Note du test 7.5/10En conclusion :

Le voyage initiatique de Lulua ne révolutionne pas la formule de la série. Mais, comme à chaque fois, il sait tirer parti des idées de précédents opus tout en trouvant sa propre patte. Une fois de plus, c'est mignon, efficace, et prenant, que demander de plus ?

Les plus

Un univers mignon et coloré
Des personnages attachants
Gameplay toujours aussi efficace
Alchimie simplifiée

Les moins

Pas franchement de renouvellement
Un certain mix d'anciennes idées
Des zones toujours aussi étroites
Des animations un peu datées

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Lonewolf


  • ps4

    Atelier Lulua: The Scion of Arland
    Editeur : KOEI TECMO Europe
    Développeur : Gust Co. Ltd
    Genre : Action | RPG
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 24 mai 2019
    Trophées : Oui
    Support


    Test Atelier Lulua: The Scion of Arland

    Publié le vendredi 31 mai 2019 à 23h05 par Lonewolf - 326 / 0
    Partager sur |

    Dans la petite ville d'Arklys vit Lulua, fille de la légendaire alchimiste Rorona, et elle a bien du travail pour espérer suivre ses traces... Du moins, jusqu'au jour où un livre sorti de nulle part lui tombe dessus et qu'elle est seule à pouvoir le lire. Pourra-t-elle devenir, comme sa mère, une grande alchimiste ? Et, surtout, réussira-t-elle à la retrouver, elle qui met bien du temps à revenir de son voyage ? Comme toujours, ça dépend du joueur.

     

    Environnement kawaii et alchimie


    Comme tout bon Atelier qui se respecte, Atelier Lulua commence par nous présenter son héroïne. Lulua est donc la fille de Rorona et, comme un peu toutes celles qui l'ont précédée, est une véritable petite boule de nerfs impulsive et tête en l'air qui galère à avancer dans ses études d'alchimie.
    Bien évidemment, qui dit Atelier dit mignon à tous les étages, et on n'est pas déçu de ce côté : l'ambiance est légère, les environnements sont colorés, l'humour est bien présent, et le tout se présente dans des graphismes toujours aussi agréables à l'œil, bien qu'on soit toujours loin d'exploiter la PS4. Bref : Gust comme on l'aime.

    On rajoute au tableau des musiques entraînantes, un gameplay bien pensé, et une alchimie bien simplifiée pour cet épisode, et on obtient quelque chose qui occupe pendant des heures.

    Responsive image
    Si c'est pas mignon....

    L'alchimie pour les nuls


    Bien évidemment, qui dit Atelier dit alchimie, c'est absolument indissociable. Comme toutes celles qui l'ont précédée, Lulua passera beaucoup de temps à récolter des matériaux et à faire des synthèses dans son chaudron. Il convient toutefois de noter deux changements notables et particulièrement appréciables.

    Concernant les matériaux, il n'y a plus besoin de se soucier d'une limite sur le terrain : désormais, seul le conteneur principal sert de référence pour le stockage, plus besoin d'enchaîner les aller/retour ou de sacrifier des matériaux au profit d'autres !
    Du côté de l'alchimie elle-même, le placement des éléments n'existe plus. Vous choisissez, vous validez, et c'est fait. Il reste encore à faire attention aux traits, à la qualité, et aux éléments selon ce dont vous voulez faire de l'objet que vous créez, évidemment.
    C'est simple, c'est rapide, et ça ne rajoute pas des obstacles inutiles au joueur, ce qui est toujours appréciable.

    Au-delà de ça, on retrouve la structure classique d'un Atelier, la contrainte temporelle en moins : récolte de matériaux, synthèse, level up, exploration de donjon, objectif suivant, et quelques quêtes annexes au passage, avec une histoire sympathique à suivre, sans être exceptionnelle ou du niveau de ce qu'on peut voir dans un Final Fantasy ou un Tales of. Et, après tout, on n'en demande pas plus à un Atelier.

    Responsive image
    On passe beaucoup de temps devant son chaudron

    Un livre et des donjons


    Bon, bien sûr, un RPG, ça annonce donjons et combats. Et, comme d'habitude, Atelier Lulua utilise un bon vieux tour par tour assez dynamique avec de jolis angles de vue. La progression est classique : gains d'XP, gains de niveaux, et obtention de compétences à certains paliers.
    Dans cet épisode, l'arsenal offensif des personnages se dote d'un nouvel élément : les Interruptions, utilisables uniquement par les personnages alchimistes (à commencer par Lulua, donc).
    On équipe un objet dans la case dédiée, on attend que la jauge se charge en combat, et, en combinant R1 avec l'une des 4 touches principales, on utilise l'objet choisi dès le tour suivant, même si ce n'était pas celui du joueur à la base. Toujours utile pour reprendre l'ascendant.

    Le livre qui tombe sur la tête de Lulua aura aussi son importance : en résolvant les énigmes à l'intérieur, il donne accès à de nouvelles synthèses, parfois nécessaires pour avancer d'un chapitre à l'autre. Autant dire qu'il faudra y revenir régulièrement pour faire évoluer son niveau d'alchimie.

    Au bout du compte, malgré des animations parfois datées ou des zones d'exploration toujours incroyablement limitées, Atelier Lulua est un bon épisode de la série, et permet de replonger dans l'univers de Rorona plusieurs années après. Aucun renouvellement, comme avec Atelier Sophie et son monde ouvert, mais un jeu solide qui perpétue une licence appréciée et bien réalisée. Et c'est déjà fort bien.

    Responsive image
    Parce que qui dit RPG dit combats

     

     



    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles


    Test Atelier Lulua: The Scion of Arland - 3 minutes de lecture