Note du test 7/10En conclusion :

Blacksad dispose enfin de son adaptation vidéoludique après 20 ans d’existence sur la scène Bd. Blacksad : Under the Skin ne révolutionne pas le genre mais partage son univers imaginé par Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido avec une grande fidélité. Malgré quelques défauts comme la réalisation datée, le jeu plaira aux adeptes des jeux d’aventure où le scénario est primordial, le tout rythmé par une bande son de qualité tout comme le doublage. John Blacksad est aussi attachant que sur les planches de la bd. Un jeu pour les fans et les néophytes qui apprécieront cette ambiance “film noir” des années 50. On ne peut également que conseiller la lecture de cette oeuvre éditée chez Dargaud.

Les plus

Fidèle à la bd
ET peut se jouer sans connaître la bd et les personnages
L’OST
La VF
Un scénario inédit
L’ambiance polar noir top

Les moins

La réalisation datée
Les bugs
Déplacements rigides
Les chargements

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps4

    Blacksad : Under the skin
    Editeur : Microids
    Développeur : Pendulo
    Genre : Aventure | Point&Click
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 14 novembre 2019
    Trophées : Oui
    Support


    version éditeur

    Test Blacksad : Under the skin

    Publié le mercredi 18 décembre 2019 à 21h46 par Pilou
    Partager sur

    Lorsque l’adaptation en jeu vidéo d’une série Bd arrive à la régie de PSMag, un certain engouement est palpable. On pense à des jeux plus anciens comme le FPS XIII (qui revient en 2020), mais aussi le RTS adapté des Chroniques de la Lune Noire ou encore Asterix & Obelix XXL3 (un jeu moyen mais proposant de bonnes intentions et testé dans nos murs ce mois-ci). Aujourd’hui une autre série fétiche arrive sur Playstation 4, disponible depuis le 15 novembre, Blacksad : Under the Skin passe à la moulinette sur PSMag.

     

    Back to Black


    La série de bande dessinée Blacksad a débuté en 2000 avec la sortie du premier tome. Oeuvre de Juan Diaz Canales à la plume et Juanjo Guarnido au crayon, Blacksad est une série mettant en scène un détective privé, John Blacksad, dans les Etats Unis des années 50 aux douces consonances de film noir.

    Grande originalité, les personnages sont des animaux au look anthropomorphe et notre John est un chat aux talents qu’il met à contribution dans ses enquêtes. Disponible en cinq tomes, chaque album traite de sujets comme le racisme ou encore la corruption… et permet d’en apprendre un peu plus sur notre héros et l’univers dans lequel il évolue.

    Une première bonne note le jeu a été conçu dans ce sens et propose un scénario original dans la continuité de la bd pour laquelle on attend le sixième opus depuis plus de six ans.

    Pour les aficionados, Under The Skin se déroule entre Artic-Nation et me Rouge, les ouvrages deux et trois de cette saga. Ramón Hernáez et Josué Monchán en collaboration avec les auteurs de Bd sont à l’écriture de cette aventure inédite.

    Responsive image
    Voici John Blacksad

    Chat tombe bien


    L’aventure débute par la mort de Joe Dunn, un lynx retrouvé pendu dans son club de boxe. Ce tragique événement s'accompagne de la disparition de son protégé qui devait participer à un combat quelques jours plus tard. Sa fille Sonia Dunn, accompagné d’un vieil ami, le gorille Jake Ostiombe, engage John pour enquêter. Les autres gros points positifs de cette épopée sont les références à la Bande dessinée, que ce soit au niveau des personnages rencontrés comme le reporter un peu trop fouineur de Weekly (on apprend dans la bd pourquoi il porte ce surnom) ou le capitaine de police Smirov mais également par certaines situations ou photos qui déclenchent un souvenir de Blacksad.

    On pense également à la première scène du jeu en compagnie de John dans son bureau où il répète mot pour mot les premières bulles du premier tome.
    Le personnage est magnifiquement retranscrit dans le jeu, surtout que le doublage est d’une grande qualité.

    Responsive image
    L'un des premiers lieux du jeu, le club de boxe

    Chat click plus


    Développé par les espagnols de Pendulo Studio (en collaboration avec les français d'Ys Interactive), on attend de pied ferme cette nouvelle production des créateurs de Yesterday et Runaway. Pour Blacksad, on oublie le style Point & Click pour un jeu d'aventure plus dans la veine des jeux de Telltale Games.

    Blacksad se déplace dans les différents lieux de New York des années 50 pour dénicher des indices et interroger de potentiels témoins.
    Le jeu est assez classique ses mécaniques de gameplay. John fouille en quête d’indices et échange avec d’autres personnages. Il dispose de choix dans les dialogues qui ont une incidence plus ou moins importante dans la suite de l’aventure. La plupart du temps ses réponses disposent d’un temps limité.

    Le sens du félin est une option de ces choix et John utilise l'ouïe, la vue et l’odorat pour trouver des informations supplémentaires en observant le personnage que l’on questionne et/ou le lieu qui l’entoure. En zoomant sur différents points d'intérêt, on débloque un indice ou une observation.

    Responsive image
    Blacksad, Sonia Dunn et Jake Ostiombe

    Chat s'explique


    Lors de ces décisions, certains éléments sont consignés dans le carnet de Blacksad tout comme les indices. Via la touche R1, le joueur accède à l’esprit de déduction du félin où chaque indice ou événement se matérialise par une phrase, et en en associant au minimum 2 entre elles, John fait des déductions ouvrant de nouveaux éléments scénaristiques comme un nouveau lieu à visiter, de nouvelles questions à poser aux PNJ. C’est assez intéressant.

    Blacksad a accès à un tableau de statistiques “Votre Blacksad” qui s’étoffe et modifie le caractère de notre héros en fonction de nos choix. La barre finale indique si l’affaire est rentable ou non.

    L’aventure est également jalonné de QTE classiques apportant un peu de dynamisme même s’ils demeurent sommaires.
    Si Under The Skin propose une dizaine d’heures du jeu du chat et de la souris et six fins différentes, il reste assez linéaire et très dirigiste. Un peu plus de liberté dans les déductions aurait été un gain indéniable.

    Responsive image
    Le bureau du détective

     

    Chat alors!


    Tout n’est pas rose dans Blacksad, outre les bugs plus ou moins bloquants (corrigés ou en cours de correction), le jeu pèche par une réalisation datée. Les déplacements de notre matou sont assez lourds et les développeurs auraient peut être dû rester au Point & Click. Le jeu propose de beaux panoramas mais on sent un certain manque de temps dans les finitions où des décors splendides se mélangent à d’autres moins détaillés. Certaines textures apparaissent trop pauvres et d'un autre âge surtout quand leur affichage est tardif.

    Le Character Design à la Zootopia est réussi mais pourquoi ne pas avoir fait un jeu en cell shading qui colle à la perfection avec les adaptations bds?

    Mais il y a du bon dans Blacksad Under the Skin, mention spéciale au menu progression qui retrace la chronologie de notre aventure sous forme de bds joliment illustrées. Dans cette section il est possible de revenir à un événement passé pour suivre un embranchement différent.
    En plus du doublage réussi et réalisé par des acteurs connus, la bande son jazzy est un pur régal tout comme la gestion des bruitages rien que le générique donne le ton et nous plonge dans cette ambiance sombre.

    Oui chez PSMag nous prenons le parti de mettre une note un peu plus élevée à Blacksad : Under the Skin, le patch 1.04 ayant été salvateur pour cette version PS4 et c’est ce qui a valu un délai un peu plus long pour la rédaction de ce test.

    Responsive image
    Et crac! un coup de machine à écrire

     

     




    Test Blacksad : Under the skin - 5 minutes de lecture