• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps4

    Alien: Isolation
    Editeur : Sega
    Développeur : Creative Assembly
    Genre : Survival-Horror
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 07 octobre 2014
    Trophées : Oui
    Trophée Platine 1 Trophée Or 3 Trophée Argent 5 Trophée Bronze 42 | Trophée Secret 0
    51 trophées au total

    Support

    Disponible aussi sur : ps3

    Test Alien: Isolation

    Publié le lundi 13 octobre 2014 à 19h53 par Pilou - 2844
    Partager sur |

     

    Aliens Colonial Marines était sorti il y a pratiquement deux ans et avec tous les déboires qu’il avait connu, cet opus n’avait offert qu’un jeu au goût d’inachevé laissant ainsi les fans sur leur faim. Lorsque SEGA et 20th Century Fox ont annoncé la venue d’un nouvel épisode basé sur la licence Alien, les joueurs que nous sommes ne pouvaient qu’émettre des réserves : sur la même lancée qu’Aliens Colonial Marines ? Renouveau de la franchise ? Les fans peuvent se réjouir ! Alien Isolation est là, il est le renouveau de la série, le messie tant attendu.

    La star du jeu dans toute sa spendeur

    Passage au Survival Horror

    Les dernières productions “Alien” en jeux vidéos étaient plus tournées vers le FPS bourrin, plein de testostérone où Marines et Xénomorphes se mettaient sur la tronche. Dans Alien Isolation, on exploite un autre aspect de l’univers Alien. Un retour aux sources, aux peurs primals.
    C’est Creative Assembly qui est en charge de ce nouvel épisode. Connu pour les jeux de stratégie Total War, ils changent de registre avec un FPS tourné vers le Survival Horror.
    Suite direct du film Alien, le huitième passager de Ridley Scott, Alien Isolation prend place 15 ans après l’auto-destruction du Nostromo et la fuite d’Ellen Ripley. On y incarne Amanda, la fille de cette dernière, qui travaille pour la compagnie Weyland-Yutani, comme le monde est petit !

    On lui propose d’accompagner une petite équipe sur la station Sevastopol qui a récupéré la boite noire de l’USCSS Nostromo. Amanda saute sur l’occasion et tente ainsi d’en apprendre plus sur la disparition de sa mère. En arrivant sur la station, rien ne va se passer comme prévu et Amanda va devoir faire face à bien des dangers.

    Le détecteur de mouvements  stressant mais nécessaire

    Dans l’espace personne ne vous entend crier

    Première chose avant de commencer la campagne d’Alien Isolation, c’est le choix du matériel. Personnellement, je fais le jeu au casque pour être en immersion totale. En effet, le son est primordial dans le jeu. Mais il est possible de jouer via des enceintes et d’utiliser la Playstation Camera de la PS4 pour “capter” l’environnement sonore du salon et/ou de suivre le visage lorsqu’Amanda est cachée.

    Amanda débarque seule sur la station laissée à l’abandon où les survivants se font discrets. Livrée à elle même, elle fera vite la rencontre avec des humains hostiles, bien décidés à protéger les quelques denrées qu’ils possèdent. Mais elle se retrouve assez rapidement traquée par un Alien qui réagira à toutes les actions de l’héroïne.

     

     

    Les ingrédients du bon Survival Horror

    Alien Isolation réunit tous les ingrédients pour nous rendre mal à l’aise. Le jeu revient sur les premières peurs de la série : le sentiment d’être perpétuellement traqué. Il faut sans arrêt avancer dans les couloirs du Sevastopol tout en évitant les humains hostiles, les androïdes insensibles et l’Alien, terrifiant et surtout invincible.

    Le lance-flamme est la seule arme qui fera reculer l'Alien

    Amanda ramassera tout au long du jeu des objets qu’elle pourra assembler (en ayant pris le soin de trouver le plan associé) via un menu qui est au passage pas vraiment lisible. Allant du simple Medikit en passant par des dispositifs (fumigène, grenades aveuglantes, …) de diversions ou tout simplement pour tenter de fuir, ces divers objets seront bien évidemment rares. Même si Amanda trouvera pistolet, fusil à pompe, lance clous et autre taser, ils seront inefficaces contre le xénomorphe. Seul le lance flamme le fera fuir quelques instants. Les armes seront par contre efficaces contre les autres humains et les androïdes. Mais plus on fait de bruit, plus il y a de chance que l’Alien vienne dans notre direction. C’est ça tout la force du jeu, ce perpétuel cache-cache où il faudra mûrement réfléchir lorsqu’on tire, ouvre une porte, … Se terrer dans l’ombre, sous une table, dans les conduits ou un casier, observer mais surtout écouter les déplacements qu’il faudra interpréter pour savoir s’il s’agit d’un humain ou de l’Alien. Même l’ouverture des portes est stressante, basée sur un mini-jeu où il faut reconstituer une séquence, on se dépêchera à le réaliser. Enfin, le jeu intègre le détecteur de mouvements bien connu par les fans qui bipe s’il y a du mouvement aux alentours. L’utiliser ne permet pas de porter une arme et en le fixant, la vision se trouble limitant l’observation adjacente. Couplés à la lampe torche à l’autonomie limitée, tous ces éléments font monter le palpitant.


    Une bonne durée de vie et une ambiance réussie

    Alien Isolation se découpe en 19 chapitres pour environ 20 heures de jeu, un record pour ce genre. La seule ombre au tableau est la répartition des points de sauvegarde. Ces dernières se réalisent via les balises Emergency réparties un peu partout dans la station. Le problème est qu’il arrive parfois qu’il faille faire de très longues distances pour sauvegarder et que si l’on meurt entre temps, il faudra recommencer certains passages qui deviennent rébarbatifs.

    Le mode survie est un mode qu’il est recommandé de faire après avoir achever l’aventure principale. Le jeu original propose une première mise en bouche avec une seule carte. Via un Season Pass ou non, cinq packs suivront à partir du 28 octobre, offrant de nouvelles cartes et personnages. Ce mode propose de réaliser une série d'objectifs au sein de la station Sevastopol, tout en étant poursuivi par un Alien. Un classement mondial vous classera en fonction des autres joueurs. Ce mode permet de replonger dans l’ambiance du jeu sans pour autant refaire les 19 chapitres du jeu.

    En plus de l’ambiance sonore vraiment réussie (en français totalement) et des musiques dignes de Jerry Goldsmith, la patte graphique a été calquée sur celle des premiers films (Ordinateurs des années 80 avec écran cathodique, cartes d’accès énormes, …), le vieillot des films est brillamment retranscrit. Les effets de lumière, les ombres et les jets de vapeur sont autant d’éléments qui contribuent au sentiment de stress, d’isolement. Des collectibles sont également disséminés dans les couloirs de Sévastopol, véritable nid d’informations pour en apprendre un peu plus sur les événements antérieurs .

    Trailer de lancement

     

    Note du test 8.5/10En conclusion :

    SEGA marque là enfin l’épisode qui redore le blason de la franchise Alien en jeux vidéo. Un Survival Horror avec tous les ingrédients qui font que la sauce prend immédiatement. Le jeu est beau, bien ficelé et être poursuivi par l’Alien le plus célèbre du cinéma n’a pas de prix. Si vous adorez le Survival Horror et/ou la saga Alien, Alien Isolation ne vous décevra pas.

    Les plus

    L’ambiance
    La bande son
    Le gameplay
    Un xénomorphe vicieux
    La durée de vie exemplaire

    Les moins

    Les points de sauvegarde
    Menu trop old school et pas très lisible

    En résumé


    Alien: Isolation par Rating: 8.5 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles