Note du test 8.5/10En conclusion :

Beau, long, rempli, Judgment est le parfait croisement entre Yakuza et David Fincher. Un thriller prenant et sombre doublé du contenu WTF d'un Yakuza, que demander de plus ? Le Ryû Ga Gotoku Studio prouve encore une fois sa maîtrise de l'Action/Aventure et nous entraîne dans un jeu d'exception qui mérite le coup d'œil, surtout qu'il dispose de textes français. Indispensable pour tout fan de Yakuza, et absolument excellent pour tous les autres.

Les plus

Kamurocho !
Scénario et mise en scène = Yakuza X David Fincher
Le gameplay et l'ambiance de Yakuza
Dual audio et sous-titres multilangues (oui, français compris !)
Un contenu exceptionnel (enquêtes secondaires par paquets, mini-jeux, investissements, etc...)

Les moins

Un peu trop de scripts dans les passages d'enquête
Où est le karaoké ???
Toujours quasi impossible de "casser" les combos adverses
Des combos qui partent parfois dans tous les sens
Quelques bugs de collision qui persistent à pourrir la vie de tout le monde

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Lonewolf


  • ps4

    Judgment
    Editeur : Koch Media
    Développeur : Sega
    Genre : Action | Aventure
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 25 juin 2019
    Trophées : Oui
    Prix de lancement : 59,99 €
    Support


    Test Judgment

    Publié le jeudi 20 juin 2019 à 15h30 par Lonewolf - 399 / 0
    Partager sur |

    2015. Le jeune avocat Takayuki Yagami fait innocenter Shinpei Okubo, accusé de meurtre, et obtient son acquittement. À peine un mois après, Okubo poignarde sa copine et incendie leur appartement, ce qui l'amène à être condamné à mort. 2018. Yagami a mis fin à sa carrière d'avocat et est désormais détective à Kamurocho, en ayant du mal à joindre les deux bouts. Alors qu'un tueur en série tue et arrache les yeux de yakuzas en ville, il va se retrouver embarqué dans la tempête et devra également, contre toute attente, faire face à son passé...

     

    Back to Kamurocho !


    Nous revoilà donc dans l'univers de Yakuza via un spin-off ouvertement orienté vers le pur thriller. Nouvelle ambiance, nouveaux personnages, nouvelles mécaniques, le tout dans les bonnes vieilles bases de la série principale. Reste à savoir si c'est aussi bon que la dite série.

    Techniquement, ça l'est plus que largement. Le studio n'a jamais cessé de s'améliorer au fil des épisodes et on arrive ici à un certain sommet. Imaginez Yakuza 6 en encore plus fin et vous avez Judgment. Kamurocho est plus belle que jamais, la modélisation des acteurs est d'une perfection quasi absolue tout comme la synchro labiale, et les effets de lumière sont incroyablement réalistes.

    Côté gameplay, tout roule : on retrouve toutes les bases d'un Yakuza, notamment dans les combats. Yagami dispose de deux styles qui lui permettent de s'adapter à toutes les situations : le style de la Grue, fait de mouvements amples pour contenir les groupes, et le style du Tigre, dédié au un contre un. Si les coups partent bien, il faut bien reconnaître que les combos sont un peu lents à sortir (un problème qui s'arrange avec des aptitudes dédiées) et que ça peut vite partir dans tous les sens, entre les esquives adverses et les mouvements ratés.

    Responsive image
    Admirez cette modélisation !

    David Fincher au Japon


    Parlons un peu d'une des grandes forces du Ryû Ga Gotoku Studio : l'écriture. La série des Yakuza est réputée pour le soin apporté à l'univers, mais aussi aux personnages et à l'histoire (avec une petite baisse de régime dans Yakuza 3, certes... Et dans Fist of the North Star : Lost Paradise aussi). Judgment ne fait pas exception.
    On découvre en effet un thriller haletant autour d'un tueur en série qui arrache les yeux de ses victimes, bien mené, avec rythme et tension, et qui n'oublie pas ses personnages au passage. Les interactions sonnent juste, leurs histoires sont bien connectées, et le tout forme un ensemble cohérent et bien prenant (même si on devine aisément les liens avec une certaine affaire).
    Côté annexe, on retrouve avec un délice certain le goût du studio pour l'humour (parfois discutable, certes) et le WTF intégral. Dans cette optique, on trouve de tout, y compris du grand n'importe quoi juste là pour étoffer le jeu. C'est surtout l'occasion de développer l'arsenal de détective de Yagami.

    Responsive image
    La filature, la base du travail de détective

    Détective Yagami au rapport


    Yagami, donc, dispose de pas mal de techniques de détective que l'on emploiera régulièrement, et bien souvent dans des circonstances précises. Les missions restent en effet totalement scriptées, pas question de gérer comme on l'entend à la manière d'un Hitman.
    Au menu, donc, la filature basique : suivre, se cacher pour ne pas être repéré, et continuer jusqu'au bout. Simple, classique, rien à signaler, si ce n'est que, là encore, certaines aptitudes viendront vous faciliter la vie (temps de réaction des cibles réduit, par exemple). Il sera parfois demandé de prendre des photos (et le timing est aussi important que l'angle et le zoom) via le smartphone ou votre drone (lequel sert aussi à faire des courses), de crocheter des serrures, ou de participer à des poursuites.

    Ces poursuites sont héritées de Yakuza, mais sont totalement différentes : on ne gère ici que les obstacles en se déplaçant à gauche ou à droite et en réussissant des QTE, le reste est totalement automatique.

    Responsive image
    Certains passages permettent d'interroger des informateurs ou des suspects

    Interrogations surprises !


    Bien évidemment, qui dit travail d'enquêteur dit aussi scènes de crime et interrogatoires. Et là, on marche un peu sur les plates-bandes de Phoenix Wright.
    On parcourt les scènes de crime en vue subjective à la recherche de preuves et indices à exploiter lors des interrogatoires. Durant les dits interrogatoires, on peut gagner de l'XP bonus si on enchaîne les questions pertinentes, histoire de montrer que vous avez un peu la tête au boulot (rassurez-vous, la seule pénalité en cas d'échec est la perte de la dite XP, vous pourrez toujours poser toutes les questions).
    Parfois, il faudra réfléchir un peu plus et montrer une preuve pour étayer votre idée. Bref, c'est Phoenix Wright de A à Z, à ceci près que, là encore, tout est scripté. Inutile de chercher à démonter un témoignage incohérent en l'interrompant, par exemple, ce sera fait automatiquement, et vous aurez juste à montrer la preuve de l'incohérence. On aurait apprécié un peu plus d'interactivité, à la façon d'un Phoenix Wright, justement, quitte à s'inspirer.
    Mais inutile de bouder notre plaisir : ces phases d'enquête restent de grands moments qui mobilisent toute notre attention.

    Responsive image
    Les restaurants de Kamurocho et leurs sublimes photos

     

    Le cœur de Tokyo


    Comme tous les jeux de la série, Judgment fourmille d'activités. Mini-jeux en vrac, des classiques comme des nouveaux (notamment le Dice & Cube), relations amoureuses (oui, oui, Yagami peut jouer les séducteurs), restaurants à visiter, et bien d'autres choses... Tout cela apparaît dans l'application KamuroGo, qui recense les défis internes au jeu, et il y aura de quoi faire, entre les combats, les jeux, les enquêtes, les liens d'amitié...

    Après Yakuza 6, la question pouvait se poser : Peut-on continuer à parcourir les rues de Kamurocho sans Kazuma Kiryû et son entourage proche ? Avant le projet Shin Yakuza et l'arrivée de Ichiban Kasuga, Judgement se charge de nous apporter une réponse, et c'est un grand oui !
    Judgment utilise la structure d'un Yakuza pour mieux dépoussiérer la série et proposer une galerie de personnages charismatiques, des idées qui s'insèrent à merveille dans l'univers, et un scénario plus poussé et prenant que jamais(et plus facile à suivre grâce au récapitulatif en intro de chaque chapitre et la gestion des dossiers de Yagami).
    S'il subsiste évidemment quelques menus soucis (la perfection n'est pas de ce monde), inutile de trop tergiverser : Judgment est un excellent jeu qui s'approche du niveau de Yakuza 2 et Yakuza 4, et est tout à fait recommandable même aux non-fans de Yakuza. Cela d'autant plus que lui dispose de sous-titres français, contrairement aux Yakuza, ce qui peut être un très gros argument.

     

     



    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles


    Test Judgment - 5 minutes de lecture