• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Lonewolf


  • ps4

    The Lost Child
    Editeur : Koch Media
    Développeur : NIS America
    Genre : RPG
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 22 juin 2018
    Trophées : Oui
    Support


    Test The Lost Child

    Publié le mercredi 27 juin 2018 à 07h18 par Lonewolf - 969
    Partager sur |

     

    Hayato est journaliste au magazine LOST, un magazine consacré à l'occulte et au surnaturel. Quand des rumeurs autour d'une femme en pourpre poussant des gens dans le métro se fait connaître, son patron l'envoie immédiatement chercher plus d'informations. Hayato est encore très loin de se douter qu'il va entrer de plein fouet dans l'occulte et devenir l'Élu, porteur de la volonté de Dieu, dans une guerre entre les Cieux et le Mal...

    Voilà pour le point de départ du nouveau RPG de Kadokawa, qui s'offre également les services et l'univers du créateur de El Shaddai. Il ne reste plus qu'à savoir si ça vaut le coup.

    La Volonté de Dieu

    Lovecraft X Christianisme

    Le lien avec El Shaddai est assez clair d'entrée de jeu : on retrouve très vite Lucifer (enfin, Lucifel) et l'archange Michael avec leurs designs de l'époque, et le héros de El SHaddai, Enoch, est même l'un des premiers combattants qu'on vous confie (et il est vite une arme surpuissante). Autant dire que les références à la religion chrétienne seront donc nombreuses, tout comme aux autres cultes via divers monstres et situations, à la façon d'un Shin Megami Tensei.
    L'autre univers qui se taille une grande place ici est celui de Lovecraft (et les autres auteurs qui ont enrichi son œuvre). Et c'est là que ça commence à coincer un peu. En effet, vos antagonistes principaux sont rien de moins que Cthulhu, Cthugha, Hastur, et Dagon (et on trouve Nyarlahotep sur la Route de R'Lyeh). Sauf qu'ils ne sont rien de plus que des antagonistes. Pas une fois on ne retrouvera la force du mythe lovecraftien, l'ambiance oppressante, la difficile distinction entre réel et folie, la descente du personnage vers les ténèbres de la conscience... Non, ce sont juste des méchants et vous êtes l'Élu qui doit les éliminer. Si cette incompréhension totale de l'univers lovecraftien (d'autant qu'il y a encore bon nombre de références par la suite) est fort dommage, le jeu a heureusement bien d'autres choses à offrir.

    Le dungeon-crawling à son paroxysme

    Du donjon, du donjon, du donjon !

    The Lost Child est un pur donjon-RPG. Vous allez passer votre temps à parcourir les divers étages de chaque donjon, et ce sont les seules phases de "vrai" gameplay que vous aurez, le reste s'approchant plus d'un visual novel et vous faisant surtout naviguer dans divers menus. De façon concrète, vous aurez à mener plusieurs investigations, que ce soit pour le scénario principal ou le contenu secondaire. Vous allez donc aller à l'endroit indiqué, parler aux gens de la rumeur, puis accéder au donjon concerné, et l'explorer (et recommencer pour le suivant). Notez que cela reprend les principes de base de Demon Gaze : jeu entièrement à la première personne et avancée case par case jusqu'à dévoiler l'ensemble de la carte de l'étage.

     

    De même, le gameplay est le gameplay classique de tout J-RPG tour par tour digne de ce nom, on reste en terrain connu (attaque, compétences, objets, défense...). The Lost Child propose toutefois deux mécaniques qui lui sont propres. D'abord, l'Astral Burst. À chaque attaque portée, une jauge bleue en haut de l'écran va augmenter. Plus celle-ci est remplie, plus votre Burst fait de dégâts (mais dépassez le 100% et c'est la surcharge, la rendant indisponible pour le tour suivant). Cette attaque peut être utilisée comme une simple attaque surpuissante (vos trois démons sont alors privés d'un tour pour charger le Burst, seuls Hayato et Lua peuvent agir), ou alors pour capturer les démons dont vous ne disposez pas encore. Éliminez un démon qui n'est pas dans votre tablette (oui, oui) avec l'Astral Burst et il sera à vous (après purification).

    XP et Karma

    EVILve ou la clé de l'évolution

    L'autre grande mécanique du jeu est son double système d'évolution. Hayato et Lua évoluent de façon classique, en accumulant de l'XP lors des combats et en passant des niveaux avec (et en obtenant cinq points à distribuer à chaque passage de niveau). Les démons et autres créatures, en revanche, ne gagnent pas d'XP. C'est à vous de les faire évoluer manuellement via le menu du jeu en leur offrant des points de Karma. Ce Karma, qui peut être bon, neutre, ou mauvais, peut se gagner en combat (sa nature dépend alors des ennemis vaincus) ou par certaines décisions que vous devez prendre (la nature dépend cette fois de la réponse). Si chaque personnage peut utiliser les trois types de Karma, il va sans dire que celui qui correspond à sa nature permet de le faire évoluer plus vite. Une fois le niveau max atteint, il lui est possible d'évoluer (2 fois) pour passer à un autre stade, gagner en grade dans sa classe, et repousser la limite de niveau.
    Le Chodenji va vite devenir votre nouvelle maison, mais veillez bien à avoir les objets demandés pour l'évolution en plus de l'argent. La purification, quant à elle, est ce qui permet d'utiliser une créature dans son groupe. Il suffit de donner un peu de Karma, et c'est fait. Du moins, la plupart du temps, il existe des exceptoins qui ont besoin d'un objet précis...
    Au-delà de ça, on retrouve les choses habituelles : synthèse d'équipement, la boutique et ses offres exclusives à côté du stock, les bains pour s'offrir de sympathiques bonus au combat...

    Si The Lost Child n'est pas un grand jeu et veut clairement aller jouer dans la cour de Shin Megami Tensei sans en avoir la même qualité, il n'en demeure pas moins un RPG assez sympathique sur lequel on enchaîne les heures sans trop voirle temps passer. On regrettera toutefois des textures et modèles de personnages répétés en boucle, en plus de l'utulisation ratée de l'univers de Lovecraft, ainsi qu'un personnage principal qui semble fort bien accepter son nouveau rôle et tout ce qu'il lui arrive (pas une fois il n'exprimera de la surprise devant tout ce qu'il se passe dans le jeu...).
    Un investissement qu'on ne regrette pas, donc.

    Trailer de lancement
    Note du test 7/10En conclusion :

    The Lost Child est clairement du sous-Shin Megami Tensei qui n'a RIEN compris à l'univers de Lovecraft. Ceci étant dit, retrouver l'univers de El Shaddai est un petit plaisir, et l'ensemble forme un RPG fort sympathique qui fonctionne bien et se permet d'être légèrement subversif dans ses thèmes et idées entourant la religion chrétienne. Pas indispensable, mais qui veut s'y tenter y trouvera de quoi bien s'amuser.

    Les plus

    Beaucoup de démons à recruter
    Un gameplay classique, simple, et efficace
    Un scénario plus complexe et subversif qu'il en a l'air au premier abord

    Les moins

    L'univers de Lovecraft inutile et incompris
    Un certain manque de logique dans les réactions d'Hayato
    Un écart de difficulté assez mal équilibré entre les combats normaux et certains boss

    En résumé


    The Lost Child par Rating: 7 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles