18, comme on peut le deviner avec l'écran des compétences, je doute que quiconque ait du mal à terminer avec l'ensemble des compétences. Et cela ne concerne que les compétences, les améliorations de santé et de magie étant parmi les secrets à trouver dans le château.

    De plus, chaque personnage étant doté d'une croix de combat (sauf Simon qui débute avec son bon vieux fouet), ils se jouent tous les trois exactement de la même manière, sans aucune différence, ni dans la vitesse, ni dans les animations. Assez regrettable.

    Trailer de lancement

    Bref, Castlevania : Lords of Shadow : Mirror of Fate souffre d'une certaine redondance dans l'avancée. Heureusement pour les amateurs qu'il offre une histoire sympathique et un bon lien entre les deux épisodes PS3. Quant à la durée de vie, c'est assez honorable si vous tenez à trouver tous les secrets à faire le 100%, ce qui n'a toutefois rien de bien difficile.
    Au final, pour le prix demandé, on a un beat them all honnête, mais sans plus, et qui trouvera surtout son public chez les fans du reboot de Castlevania.

    Note du test 7/10En conclusion :

    Mirror of Fate voulait renouer avec plusieurs éléments venus tout droit des anciens épisodes. Et c\'est assez réussi. Il offre un beat them all nerveux agrémenté de belles phases de plate-forme, dans une histoire intéressante, mais souffre toutefois d\'une redondance certaine qui pourrait lasser. Dommage que la prise de risques soit si minimale, mais le voyage vaudra en tout cas le coup pour tout amateur de la branche Lords of Shadow de Castlevania.

    Les plus

    Agréable à l'œil
    Des séquences cinématiques vraiment classieuses
    Une bonne dizaine d'heures pour viser le 100%
    Une histoire qui lève le voile sur la malédiction des Belmont
    Renoue avec les origines de la série et les principes de SotN...

    Les moins

    ...Mais sans le génie d'aucune des deux périodes
    Trois personnages strictement identiques, à quelques détails près
    Le côté RPG réduit au strict minimum
    Inventaire rachitique
    Un boss final d'une difficulté risible

    En résumé


    Castlevania: Lords of Shadow – Mirror of Fate par Rating: 7 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles