Note du test 7.5/10En conclusion :

Utawarerumono : ZAN est un Musô sans grande prétention et avec une histoire qui aurait mérité plus d'ampleur (couvrir l'intégralité de Deception + Truth) et plus de développement, mais on y retrouve les personnages qu'on aime, l'humour efficace, et un gameplay bien ciselé pour envoyer du mob ad patres par dizaine. Et c'est bien là l'essentiel.

Les plus

Musô fort agréable
Les personnages et l'humour
Les différents modes de jeu
L'ensemble des personnages principaux

Les moins

Pas de scénario original
Ne couvre que Mask of Deception
Des impacts parfois peu ressentis
Assez court

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Lonewolf


  • ps4

    Utawarerumono: ZAN
    Editeur : Koch Media
    Développeur : NIS America
    Genre : RPG
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 13 septembre 2019
    Trophées : Oui
    Support


    version éditeur

    Test Utawarerumono: ZAN

    Publié le mardi 17 septembre 2019 à 19h55 par Lonewolf
    Partager sur

    Après le diptyque Mask of Deception/Mask of Truth, la 2e époque de Utawarerumono (l'histoire de Haku et Kuon étant la suite du Utawarerumono original sur PS2) revient avec Utawarerumono : ZAN et passe du Visual Novel entrecoupé de Tactical RPG au bon gros Musô où on envoie valser de l'ennemi par paquet ! Est-ce que la transition est bien gérée ?

     

    Nouveau jeu, histoire déjà vue


    Concernant la forme, si les personnages sont parfaitement repris et que leur modélisation 3D fait honneur à leurs modèles 2D, on ne peut pas dire que le reste soit particulièrement enthousiasmant : les environnements sont assez génériques, se répètent volontiers d'une mission à l'autre, et les textures ne sont pas les meilleures possibles. C'est loin de faire saigner les yeux, mais ça pourrait être bien mieux, même pour un style manga/anime (les Atelier sont clairement sur un autre niveau, par exemple).
    On retrouve avec plaisir les doublages habituels et les musiques bien entraînantes déjà entendues dans les deux parties de Mask.

    En revanche, côté histoire et séquences narratives, c'est le recyclage : l'histoire est celle de Mask of Deception (oui, uniquement celui-là, Mask of Truth n'est absolument pas couvert) en nettement moins développée (on passe d'une séquence à l'autre parfois de façon assez abrupte, là où le diptyque des Mask prenait bien le temps de tout expliquer), et les quelques séquences narratives sont agrémentées d'images déjà utilisées dans le dit diptyque.
    Bref, une flemme intersidérale sur ces points, bien que l'histoire reste assez compréhensible dans les grandes lignes.

    Responsive image
    Un opening qui envoie bien

    Musô, oui, mais light


    Le jeu se présente donc cette fois comme un pur Musô : on a des missions à remplir avec des objectifs précis et on avance en éliminant les hordes d'ennemis qui ne cessent de surgir devant nous. Un principe simple et défouloir, avec un gameplay classique du genre (une touche pour l'attaque normale, une pour l'attaque puissante, et une pour l'attaque spéciale).

    Le casting est assez limité (une petite dizaine de personnages), mais reprend parfaitement l'ensemble des personnages principaux de Mask of Deception, ce qui est bien l'essentiel. De plus, il y a un certain équilibre entre les combattants au corps à corps et ceux à distance.
    On regrettera toutefois que les zones de combat soient d'une taille ridicule (on fait le tour en une ou deux minutes) et que les impacts manquent parfois d'un peu de punch. Au-delà de ça, c'est un réel plaisir de retrouver l'univers d'Utawarerumono sur un format orienté vers l'action.

    L'ensemble ne néglige toutefois pas le côté RPG et permet l'évolution de ses personnages : un système classique de niveaux et d'XP (gagnée en éliminant des ennemis et en remplissant des missions), ainsi que le système de BP déjà présent dans les autres jeux qui permet de booster ses personnages hors de toute considération de niveau (et ces BP ne sont gagnés que dans les missions libres et les batailles du mode Histoire rejouées).

    Responsive image
    Des graphismes peu éclatants

    Un contenu bien présent


    Côté contenu, on ne peut pas dire qu'on manque de possibilités : il y a un mode Histoire, la possibilité de rejouer les batailles de l'histoire avec un groupe et des sous-objectifs, des missions libres, un mode Arène pour des missions difficiles en vue de débloquer des techniques ultimes... Et même un mode coop en ligne !
    De quoi s'occuper quelques heures, malgré le fait que l'ensemble ne soit guère long ou étoffé, d'autant que le jeu propose des défis supplémentaires pour débloquer des médailles militaires qui donnent accès à de nouveaux éléments.

    Bref, il y a de quoi faire, même si le mode Histoire se termine (beaucoup trop) vite.
    Au bout du compte, Utawarerumono ZAN est une relecture sympathique de Mask of Deception, avec une orientation action réussie, mais qui ne prend pas le temps de vraiment développer son histoire. Si vous aimez l'univers, il n'y a pas à hésiter (sauf si revoir la même histoire vous rebute), de même si vous êtes en manque de Musô. Petit détail : c'est du japonais sous-titré anglais (le studio n'a pas le budget des gros noms et Utawarerumono n'est pas franchement la licence japonaise la plus porteuse...).

    Un peu limité, mais très bon.

    Responsive image
    On retrouve bien les personnages des jeux précédents

     

    ​




    Test Utawarerumono: ZAN - 3 minutes de lecture